Viol de Meriem : Justice rendue

27/11/2014
Communiqué

La Cour d’appel de Tunis a rendu, le 20 novembre 2014, son verdict dans l’affaire du viol collectif de la jeune femme Meriem Ben Mohamed dans la nuit du 3 septembre 2012 à Tunis par les deux policiers tunisiens en service en les condamnant à 15 ans de prison ferme. Un troisième agent de police, qui avait extorqué de l’argent au petit ami de la victime, a pour sa part vu sa peine confirmée, à savoir deux ans de prison. Ils avaient été condamnés à sept ans de prison en première instance, en mars 2014. Le jugement d’appel vient ainsi prononcée un verdict rompant avec l’impunité et l’abus du pouvoir et rendre justice à la victime.

Nos organisations, ATFD, LTDH, l’OTC et la FIDH ayant accompagnés Meriem Ben Mohamed durant ces deux années, saluent le courage et la détermination de Meriem qui a osé non seulement affronter ses agresseurs mais également le tabou qui persiste autour des questions des violences sexuelles. Après deux ans d’un combat inégal pour obtenir justice, Meriem a fait la démonstration d’un courage hors pair. Et ce alors même qu’elle a dû faire face à un procès pour « atteinte aux bonnes mœurs », et a été diffamée et insultée par ses agresseurs et leurs proches mais aussi par le porte parole du ministère de l’Intérieur qui a déclaré que « les policiers l’ont surprise dans une position compromettante et indécente ».
Nos organisations saluent la mobilisation de la société civile tunisienne, des avocats, des journalistes et des citoyennes et citoyens qui ont soutenue Meriem.
Nos organisations considèrent que le verdict rendu hier est une victoire pour Meriem mais aussi pour toutes les femmes en Tunisie et surtout pour les victimes des violences sexuelles qui n’ont pas pu verbaliser leurs souffrances ou celles a qui la jurisprudence n’a pas rendu justice.
Nos organisations déjà engagées dans la lutte contre les formes de violences et de discriminations à l’encontre des femmes, considèrent qu’il est nécessaire de multiplier les efforts pour protéger les femmes des violences qu’elles subissent et appellent les autorités tunisiennes a veiller au respect des engagements nationaux et internationaux de la Tunisie en matière des droits humains des femmes.
Nos organisations rappellent notamment à cet égard les autorités tunisiennes à harmoniser la législation nationale avec les engagements internationaux de la Tunisie en matière des droits des femmes.
L’adoption d’une loi intégrale pour la protection des femmes des violences ; est une étape nécessaire qui ne peut que confirmer la volonté politique vers l’abolition de ce phénomène et la réhabilitation des victimes.
FIDH
Association Tunisienne des Femmes Démocrates
Ligue Tunisienne de Défense des droits de l’Homme
Organisation Tunisienne Contre la Torture

Lire la suite
communique