Le criminel de guerre Radovan Karadzic finalement arrêté en Serbie

La FIDH et ses organisations membres, le « Center for Peace and Democracy Development » (CPDD, Serbie), et le Conseil pour la défense des droits de l’homme et des libertés (CDHRF, Kosovo), se félicitent de l’arrestation de Radovan Karadžić, poursuivi et recherché pendant plus d’une décennie par le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie (TPIY).

Radovan Karadžić, Président de la Republika Srpska pendant la guerre en Bosnie Herzégovine est poursuivi pour crimes de génocide, complicité de génocide, extermination, meurtre, persecutions, déportations, actes inhumains, et d’autres crimes perpétrés à l’encontre de la population civile pendant la guerre en Bosnie Herzégovine entre 1992 et 1995. Il est notamment accusé d’être responsable du massacre de plus de 8 000 garçons et hommes bosniaques musulmans à Srebrenica en 1995.

Radovan Karadžić a été inculpé pour la première fois par le TPIY en 1995, fuyant ainsi pendant 13 ans la justice pénale internationale. Il était l’un des criminels de guerre les plus recherchés au monde. Il devrait être désormais transféré au siège du TPIY à la Haye dans les prochains jours.

"L’arrestation de Radovan Karadžić est une victoire pour les victimes de Bosnie Herzégovine, qui ont dû attendre plus d’une décennie pour le voir traduit en justice. C’est un pas important dans la lutte contre l’impunité en ex-Yougoslavie et dans le monde entier. Cette arrestation rappelle à tous les Chefs d’Etats qu’ils ne sauraient échapper de la justice internationale. Elle ouvre la voie à une nouvelle ère dans la reconstruction des pays d’ex-Yougoslavie", a déclaré Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH.

Lire la suite
communique