Hockey sur glace : l’organisation du championnat du monde 2021 retirée au Bélarus

24/01/2021
Impact
en es fr

Paris-Minsk-Zurich — Sous la pression de la société civile bélarusse, y compris des sportifs, des journalistes et des activistes, ainsi que de sponsors et d’organisations de défense des droits humains comme la FIDH et son organisation membre au Bélarus, Viasna, qui dénoncent la répression de l’opposition bélarusse, la Fédération internationale de hockey sur glace a (IIHF) décidé de retirer à Minsk l’organisation du championnat du monde prévu en mai et juin prochains.

Le 18 janvier, le Conseil de l’IIHF "a déterminé qu’il était actuellement impossible de garantir le bien-être des équipes, des spectateurs et des officiels" lors d’une telle compétition, explique l’instance dans un communiqué.

L’IIHF dit avoir consulté "des experts indépendants et toutes les parties prenantes" sur le maintien du championnat au Bélarus, "compte tenu des préoccupations croissantes en matière de sûreté et de sécurité liées à la fois à la montée des troubles politiques et au Covid-19".

Dès le 15 janvier, Nivea menaçait de retirer son sponsor de la compétition. Le lendemain, c’était au tour du constructeur tchèque Skoda, de faire savoir sur Twitter qu’il ne "parrainera(it) pas les championnats du monde 2021 si le Bélarus (était) confirmé comme pays coorganisateur", par respect pour "les droits humains". La firme allemande Liqui Moly s’était également désistée le 17 janvier tandis que le Suisse Tissot se disait "préoccupé par les droits de l’homme".

Le 13 janvier dernier, après la rencontre entre le président de la Fédération internationale de hockey sur glace, René Fasel, et Alexandre Loukachenko à Minsk, la FIDH et son organisation membre Viasna avaient demandé à l’IIHF d’être fidèle au respect de la dignité humaine et à son code de bonne conduite en privant le Bélarus de ses droits de co-organisateur. La FIDH et Viasna prévenaient alors que si le championnat se déroulait effectivement au Bélarus, ce serait non seulement contraire à l’éthique mais aussi dangereux pour les supporters, les athlètes et les journalistes. Les deux organisations avaient envoyé une lettre ouverte à la Fédération internationale de hockey sur glace appelant à la délocalisation du championnat et à la désignation d’un nouveau co-organisateur.

Lire la suite
impact