L’UE demande au Laos des progrès en matière de droits de l’homme et soulève la disparition forcée de Sombath Sophone.

Dans sa déclaration, l’UE rappelle un certain nombre de préoccupations quant à la situation des droits de l’homme au Laos qui ont été détaillées dans une note de plaidoyer publiée en amont par la FIDH et son organisation membre au Laos, le mouvement laotien pour les droits de l’homme (MLDH), intitulé “Laos : confrontée à l’échec du gouvernement à réformer et à traiter de graves questions en matière de droits de l’homme, l’UE doit agir”.
Dans cette déclaration publiée à la suite de la 5ème réunion du groupe de travail UE-Laos sur les droits de l’homme et la gouvernance qui s’est tenue le 19 mai 2014, il est notamment question d’accaparement des terres, d’évictions forcées, de restrictions à la liberté d’expression, de religion, de réunion et d’association ainsi que de disparitions forcées. L’accent est aussi mis sur le cas du défenseur des droits de l’homme Sombath Somphone dont “la disparition inexpliquée est source de grave préoccupation pour l‘UE.”
Au nombre des autres préoccupations exprimées figure celle de la longueur des procédures et délais d’enregistrement imposés aux organisations laotiennes de la société civile, question faisant l’objet d’une étude très bien documentée dans la note conjointe FIDH/MLDH.

Lire la suite
impact