Azerbaïdjan : Leyla Yunus libérée avec mise à l’épreuve !

(Genève, Paris). Avant-hier la Cour d’appel de Bakou a libéré Leyla Yunus et Arif Yunusov en commuant leur peine d’emprisonnement en mise à l’épreuve pour cinq ans. L’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’homme (un programme OMCT-FIDH) se félicite de cette décision longuement attendue, qui fait suite à des mois d’une lutte intensive pour leur libération.

Leyla Yunus est la présidente de l’Institut pour la paix et la démocratie (IPD) et membre de l’assemblée générale de l’OMCT. Son mari, Arif Yusunov, dirige le département de la résolution des conflits de l’IPD. Le couple avait été condamné à 8,5 et 7 ans d’emprisonnement respectivement le 13 août 2015, au terme d’un procès tenu au mépris flagrant des normes internationales en matière de procès juste et équitable.

Leyla Yunus a été libérée avant-hier après prés de 1,5 années de détention. Au cours des derniers mois les tribunaux avaient à plusieurs reprises rejeté les demandes de libération conditionnelle formulées par les avocats du couple en raison de la détérioration sévère de leur santé. Le 13 novembre, le Tribunal des crimes graves de Bakou a accepté de commuer la peine de détention infligée à Arif Yunusov en libération conditionnelle pendant la période de l’appel. Avant-hier la Cour d’appel de Bakou a également commué sa peine en libération avec mise à l’épreuve pour 5 ans. L’Observatoire rappelle toutefois que le couple est toujours poursuivi pour trahison dans le cadre d’une autre procédure.

L’Observatoire se félicite de la décision de libérer les Yunus, décision qui n’a que trop tardé, mais condamne fermement les autorités Azéri pour leur responsabilité dans la détérioration de leur état de santé au cours de leur détention arbitraire. L’Observatoire confirme également qu’il considère que la condamnation du couple est dénuée de tout fondement juridique et vise uniquement à sanctionner leurs activités légitimes de défense des droits humains.

L’Observatoire appelle maintenant à l’abandon de toutes les charges à l’encontre du couple Yunus, ainsi qu’à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les autres défenseurs des droits de l’homme détenus arbitrairement en Azerbaïdjan, comme Khadija Ismailova, Intigam Aliyev, Rasul Jafarov, Anar Mammadli, Hilal Mammadov et Rauf Mirqadirov.

Lire la suite
communique