Swaziland / Eswatini : les massacres de civils doivent cesser

Au gouvernement d’Eswatini et à la communauté internationale : Nous, les 69 organisations de la société civile soussignées, sommes profondément préoccupées par l’éruption de la violence d’Etat en Eswatini. Nous sommes solidaires avec le peuple d’Eswatini en condamnant la répression violente par le gouvernement des manifestations de masse réclamant la démocratie et la justice économique.

Nous soutenons l’appel du Commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies, qui demande aux autorités d’adhérer pleinement aux principes des droits de l’homme et à leur rappeler que les manifestations pacifiques sont protégées par le droit international relatif aux droits humains. Nous appelons le gouvernement d’Eswatini à cesser immédiatement sa répression brutale contre les civils, de rétablir et de maintenir l’accès à et d’engager un dialogue inclusif avec les groupes et les politiciens pro-démocratie.

Nous appelons la communauté internationale, notamment les Nations Unies, l’Union africaine, la Communauté de développement de l’Afrique australe, et les gouvernements individuels, à exiger que le gouvernement de l’Eswatini respecte les droits de l’homme, autorise une enquête approfondie et indépendante sur les personnes qui ont autorisé les violences contre les manifestants, y compris les ordres de tirer pour tuer, et de soutenir une transition pacifique vers une forme de gouvernement démocratique.

Selon des informations en provenance d’Eswatini, depuis la fin du mois de juin, l’armée et les forces de police ont tué des dizaines de civils non armés et blessé environ un millier de personnes, notamment en tirant sans discernement sur des manifestants et en les blessant. Le gouvernement aurait emprisonné des centaines de personnes, dont de nombreux jeunes, et coupé l’accès à Internet dans tout le pays pendant plusieurs semaines, ce qu’Amnesty International qualifie de " violation flagrante des droits à la liberté d’expression et d’information ". Les rapports indiquent également que les forces de sécurité ont cherché à intimider les défenseurs des droits humains et les militants en les surveillant de manière illégale, imposé un couvre-feu et restreint les rassemblements publics et les remises de pétitions au gouvernement.

Cette crise politique causée par la violence d’État risque de créer une crise humanitaire risque de créer une crise humanitaire, car les hôpitaux peinent à traiter l’afflux de personnes blessées par les forces de sécurité. Par ailleurs, les réserves de nourriture et de carburant deviennent limitées, et les mouvements des personnes et leur capacité à de mener des activités commerciales de base est entravé.

Plus précisément, nous apportons notre soutien aux demandes des organisations de la société civile, des organisations de la société civile, des organisations politiques et des mouvements populaires d’Eswatini. Nous appelons à résoudre à long terme la crise politique actuelle par le biais d’un dialogue politique inclusif, la fin de l’interdiction totale des partis politiques, la mise en place d’une autorité de transition, d’une nouvelle Constitution démocratique et une répartition du pouvoir démocratique et multipartite.

Dans l’immédiat, nous rejoignons les défenseurs de la démocratie en Eswatini dans les demandes suivantes : cessation des violences gouvernementales, restauration et maintien des services de communication, et fourniture de l’aide humanitaire dont le pays a besoin de toute urgence :

● L’arrêt immédiat du massacre de civils et le retour de l’armée dans les
casernes ;
● Le rétablissement immédiat des services publiques tels que l’émission rapide de certificats de décès pour les personnes tuées au cours des derniers jours ;
● Des expertises médicales indépendantes obligatoires pour les autopsies effectuées sur les personnes décédées ;
● Une aide humanitaire urgente aux familles, travailleurs et citoyens affectés qui
ont besoin de produits de première nécessité tels que de la nourriture, des serviettes hygiéniques, des aliments pour bébés, etc.
● La fourniture d’un soutien financier direct pour ressusciter les petites et moyennes entreprises touchées.
● Le rétablissement complet et permanent des services Internet et de communication du pays et la garantie du droit des peuples à la liberté d’expression ;
● La mise en disponibilité urgente de vaccins pour tous et la fin des fermetures inutiles.

Alors que le gouvernement de l’Eswatini, la seule monarchie absolue qui subsiste en Afrique, viole les droits de l’homme des habitants, supprime la liberté d’expression et de réunion, et emprisonne les jeunes pour avoir réclamé un avenir meilleur, la communauté internationale ne peut rester silencieuse.

Nous appelons nos partenaires de la société civile internationale, les organes gouvernementaux régionaux et les diplomates à se joindre à nous pour amplifier le mouvement de protestation, soutenir les demandes de la population d’Eswatini et obtenir la protection des droits humains.

Lire la suite

  • Co-signataires

    AbibiNsroma Foundation
    Africa Coal Network
    Africa Institute for Energy Governance
    African Climate Reality Project
    Andy Gheorghiu Consulting
    Aotearoa New Zealand Human Rights
    Foundation
    Center for International Environmental Law
    Centre for Applied Legal Studies, University
    of Witwatersrand
    Centre for Citizens for Citizens Conserving
    (CECIC)
    CIVICUS
    Civil Society Legislative Advocacy Centre
    (CISLAC)
    Clean Energy Action
    Climate Action Network InternationalCorporate Accountability And Public
    Participation Africa (CAPPA)
    DITSHWANELO - The Botswana Centre for
    Human Rights
    Earth Ethics, Inc.
    Earthlife Africa
    Earthworks
    Economic and Social Justice Trust
    Environment Governance Institute
    ETC Group
    Empower our Future - Colorado
    Fair Finance International
    Food and Water Watch, USA
    Foundation for Environmental Management
    and Campaign Against Poverty (FEMAPO)
    Fridays For Future
    Fridays For Future Czech
    Fridays For Future Digital
    Fridays For Future MAPA
    Fridays For Future Sweden
    Fridays For Future Windhoek
    Friends of the Earth Africa
    Friends of the Earth US
    Fundación Quantum
    The Gaia Foundation
    GASP - Grand(m)others Act to Save the
    Planet
    Generation Zero
    Global Initiative for Food Security and
    Ecosystem Preservation (GIFSEP)
    GoBio Waste Management and Renewable
    Energy
    GPAN
    groundWork
    Health of Mother Earth Foundation
    The Human Rights Institute of South Africa
    (HURISA)
    Institute for Ecology and Natural Resources
    Africa
    Institute for Policy Studies Climate Policy
    Program
    International Federation for Human Rights
    (FIDH)
    Jeunes Verts Togo
    Justiça Ambiental JA ! - Friends of the Earth
    Mozambique
    KAIROS Canadian Ecumenical Justice
    Initiatives
    Keep a Cool World
    Lekeh Development Foundation
    Oil Change International
    Oilwatch Africa
    People’s Justice Council
    Power Shift Africa
    Rainforest Action Network
    South Durban Community Environmental
    Alliance
    Southern Africa Human Rights Defenders
    Network
    Southern Africa Litigation Centre
    The United Church of Canada - Church in
    Mission
    Urgewald
    We the People
    WoMin African Alliance
    Youth Advocates for Climate Action -
    Philippines
    Youth For Climate Turkey
    Youth for Environment and Sustainable
    Development (YSD)
    Youth for Green Communities
    350 Ghana Reducing Our Carbon
    (350G-ROC)
    350.org


Agir