Turquie : soutenons l’avocate Eren Keskın

FIDH

L’avocat turque et militante des droits humains Eren Keskin a été l’une des trois finalistes du prestigieux prix Martin Ennals, qui récompense les personnes engagées de manière remarquable dans la promotion et la protection des droits humains et ce, malgré les risques qu’ils encourent. Mme Keskin n’avait toutefois pas pu assister le 13 février à Genève à la cérémonie de remise du prix 2019, les autorités turques lui interdisant désormais formellement de quitter le pays.

L’état d’urgence imposé à la suite de la tentative de coup d’État de 2016 a contribué à la dégradation de la situation des droits humains en Turquie. Mme Keskin a été prise pour cible dans le but de l’intimider. Elle est toutefois loin d’être la seule défenseure des droits humains à faire face à de telles mesures. Le gouvernement turc a en effet largement recours à des poursuites judiciaires, la mise en détention arbitraire, les menaces de violences et à d’autres mesures d’intimidation pour tenter de réduire au silence les défenseurs des droits humains, et limiter autant que possible leur travail.

Mme Keskın a défendu les droits fondamentaux en Turquie pendant plus de trente ans, en mettant un accent particulier sur les Kurdes, les femmes et la communauté LGBTI +. Jouant un rôle important dans le renforcement et la création de plusieurs organisations turques de défense des droits humains, elle est actuellement coprésidente de l’Association des droits humains (IHD), la première ONG créée après le coup d’État militaire de 1980. Si son travail a entraîné de nombreuses représailles et persécutions - emprisonnement, agressions physiques, tentatives de meurtre - Eren n’aura cessé de s’engager pendant toutes ces années dans la défense des droits fondamentaux.

Dans un geste de solidarité avec Mme Keskın, le président de la FIDH, Dimitris Christopoulos, s’est rendu à Ankara le jeudi 9 mai pour lui remettre le prix Martin Ennals, au nom du jury composé de dix des plus grandes organisations de défense des droits humains au monde.

Lui présentant cette distinction, il a déclaré : "Eren, alors que les autorités turques vous considèrent désormais comme une citoyenne dangereuse, le monde des droits humains vous reconnaît au contraire parmi ses plus éminents citoyens. Votre combat est le nôtre.. En tant que défenseurs des droits humains, nous savons reconnaître qu’une situation va bien... mais c’est évidemment quand les choses vont mal que nous devons être présents et nous tenir auprès de vous, par solidarité. C’est notre arme."

Lire la suite
statement