Les femmes et la peine de mort, une réalité invisible

08/10/2021
Communiqué
en es fr

Le 10 octobre 2021, des personnes du monde entier se mobiliseront pour sensibiliser à la peine de mort et à son impact sur les femmes. Alors que nous travaillons à l’abolition universelle de la peine de mort dans tous les pays, pour tous les crimes, la 19e Journée mondiale contre la peine de mort de cette année est dédiée aux femmes qui risquent d’être condamnées à mort, qui ont été condamnées à mort, qui ont été exécutées, et à celles dont la peine de mort a été commuée, exonérée ou graciée.

Le Cornell Center on the Death Penalty Worldwide estime qu’il y a au moins 800 femmes condamnées à mort dans le monde, notamment au Ghana, au Japon, aux Maldives, à Taiwan, en Thaïlande, aux États-Unis et en Zambie. Sur les 483 exécutions confirmées en 2020, 16 femmes ont été exécutées en Égypte, en Iran, à Oman et en Arabie saoudite, selon les recherches d’Amnesty International.

La discrimination fondée sur le sexe et le genre, souvent couplée à d’autres éléments d’identité, comme l’âge, l’orientation sexuelle, le handicap et la race, expose les femmes à des formes croisées d’inégalités structurelles. Ces préjugés peuvent peser lourdement sur la détermination de la peine, notamment lorsque les femmes sont stéréotypées comme étant une mauvaise mère, une sorcière ou une femme fatale. Cette discrimination peut également conduire à ce que des circonstances atténuantes essentielles ne soient pas prises en compte lors de l’arrestation et du procès, comme le fait d’être victime de violences et d’abus sexistes.

Tout en œuvrant à l’abolition totale de la peine de mort dans le monde entier, pour tous les crimes et pour tous les genres, il est essentiel de tirer la sonnette d’alarme sur la discrimination dont sont victimes les femmes et sur les conséquences que cette discrimination peut avoir sur une condamnation à mort.

La peine de mort en pratique :

- 109 pays ont aboli la peine de mort pour tous les crimes.
- 8 pays ont aboli la peine de mort pour les crimes de droit commun.
- 28 pays sont abolitionnistes en pratique
- 55 pays sont rétentionnistes
- 18 pays ont procédé à des exécutions en 2020
- En 2020, les cinq principaux pays exécutants étaient la Chine, l’Iran, l’Égypte, l’Irak et l’Arabie saoudite.

En 2020, les exécutions enregistrées par Amnesty International ont continué à diminuer atteignant un nouveau niveau bas depuis 10 ans, la pandémie de COVID-19 contribuant à cette baisse.

Pour en savoir plus sur la peine de mort …

...dans le monde, téléchargez les faits et les chiffres … et les femmes, téléchargez la brochure
la fiche d’information détaillée, la fiche d’introduction sur les personnes trans passibles de la peine de mort et lestémoignages


1 Organiser une manifestation Cette option doit être envisagée avec la plus grande prudence compte tenu de la pandémie de Covid-19. Veuillez faire preuve de bon sens et suivre les directives locales si vous décidez d’organiser une manifestation publique.

2 Organisez un rassemblement en ligne tel qu’un webinaire, un atelier à distance, une conversation, un débat public ou même une projection de film virtuelle pour sensibiliser le public.

3 Créez des partenariats avec des organisations de défense des droits des femmes afin de sensibiliser le public à la présence de préjugés sexistes dans l’application de la peine de mort.

4 Participez à une émission de télévision ou à un programme de radio communautaire.

5 Organisez une interview avec une femme dans le couloir de la mort afin de faire connaître son histoire.

6 Assistez à des manifestations en faveur de l’abolition de la peine de mort (consultez le site Web de la Coalition mondiale contre la peine de mort

]] pour obtenir des informations sur les manifestations prévues).

7 Faites un don à un groupe œuvrant pour l’abolition de la peine de mort.

8 Suivez la campagne sur les médias sociaux sur Facebook, Instagram et Twitter : #nodeathpenalty

9 Mobilisez les médias pour sensibiliser l’opinion publique aux femmes condamnées à mort, au niveau local et mondial.

10 Participez au mouvement mondial "Cities Against the Death Penalty/Cities for Life" le 30 novembre 2021.

Pour plus de détails et d’idées, veuillez consulter le kit de mobilisation

*Note importante sur la pandémie de Covid-19 :

Depuis le début de l’année 2020, la pandémie de coronavirus (Covid-19) a influencé la manière dont la communauté abolitionniste est capable de plaider et de défendre l’abolition de la peine capitale. Des milliers de condamnés à mort, ainsi que leurs familles et leurs réseaux de soutien, se retrouvent vulnérables alors que les systèmes pénitentiaires et judiciaires du monde entier se débattent avec les implications de la crise du Covid-19. Il est plus important que jamais de rester actif et vigilant pour l’abolition de la peine de mort ! Pour toute activité que vous entreprendrez cette année, veuillez vous assurer qu’elle est compatible avec les réglementations de votre gouvernement local et/ou national en matière de santé et de sécurité publiques. Faites preuve de bon sens dans la planification des activités visant à réduire les taux de transmission. C’est d’autant plus important que les politiques et les réglementations ont changé pour s’adapter à la menace du Covid-19 et pourraient continuer à changer jusqu’au 10 octobre.

Publications récentes de la FIDH

https://www.fidh.org/fr/themes/peine-de-mort/a-l-occasion-du-congres-pour-la-prevention-du-crime-des-nations-unies

https://www.fidh.org/fr/themes/peine-de-mort/etre-defendu-un-droit-inalienable-qui-peut-sauver-des-vies

https://www.fidh.org/fr/regions/asie/iran/peine-de-mort-en-iran-le-droit-a-la-defense-bafoue

Lire la suite