Azerbaïdjan : Leyla et Arif Yunus libérés avec mise à l’épreuve.

Le 9 décembre 2015, le Tribunal pour les crimes graves de Bakou a enfin ordonné la libération avec mise à l’épreuve de Leyla Yunus pour raisons de santé. Leyla Yunus a été détenue de manière arbitraire durant près d’un an et demi.

Internationalement reconnus pour leur action en faveur des droits de l’homme, Leyla et son époux Arif sont des défenseurs des droits humains de longue date et se battent notamment pour les droits des minorités ethniques en Azerbaïdjan. Dans le but de tenter de mettre un terme à leurs activités en faveur des droits humains, les autorités du pays avaient décidé leur arrestation le 30 juillet 2014 et les avaient accusés de « trahison », « fraude à grande échelle », « contrefaçon », « évasion fiscale » et « activités illégales ». Le 13 juillet 2015, suite à une parodie de procès, Leyla et Arif Yunus s’étaient vus respectivement condamnés à 8,5 et 7 années d’emprisonnement. Le 12 novembre, la peine d’Arif Yunus avait été commuée en libération avec mise à l’épreuve par le Tribunal pour les crimes graves de Bakou, en raison de la détérioration sévère de son état de santé. Hier, le Tribunal pour les crimes graves de Bakou a également commué sa peine en 5 années de mise à l’épreuve.

Pour obtenir leur libération, la FIDH a mené campagne sans relâche, notamment par l’intermédiaire de l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme, mais également en menant de nombreuses actions de plaidoyer au sein de différents forums internationaux tels que l’Union Européenne, les Nations Unies et le Conseil de l’Europe ; ces actions ont abouti à une série de résolutions en faveur de leur libération sans condition.

Bien que désormais libres, ils restent accusés de trahison et d’un point de vue juridique, leur situation demeure inchangée. La FIDH continuera de mener campagne jusqu’à ce que toutes les charges à l’encontre de Leyla et d’Arif Yunus soient abandonnées et jusqu’au rétablissement définitif de tous leurs droits.
La FIDH appelle également à la libération sans condition de tous les autres défenseurs des droits humains qui restent arbitrairement emprisonnés en Azerbaïdjan, et notamment de Khadija Ismailova, Intigam Aliyev, Rasul Jafarov, Anar Mammadli, Hilal Mammadov et Rauf Mirqadirov.

Pour plus d’information, voir la section consacrée à l’Azerbaïdjan et lire l’article intitulé : Azerbaïdjan : Leyla Yunus libérée avec mise à l’épreuve !

Lire la suite
impact