Libération de M. Osman Hummaida !

28/11/2008
Communiqué
en fr

Paris-Genève-Le Caire, le 28 novembre 2008. La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), dans le cadre de leur programme conjoint, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, et l’Institut du Caire pour les études des droits de l’Homme (Cairo Institute for Human Rights Studies - CIHRS) se félicitent de la libération du défenseur des droits de l’Homme au Soudan M. Osman Hummaida.

L’Observatoire et le CIHRS saluent la libération, le 28 novembre 2008, peu après minuit trente, heure de Khartoum, de M. Osman Hummaida, chercheur en droits de l’Homme et membre de l’Assemblée des délégués de l’OMCT, qui était détenu depuis le 24 novembre 2008 dans les locaux des services de renseignement et de sécurité nationale (National Intelligence and Security Services - NISS) pour des interrogatoires liés à ses activités de défense des droits de l’Homme.

Par ailleurs, MM. Abdelmoneim Aljak, défenseur des droits de l’Homme, et Amir Mohamed Suliman, Président du Centre de Khartoum pour les droits de l’Homme et le développement environnemental (Khartoum Centre for Human Rights and Environmental Development - KCHRED), qui avaient également été arrêtés plusieurs fois pour interrogatoire, restent également libres.

Aucune poursuite n’a été engagée à l’encontre des trois défenseurs des droits de l’Homme.

L’Observatoire et le CIHRS saluent la libération de M. Osam Hummaida, et remercient toutes les personnes, organisations et institutions qui sont intervenues en sa faveur et celle de MM. Amir Mohamed Suliman et Abedlmonim Aljak.

Néanmoins, nos organisations déplorent le recours à la torture et les mauvais traitements lors des séances d’interrogatoire de MM. Osman Hummaida et Abdelmoneim Aljak.

Nos organisations demandent aux autorités soudanaises de garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de MM. Amir Mohamed Suliman, Osman Hummaida et Abdelmoneim Aljak, ainsi que de mettre un terme à tout acte de harcèlement à leur encontre et celle de tous les défenseurs des droits de l’Homme, en conformité avec les dispositions de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs et les instruments internationaux et régionaux ratifiés par le Soudan.


Pour plus d’informations, veuillez contacter :

FIDH : Gael Grilhot / Karine Appy / Julia Bourbon, + 33 1 43 55 25 18
OMCT : Delphine Reculeau, + 41 22 809 49 39

Lire la suite
communique