Peine de mort

La FIDH s’oppose à la peine de mort pour tous les crimes et en toutes circonstances et œuvre activement avec ses organisations membres pour son abolition universelle. La peine de mort constitue un traitement inhumain, voire une forme de torture. La FIDH, au fil de ses missions d’enquête, a en outre mis en lumière le fait que la peine de mort est généralement prononcée au terme de procès inéquitables et que son application est souvent discriminatoire. Enfin, la FIDH rappelle que le prétendu effet préventif de la peine de mort n’a jamais été prouvé. La dernière résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, appelant à un moratoire universel sur l’utilisation de la peine de mort, adoptée par 123 États en décembre 2020, confirme la dynamique internationale croissante en faveur de l’abolition.

Aujourd’hui, plus des deux tiers des pays du monde ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique. En conséquence, la FIDH appelle à :

- l ’abolition de la peine de mort pour tous les crimes ;
- l’établissement d’un moratoire sur les exécutions ;
- la ratification universelle des traités prévoyant l’abolition, y compris le Deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

La FIDH est membre fondateur de la Coalition mondiale contre la peine de mort et membre du Comité de pilotage de la Coalition.

Lire la suite

Nos vidéos