G7 : la lutte contre les inégalités doit se faire avec la société civile. Pas avec des régimes répressifs.

A la fin du mois d’août se tiendra à Biarritz un G7 contre les inégalités, notamment femmes-hommes. Se voulant, selon l’Elysée, "d’un format profondément renouvelé", cette édition est marquée par l’invitation de régimes notoirement répressifs et une implication insuffisante des ONG. Avec la mobilisation exemplaire de 82 organisations membres, la FIDH signe une lettre ouverte pour que la lutte contre les inégalités se fasse aux côtés de la société civile, et non ces régimes.

Pour aller plus loin :

Du 24 au 26 août 2019, le président français Emmanuel Macron accueillera à Biarritz un G7 contre les inégalités, notamment femmes-hommes. Alors que 20 ONG appellent le Président Macron à dénoncer le bilan désatreux de l’Egypte en matière de droits humains lors du G7, la FIDH et 82 de ses organisations membres à travers le monde s’étonnent qu’à cette occasion l’Élysée, prétendant élargir la participation au sommet, ait invité des États notoirement coupables de violations graves et systématiques des droits humains tels que l’Inde et l’Égypte, et ait rencontré le président russe Vladimir Poutine quelques jours seulement avant le sommet. L’Union africaine et le G5 Sahel seront également représentés au moment où les violations des droits humains perpétrées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Sahel sont de plus en plus dénoncées. Nous pressons le Président français Emmanuel Macron d’aborder sérieusement la question des inégalités, en mettant les représentants des populations affectées, la société civile ainsi que les droits humains au cœur des débats, et en appelant à la mise en œuvre effective des recommandations pertinentes des représentants spéciaux des Nations unies.

Ce sommet « au format renouvelé » - selon la communication présidentielle - ayant pour thème la lutte contre les inégalités, en particulier femmes-hommes, était supposé comprendre la participation d’ « acteurs clés de la société civile ». Pourtant, il ne devrait finalement être ouvert qu’à seulement dix personnalités issues d’organisations nationales et internationales, lesquelles ne sont pour l’instant pas admises dans la plupart des enceintes de discussions, dont le centre des médias. Alors qu’il est indispensable que les acteurs et actrices majeur.e.s de la lutte contre les inégalités, que sont les défenseur.es des droits humains, et en particulier les associations féministes, puissent participer pleinement et activement aux discussions. Seule cette participation donnerait crédit à la volonté proclamée de l’Élysée de faire évoluer le format du groupe dans le sens d’un partenariat renouvelé attaché aux valeurs démocratiques.

A l’inverse, la démarche actuelle qui consiste à réduire la participation de la société civile, tout en appuyant celle de régimes qui violent quotidiennement les droits fondamentaux, et contribuent ainsi à creuser les inégalités, hypothèque gravement la crédibilité du sommet à traiter de son sujet. Ceci est d’autant plus préoccupant que ces États sont, selon la communication de l’Élysée, élevés au rang des Nations partageant un engagement aux valeurs démocratiques.

Le régime du président russe Vladimir Poutine, loin de défendre les libertés fondamentales, se montre déterminé àvenir à bout par tous les moyens de la contestation pacifique qui secoue Moscou depuis plusieurs semaines. A cette répression interne s’ajoute que la Russie, soutien sans faille de Bachar El Assad en Syrie, s’est potentiellement rendue complice de graves violations du droit international humanitaire. De plus, la Russie est un mauvais exemple en matière de protection des droits des femmes et des minorités sexuelles, ainsi que le démontre la décision sans précédent des autorités russes en 2017 de dépénaliser les violences domestiques, ainsi que l’absence d’enquête sur la répression à l’encontre de femmes et d’hommes homosexuel.le.s en Tchétchénie. Nous rappelons qu’en 2014 la Russie avait été exclue de l’ex-G8 en raison de l’annexion de la Crimée. La rencontre, seulement cinq jours avant le G7, entre les présidents Poutine et Macron semble suggérer que ce dernier serait disposé à envisager un rapprochement de la Russie avec ce groupe malgré que la situation en Crimée se soit détériorée.

S’agissant de l’Égypte, nos organisations n’ont eu de cesse depuis de nombreuses années de dénoncer la répression sanglante à laquelle le régime d’Abdel Fattah Al-Sissi s’adonne à l’encontre de sa population. Malgré les graves violations des droits humains commises dans le cadre de cette répression en partie « made in France », le gouvernement français continue, sous couvert de lutte contre le terrorisme, à autoriser le transfert au régime égyptien de matériel militaire et de surveillance potentiellement utilisé à des fins de répression interne, ce qui est contraire à ses engagements internationaux. Enfin, l’impunité quasi totale relative au harcèlement sexuel et aux mutilations sexuelles féminines, pour ne citer que quelques unes des violences basées sur le genre commises à grande échelle en Égypte, ne fait qu’ajouter au questionnement lorsqu’il s’agit d’inviter ce régime à un G7 dédié en partie au combat pour l’égalité femmes-hommes.

Ce sommet est aussi annoncé, par l’Elysée, comme un moment d’échange pour "bâtir un partenariat d’égal à égal" avec le continent africain. Ainsi, les présidents burkinabè, égyptien et sénégalais sont invités en leurs qualités respectives de président du G5-Sahel, de l’Union africaine, et de l’Agence de développement de l’Union africaine. Moussa Faki, président de la Commission africaine, est également convié. Sur le plan sécuritaire, les populations africaines demeurent les premières victimes des attaques terroristes, des exactions commises lors d’opérations anti-terroristes, ou encore des amalgames entre terrorisme, rébellion, opposition politique et engagement associatif pacifique.

Face à la résurgence de Boko Haram menaçant les États frontaliers du lac Tchad, ou encore aux violences inter-communautaires récurrentes au centre du Mali, nos organisations rappellent que la lutte contre le terrorisme n’est pas uniquement militaire, et doit nécessairement s’inscrire dans le respect des droits humains, de l’état de droit et des principes démocratiques, le renforcement de la lutte contre l’impunité, et le développement de politiques publiques visant à garantir un développement économique et social égalitaire et durable aux populations, notamment les plus jeunes.

L’Inde est une autre invitée et cliente des armes françaises (la première selon les chiffres disponibles pour la période 2009-2018) tandis que doit être déplorée la répression en cours au Jammu-et-Cachemire, où plus de 500 personnes auraient fait l’objet d’arrestations arbitraires ces derniers jours, non seulement en termes de libertés individuelles, mais aussi en raison des graves menaces sur la paix et la sécurité internationales posées par les récentes décisions des autorités indiennes au Cachemire. 

Nous renouvelons notre demande au gouvernement français de revoir les modalités de sa coopération et de ses partenariats stratégiques avec les États peu scrupuleux des droits humains.

Le Rapporteur Spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’Homme, Philip Alston, déplorait déjà en 2015 l’absence des droits humains dans le débat sur les inégalités, rappelant leur place essentielle si l’on veut en venir à bout. Il soulignait encore en juin 2019 le lien entre ces questions et la crise climatique. Ajouté aux rapports des autres procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme, le constat est sans appel : on ne peut traiter de la question des inégalités sans œuvrer au respect des droits humains, à la responsabilisation des acteurs économiques tant publics que privés, et à la participation pleine et entière de la société civile.

En conséquence, nous appelons le Président Macron à placer le respect et la réalisation des droits humains, leurs défenseurs et les populations affectées au cœur des débats ; et nous appelons à ce que ce Sommet du G7 débouche effectivement sur des engagements clairs des États participants à mettre en œuvre les recommandations pertinentes des représentants spéciaux des Nations Unies qui traitent des inégalités et de la crise climatique.

Lire la suite

  • Co-signataires

    FIDH – Fédération internationale pour les droits humains
    et les ligues membres de la FIDH suivantes :

    Albanian Human Rights Group
    Alternative ASEAN Network on Burma – ALTSEAN-Burma (Birmanie)
    Anti-Discrimination Center Memorial (Russie)
    Armanshahr/OPEN ASIA (Afghanistan)
    Asociación Pro Derechos Humanos de España
    Association Démocratique des Femmes du Maroc (ADFM)
    Association Marocaine des Droits Humains (AMDH)
    Bir Duino-Kyrgyzstan
    Cairo Institute for Human Rights Studies (Egypte)
    Center for Civil Liberties (Ukraine)
    Centre Libanais des Droits Humains
    Centro de Capacitación Social de Panamá
    Centro de Derechos y Desarrollo - CEDAL (Pérou)
    Centro de Investigación y Protección de los Derechos Humanos en Honduras - CIPRODEH
    Centro de Políticas Públicas y Derechos Humanos - Peru EQUIDAD
    Civic Committee for Human Rights (Croatie)
    Collectif des Familles de Disparus en Algérie
    Comisión de Derechos Humanos de El Salvador (CDHES)
    Comisión Ecuménica de Derechos Humanos - CEDHU (Equateur)
    Comisión Nacional de Derechos Humanos de la República Dominicana (République Dominicaine)
    Commission for the Disappeared and Victims of Violence - KontraS (Indonésie)
    DITSHWANELO - The Botswana Centre for Human Rights
    Finnish League for Human Rights
    FLAC Free Legal Advice Centres Ltd. (Irlande)
    Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux
    Foundation for Human Rights Initiative (Ouganda)
    Groupe Lotus (République démocratique du Congo)
    Hellenic League for Human Rights (Grèce)
    Human Rights Association (Turquie)
    Human Rights Center (Géorgie)
    Human Rights Center Memorial (Russie)
    Human Rights Center Viasna (Biélorussie)
    Human Rights Club (Azerbaïjan)
    Human Rights Commission Pakistan
    Human Rights in China
    Human Rights Society of Uzbekistan
    INREDH (Equateur)
    International Campaign for Tibet
    International Legal Initiative Foundation - ILI (Kazakhstan)
    Internet Law Reform Dialogue – iLaw (Thaïlande)
    Iranian League for the Defence of Human Rights (LDDHI)
    Justiça Global (Brésil)
    Justice for Iran
    Kazakhstan International Bureau for Human Rights and the Rule of Law
    Kenya Human Rights Commission (KHRC)
    Kylym Shamy (Kirghizistan)
    Ligue Guinéenne des Droits de l’Homme (Guinée-Bissau)
    La Liga Mexicana por la Defensa de los Derechos Humanos - LIMEDDH (Mexique)
    Lao Movement for Human Rights
    Latvian Human Rights Committee
    Lawyers for Human Rights (South Africa)
    LDH – Ligue des Droits de l’Homme (France)
    League for Defence of Human Rights - LADO (Roumanie)
    Legal Aid Society (Ouzbékistan)
    Legal and Human Rights Centre (Tanzanie)
    Legal Clinic "Adilet" (Kirghizistan)
    Liga Voor Mensenrechten (Belgique)
    Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH)
    Ligues des électeurs (République démocratique du Congo)
    Ligue Iteka (Burundi)
    Ligue ivoirienne des droits de l’Homme (Côte d’Ivoire)
    Ligue sénégalaise des droits humains (Sénégal)
    Ligue tchadienne des droits de l’Homme (Tchad)
    Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH)
    Maison des droits de l’Homme du Cameroun
    Mouvement ivoirien des droits humains (Côte d’Ivoire)
    Movimiento Nacional de Direitos Humanos (Brésil)
    Odhikar (Bangladesh)
    Organisation guinéenne des droits de l’Homme et du citoyen (Guinée)
    Organisation Marocaine des Droits Humains
    Organisation nationale des droits de l’Homme (Sénégal)
    Palestinian Human Rights Organisation (PHRO) (Liban)
    People’s Watch (Inde)
    Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme - RADDHO (Sénégal)
    Réseau Doustourna (Tunisie)
    Suara Rakyat Malaysia (SUARAM)
    Sudanese Human Rights Monitor (Soudan)
    Syrian Center for Media and Freedom of Expression (SCM)
    Taiwan Association for Human Rights
    The Public Committee against Torture in Israel
    The Sisters’ Arab Forum for Human Rights (SAF) (Yémen)
    Vietnam Committee on Human Rights


Agir

lettreouverte