Vietnam : le Parlement européen condamne la multiplication des mesures répressives et des violations des droits humains

Dans la résolution d’urgence adoptée le 21 janvier par le Parlement européen, les parlementaires ont exprimé leur indignation face à la multiplication scandaleuse des mesures répressives à l’encontre de la dissidence, et ont notamment appelé les autorités vietnamiennes à libérer immédiatement et sans condition les journalistes et défenseurs des droits humains Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Tuan, ainsi que les autres personnes détenues et condamnées pour l’exercice de leur liberté d’expression, et à abandonner toutes les charges retenues à leur encontre. La résolution exige en outre que le Vietnam invite le Rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté d’opinion et d’expression et le Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits humains et leur laisse une totale liberté pour s’entretenir avec toutes les parties.

Le Parlement européen rappelle et souligne également que « le respect des droits humains constitue une composante fondamentale des relations bilatérales liant l’UE et le Vietnam et de l’Accord de libre-échange entre l’UE et le Vietnam. » La FIDH et son organisation membre, Vietnam Committee on Human Rights (VCHR), saluent favorablement cette résolution qui reprend en le consolidant leur travail de longue haleine pour s’assurer que l’UE a recours à tous les outils à sa disposition afin de garantir que les accords entre l’UE et le Vietnam améliorent la situation des droits humains dans le pays. À propos de l’Accord de libre-échange (EVFTA), la FIDH et VCHR insistent particulièrement sur le besoin de mener une évaluation rapide et exhaustive de la situation des droits humains et invitent « les entreprises basées dans l’UE ou y exerçant leurs activités à respecter les principes directeurs des Nations unies, le droit international et la législation sur les droits humains.  » Les deux partenaires rappellent que l’accord de partenariat et de coopération (APC) UE-Vietnam lié à l’EVFTA prévoit les mesures à prendre en cas de non-respect des obligations relatives aux droits humains, ce qui est clairement le cas.

En plein accord avec le plaidoyer de la FIDH, le Parlement européen appelle une nouvelle fois à la « mise en place d’un mécanisme indépendant de suivi des droits humains et d’un mécanisme indépendant chargé d’examiner les plaintes, de recours efficace que pourraient saisir les citoyens, les citoyennes et les parties prenantes concernées  », ainsi qu’« un système de contrôle efficace des exportations, ventes, mises à niveau et maintenance de toutes les catégories d’équipement de sécurité, d’armes et de biens à double usage, y compris la technologie de surveillance d’Internet.  »

La FIDH rejoint le Parlement européen pour appeler l’Union européenne à intensifier son engagement multilatéral, y compris devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, pour condamner l’aggravation de la situation des droits humains au Vietnam et exiger des améliorations tangibles en la matière.

Lire la suite
impact