Lettre ouverte aux invités du 50ème anniversaire de l’indépendance de la RDC

10/06/2010
Communiqué
RDC
en fr

Sans vérité sur l’assassinat de M. Floribert Chebeya Bahizire et la disparition de M. Fidèle Bazana Edadi, et sans actes concrets des autorités congolaises pour protéger les défenseurs, votre présence au 50ème anniversaire de l’indépendance de la RDC reviendrait à piétiner les droits de l’Homme dans ce pays

Paris - Genève, le 10 juin 2010

Madame, Monsieur,

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), demeure particulièrement révolté par l’assassinat début juin 2010 de M. Floribert Chebeya Bahizire, éminent défenseur des droits de l’Homme congolais, et par la disparition de son chauffeur, M. Fidèle Bazana Edadi.

L’Observatoire n’a cessé ces dernières années d’alerter la communauté internationale sur les véritables menaces de mort que constituait la campagne systématique de dénigrement orchestrée par les autorités congolaises contre les défenseurs des droits de l’Homme, dans un pays où l’impunité est la règle et où les services de sécurité sont tous puissants.

L’enquête ouverte sur ces crimes ayant conduit récemment à l’arrestation de quelques officiers et la suspension du chef de la police nationale congolaise ne répond pas en l’état aux exigences d’indépendance souhaitée par les familles des victimes et les associations de défense des droits de l’Homme. Nous craignons fortement que les autorités cherchent à clore rapidement ce dossier avant les célébrations du 50ème anniversaire de l’indépendance du pays prévues le 30 juin 2010, en stigmatisant la responsabilité de quelques subalternes, sans que la vérité sur les circonstances et les commanditaires de ces crimes ne soit mise à jour.

L’Observatoire a vivement apprécié les multiples condamnations de la communauté internationale face à ces crimes scandaleux. Mais l’Observatoire considère que votre présence aux célébrations du 50ème anniversaire de l’indépendance de la République démocratique du Congo (RDC), sans que ne soit apportée au préalable de réponse concrète des autorités congolaises pour qu’éclate la vérité sur ces crimes et pour une protection effective des droits des défenseurs, reviendrait à piétiner les droits de l’Homme dans ce pays.

Ainsi, l’Observatoire considère qu’avant d’envisager de répondre à l’invitation du Président Kabila pour célébrer le 50ème anniversaire de l’indépendance de la RDC, vous devez lui demander que des actes forts soient posés, notamment :

- la mise en place immédiate d’une commission d’enquête indépendante[1], crédible, et transparente pour faire la lumière sur l’assassinat de M. Floribert Chebeya Bahizire et la disparition de Fidèle Bazana Edadi, et établir l’ensemble des responsabilités ;

- permettre l’expression pacifiste des manifestations de solidarité envers MM. Floribert Chebeya Bahizire et Fidèle Bazana Edadi, qui s’organisent en ce moment même sur l’ensemble du territoire et sont interdites ;

- l’organisation d’une table ronde réunissant des représentants des autorités congolaises, de la Mission de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (MONUC), des missions diplomatiques présentes en RDC et de représentants des organisations non gouvernementales de défense des droits de l’Homme, afin que soient prises des mesures concrètes et régulièrement évaluées par tous les acteurs susmentionnés en matière de protection des défenseurs des droits de l’Homme en RDC ;

- permettre, comme le souhaite sa famille, l’organisation dans le calme et en toute sécurité des obsèques de M. Floribert Chebeya Bahizire au moment de la célébration de l’indépendance de la RDC, et votre participation à cet événement.

En espérant que vous prendrez ces éléments en considération, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre haute considération.

Souhayr BELHASSEN Eric SOTTAS

Présidente de la FIDH Secrétaire général de l’OMCT

 [1]

Lire la suite
communique