Un nouvel attentat vient d’endeuiller la population civile d’Israël

05/06/2002
Communiqué

La FIDH, à la suite du nouvel attentat terroriste commis contre des civils israéliens le 5 juin 2002 à Meggido, ayant provoqué la mort de 17 personnes et 37 blessés, réitère évidemment sa condamnation absolue de tels actes d’horreur.

L’entrée en vigueur prochaine de la Cour pénale internationale souligne l’importance que revêt désormais le principe de responsabilité pénale individuelle, alors que l’article 8 des statuts qualifie de crime de guerre : "le fait de lancer des attaques délibérées contre la population civile en général, ou contre des civils qui ne prennent pas directement part aux hostilités" (article 8, b, (i) du Statut auquel Israël n’est malheureusement pas partie).

La FIDH souligne que ces attentats n’ont pour seul effet, conformément à la volonté de leurs auteurs, que de faire obstacle au processus de paix et de renforcer au détriment des forces de paix en Israël le camp de la guerre. Ces attentats confortent la politique du gouvernement actuel israélien dont la caractéristique principale consiste à nier les droits fondamentaux du peuple palestinien et notamment le droit à un Etat souverain et viable.

La FIDH en appelle une nouvelle fois à l’intervention de la communauté internationale dont la passivité et l’abstention contribuent à perpétrer le drame vécu par les populations israéliennes et palestiniennes.

Communiqué de la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen (LDH, France), du 5 juin 2002

Dire l’horreur et la condamnation de ces actes, dire combien ils ne peuvent que desservir les revendications du peuple palestinien et la recherche d’une solution politique, c’est dire encore et toujours notre révolte devant une situation sans issue.
Chaque attentat de cette nature enferme un peu plus le peuple israélien dans l’irrationnel de la peur. Pendant ce temps, le gouvernement de Monsieur Ariel Sharon continue à nier jusqu’au droit à l’existence du peuple palestinien, s’arroge le droit d’arrêter et de tuer et, après avoir détruit les infrastructures de l’Autorité palestinienne, lui reproche de ne pas s’opposer aux actes de terrorisme.
La Communauté internationale et l’Europe laissent faire, manifestant une impuissance plus que jamais coupable. Et pendant ce temps, d’attentats en opérations militaires, l’humiliation, le désespoir et la mort sont le quotidien de chacun.

Lire la suite
communique