L’ancienne directrice du DAS est enfin entre les mains de la justice colombienne

05/02/2015
Impact
en es fr

Après plus de quatre ans comme fugitive, l’ancienne directrice du Département de la Justice Administrative (DAS), María del Pilar Hurtado (MPH), est enfin entre les mains de la justice colombienne. Elle s’est elle-même rendue volontairement après l’émission d’un mandat de perquisition par Interpol le 29 janvier de cette année.

La FIDH documente les activités illégales du DAS depuis les cinq dernières années et se pose en partie prenante dans plusieurs affaires judiciaires liées à ces activités. MPH a fui lorsque des procédures judiciaires ont été entamées contre elle. La FIDH s’est engagée avant l’IACHR contre le Panama pour avoir lui accordé illégalement l’asile, et plus tard organisé des missions dans le pays, ce qui a permis à la Cour suprême de reconnaitre que l’asile était hors-la-loi dans ce cas. Plusieurs de ces mesures ont été prises en commun avec une organisation membre de la FIDH en Colombie (Colectivo de Abogados José Alvear Restrepo) ; un appel a été lancé en collaboration avec le groupe et des actions ont été réalisées auprès du gouvernement colombien et d’Interpol pour obtenir son extradition ou son expulsion.

La FIDH s’attend à ce que MPH soit reconnue coupable d’appropriation, falsification de document, abus de fonction publique, violation du secret de la correspondance, complot en vue de commettre un crime ainsi que surveillance et écoutes téléphoniques illégales. La FIDH espère également qu’elle divulgue la vérité sur les activités illégales du DAS durant son mandat et à ce qu’elle fournisse des informations sur toutes les autres personnes concernées, surtout celles qui ont émis les ordres de surveillance et d’écoute téléphonique dont elle est accusée.

Lire la suite
impact