Libération de Nasrine Sotoudeh : les autorités iraniennes doivent maintenant libérer tous les défenseurs des droits humains emprisonnés

18/09/2013
Impact
en es fa fr

La FIDH accueille avec grand soulagement la nouvelle de la libération de Nasrin Sotoudeh, annoncée aujourd’hui par son époux Reza Khandan sur sa page Facebook.

Nasrin, amie et collègue de la FIDH, est une avocate des droits humains en Iran, reconnue pour sa défense des mineurs condamnés à mort et des prisonniers de conscience. Elle est aussi membre de la ligue partenaire de la FIDH, le Defenders of Human Rights Centre (DHRC), fondé par la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi.

Depuis son arrestation en septembre 2010, la FIDH est restée constamment mobilisée. En janvier 2011, à Genève, la présidente de la FIDH, Souhayr Belhassen, a participé à un sit-in avec des activistes iraniennes, et déclaré : « Nous sommes tous(tes) des Nasrin Sotoudeh ! »

L’année dernière, le président actuel de la FIDH, Karim Lahidji, a accompagné Shirin Ebadi, pour représenter Nasrin lors de la cérémonie de remise du prix Sakharov, qu’elle avait reçu conjointement avec le cinéaste iranien Jafar Panahi en décembre 2012.

Karim Lahidji a déclaré aujourd’hui : « Nasrin a été détenue pendant trois ans à la prison d’Evin, dans des conditions extrêmement difficiles. Je suis heureux d’apprendre sa libération, et j’espère que cette dernière sera définitive et inconditionnelle ».

« De nombreux défenseurs des droits humains sont toujours emprisonnés en Iran, y compris Abdolfattah Soltani et Mohammad Seifzadeh, co-fondateurs du DHRC. Les autorités doivent tous les libérer. » a ajouté Karim Lahidji.

La FIDH considère également comme un signe encourageant l’annonce de la libération de 7 autres prisonniers de conscience, dont la journaliste Mahsa Amrabadi, Mahboubeh Karami, membre de la One Million Signature Campaign, et Jila Karamzadeh-Makvandi, membre des Mères du parc Laleh (Mourning Mothers).

Lire la suite