Centre-Mali : arrêter et juger les responsables du massacre d’Ogossagou pour enrayer la spirale des violences communautaires.

26/03/2019
Communiqué
en fa fr

L’AMDH et la FIDH condamnent fermement le massacre d’au moins 160 civils le 23 mars 2019 dans le cercle de Bankass, attribué à des éléments de Dan Na Ambassagou, une milice communautaire Dozo. Dans un rapport d’enquête de novembre 2018 (1), nos organisations évoquaient déjà plusieurs tueries commises dans la zone par cette milice, notamment dans le cercle de Koro. La récurrence des attaques contre des villages peuls dans cette zone sont constitutifs de crimes contre l’humanité. Aussi, nous réitérons nos demandes à ce que soient engagées des enquêtes indépendantes et des poursuites judiciaires contre les auteurs des crimes contre l’humanité commises par toutes les parties depuis 2015 au centre du pays. A commencer par l’arrestation et le jugement des responsables du massacre d’Ogossagou.

Le 23 mars 2018 à l’aube, des hommes armés identifiés comme des chasseurs Dozos ont attaqué les villages Peuls d’Ogossagou, situé à 14 km de Bankass. Ils ont massacré plus de 160 personnes dont des femmes et des enfants, fait une cinquantaine de blessés, incendié plus de 450 habitations, et abattu du bétail.

“Nous condamnons ce nouveau massacre contre des civils majoritairement peuls, qui vient s’ajouter à une série d’exactions et d’attaques constitutifs de crimes contre l’humanité .”

Me Drissa TRAORE, vice-président de la FIDH

Les autorités maliennes ont annoncé l’ouverture d’une enquête et ont relevé plusieurs responsables militaires, parmi lesquels le chef d’État major des armés et le chef d’état major de l’armée de terre. Le conseil des ministres extra-ordinaire convoqué le 24 avril 2018 par le président Ibrahim Boubacar Keita a également décidé de la dissolution de la milice dogon Dan Na Ambassagou.

Cette dissolution est toutefois insuffisante. Elle doit s’accompagner d’enquêtes impartiales sur les auteurs de ces exactions et le rôle des milices, suivies du jugement des responsables et perpétrateurs du massacre d’Ogossagou. Constituées et armées en réaction aux exactions et tueries des groupes djihadistes, les milices du Centre Mali ont bénéficié d’une indulgence ayant largement nourrie une spirale de violence communautaires devenue hors de contrôle.

“Si nous saluons les premières mesures d’urgence prises par le Président Keita, nous réitérons notre demande de voir les milices désarmées et démantelées. Nous demandons également d’engager des enquêtes indépendantes et des poursuites judiciaires contre les auteurs des crimes contre l’humanité commis par toutes les parties au centre du pays. Au Mali, l’impunité pour ceux qui commettent des crimes de masse comme à Ogossagou est l’une des raisons de la poursuite des exactions et de leur ampleur .”

Moctar Mariko, président de l’AMDH

L’AMDH et la FIDH rappellent une fois de plus qu’il est impératif de désarmer et démanteler sans délai tous les groupes armés et milices qui sévissent illégalement tant au centre qu’au nord du Mali. Ce démantèlement implique notamment un retour effectif de l’État malien et de ses troupes pour protéger et assurer l’ordre dans ces zones meurtries par les attaques des groupes djihadistes et les violences communautaires.

Contact Presse  

Samuel HANRYON
FIDH Press Manager
00.33.6.72.28.42.94.
Suivez-moi sur Twitter !
https://twitter.com/Sam_hanryon

Contexte  

Le conflit au centre du Mali s’est intensifié en 2015 avec les attaques du groupe djihadiste Katiba du Macina du prédicateur radical Amadou Koufa. Le retrait de l’État face aux attaques du groupe djihadiste a laissé le champs libre à la constitution de milices communautaires qui se sont livrées à partir de 2016 à des attaques contre les autres communautés. L’année 2018 a marqué une aggravation majeure du conflit au Centre avec des opérations anti-terroristes des forces armés maliennes, des attaques djihadistes et des massacres des milices qui ont fait plus de 1500 victimes. La violence et les exactions ont augmenté de 40% en 2018 au Mali. Plus de 300 victimes sont déjà recensées pour 2019. Notre rapport d’enquête publié en novembre 2018 par l’AMDH et la FIDH (1) revient sur les crimes de toutes les parties et les dynamiques originelles et actuelles du conflit au centre du Mali.

Lire la suite
communique