Guatemala : depuis l’élection de Giammattei comme président il y a un an, on assiste à une recrudescence de la violence contre les défenseur.es des droits humains

Genève-Paris- Ville de Guatemala : la défense des droits humains reste une activité à haut risque au Guatemala. On a enregistré plus de 1000 attaques contre des défenseur·es des droits humains en 2020 car il n’existe aucune politique publique garantissant le droit de défendre les droits humains. C’est ce que dénonce l’Observatoire (OMCT-FIDH) dans le rapport publié ce jour.

Vous pouvez consulter ici le rapport in extenso (ES)

Un an après l’investiture de son nouveau gouvernement, le 14 janvier 2021, le manque total de volonté du Guatemala pour assurer la protection des défenseur.es et leur permettre d’exercer leur activité en toute liberté et en totale sécurité est flagrant. Les chiffres sont éloquents : 1004 cas d’agressions, 15 assassinats et 22 tentatives d’assassinat à l’encontre de défenseur.es des droits humains entre janvier et le 15 décembre 2020.

L’actuel gouvernement d’Alejandro Giammattei a poursuivi le travail de sape des mesures de protection des défenseur·es entamé par son prédécesseur Jimmy Morales. L’instauration de l’état d’urgence et les contraintes de la pandémie n’ont fait qu’envenimer la situation et multiplier les agressions contre ceux qui oeuvrent pour la défense, notamment de la terre, du territoire et pour une justice indépendante et impartiale.

Nous sommes redevables envers ceux qui défendent les droits. C’est pourquoi l’Observatoire et l’UDEFEGUA (l’Unité de protection des défenseur·es des droits humains) présentent aujourd’hui un programme de travail avec des recommandations concrètes aux autorités guatémaltèques afin qu’elles reprennent les mesures de protection démantelées et mettent en place une politique publique qui garantisse la protection des défenseur·es des droits humains, sans plus attendre.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (L’Observatoire) est un programme créé en 1997 par l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et la FIDH pour prévenir ou régler des situations concrètes de répression contre les défenseur·es des droits humains. L’OMCT et la FIDH sont toutes deux membres de ProtectDefenders.eu, le mécanisme de l’Union européenne pour les défenseur·es des droits humains mis en place par la société civile internationale.

L’ UDEFEGUA est une organisation qui propose depuis l’an 2000, une aide aux défenseur·es des droits humains au Guatemala et dans divers pays d’Amérique centrale pour susciter l’émergence de responsables de l’autogestion des risques tant au niveau individuel que collectif. L’UDEFEGUA est une organisation membre du Réseau SOS-Torture de l’OMTC.

Pour toutes informations complémentaires, veuillez contacter :
• OMCT : Iolanda Jaquemet : +41 79 539 41 06
• FIDH : José Carlos Thissen : + 51 95 41 31 650
• UDEFEGUA : Jorge Santos : + 502 4297 0094

Lire la suite
rapport