Violences généralisées en RDC : la Commission africaine doit se saisir d’urgence et poser des actes à la mesure des enjeux

La FIDH, la Ligue des Électeurs, l’ASADHO et le Groupe Lotus publient une note de position sur la situation en République démocratique du Congo (RDC) à l’intention de la Commission africaine à l’occasion de sa 61ème session. Cette note alarme sur la détérioration continue du contexte politique, sécuritaire et des droits humains en RDC et appelle la Commission africaine à se saisir d’urgence de cette situation en posant des actes qui soient à la mesure des enjeux que connaît le pays. Lors de cette session, et à l’occasion de l’examen du rapport périodique de la RDC, la Commission africaine doit interpeller les autorités congolaises sur les blocages politiques en cours et leurs impacts directs sur la situation sécuritaire et la protection des populations civiles. Elle doit d’urgence exhorter les autorités à prendre des mesures immédiates pour garantir la non-répétition des crimes internationaux et lutter contre l’impunité de leurs auteur.es ; s’assurer de l’organisation d’un processus électoral crédible, transparent, sécurisé ; et garantir la protection des droits et libertés fondamentales, y compris des voix jugées contestataires.

Lire la suite
dossier