La liberté d’expression en péril au Sénégal : Menaces de mort contre un journaliste

01/08/2003
Appel urgent
en fr

La FIDH exprime sa profonde indignation et condamne fermement les menaces de mort reçues par le journaliste sénégalais Abdou Latif Coulibaly, depuis la parution de son livre critique sur les méthodes de gouvernement du président Abdoulaye Wade.

Adbou latif Coulibaly, grand reporter à Sud Quotidien, directeur général de l’Institut des sciences de l’information et de la communication (Issic) et directeur général de sud FM, la première radio privée du pays, est l’auteur d’un livre paru en juillet 2003 intitulé « Wade, un opposant au pouvoir : l’alternance piégée ? », dans lequel il fait un diagnostique sans complaisance de la gestion du pouvoir par le Président sénégalais en place depuis trois ans.

Les révélations polémiques sur la gestion politique de l’alternance font débats depuis la publication du livre tant dans la presse sénégalaise qu’au sein de la classe politique. Le président à lui même tenu à répondre aux accusations portées à son encontre en déclarant publiquement « qu’il faisait confiance aux jugement de ses compatriotes dans cette affaire ». Cette annonce sibylline a malencontreusement conduit certains de ces concitoyens à proférer anonymement des menaces de mort à l’encontre du journaliste.

M. Coulibaly et son avocat, ont porté plainte contre X auprès du Procureur de la république, jeudi 31 juillet 2003 pour « injures et menaces de mort », et sollicité la protection de l’Etat pour lui et sa famille.

La FIDH condamne avec force les auteurs des menaces et invite les autorités gouvernementales, conformément à leurs obligations visées à l’article 9 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, d’assurer la sécurité et l’intégrité physique et morale du journaliste Abdou Latif Coulibaly et de sa famille. La FIDH rappelle qu’un Etat de droit qui se prévaut respectueux des principes démocratiques et des libertés fondamentales ne peut en aucun cas porter atteinte à la liberté d’expression visée à l’article 19 du Pacte et à l’article 9 de la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples.

Lire la suite
appelobs