République Centrafricaine : Des sanctions tombent contre des présumés auteurs de crimes internationaux

Le 9 mai 2014, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté des sanctions contre trois responsables centrafricains : l’ex-président François Bozizé, un des chefs de milice anti-balaka, Levy Yakété, et le numéro deux de l’ex-coalition rebelle Séléka, Noureddine Adam pour «  avoir commis ou soutenu des actes qui vont à l’encontre de la paix, de la stabilité et de la sécurité en République centrafricaine ». Le 13 mai 2014, c’était au tour du président des États-Unis, Barack Obama, de prendre des sanctions contre ces mêmes individus ainsi que contre l’ancien président Djotodia et Abdoulaye Miskine, ancien membre de la Séléka.

La FIDH, qui a enquêté en juillet 2013 et février 2014 sur les crimes internationaux commis en Centrafrique et mis en lumière les responsabilités avait présenté en mars 2014 le résultat de ses enquêtes aux autorités onusiennes et américaines à New York et Washington appelant à des sanctions contre les auteurs des exactions. La FIDH veillera à ce que ces sanctions soient , le cas échéant, étendues à d’autres individus et endossées par d’autres pays et instances internationales pour lutter efficacement contre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves.

Lire la suite
impact