Communiqué l’Association Nigérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (ANDDH),

14/08/2014
Communiqué

Le Bureau Exécutif National de l’Association Nigérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (ANDDH) réuni en session ordinaire le samedi 9 août 2014, s’est penché sur la situation politique nationale et internationale.

1-Sur la situation politique nationale

Le BEN/ ANDDH note avec regret la propension du régime actuel au harcèlement permanent des citoyens, notamment les membres de la société civile et les militants des partis de l’opposition.
En effet, le pouvoir actuel, loin de faire preuve d’une tolérance minimale, nécessaire au maintien de la paix sociale, la cohésion des nigériens et l’unité nationale, ne rate aucune occasion pour faire arrêter, interdire tel ou telle liberté, faire réprimer violemment par les forces de l’ordre, chaque fois qu’il s’agit des militants de la société civile ou de militants de l’opposition, pour peu qu’ils émettent la moindre critique à l’endroit de ses actes de gouvernance, ou encore lorsqu’ils tentent de faire valoir une opinion n’allant pas dans le sens du soutien au régime.
Les illustrations de cet état de fait sont nombreuses, la liste n’étant pas exhaustive :
- chasse et embastillement des militants de la société lors de la visite du Président français François Hollande ;
- embastillement des militants du parti LUMANA dont certains croupissent encore dans différents lieux de détention ;
- embastillement des étudiants ;
- répression sauvage des militants du MNSD lors du Conseil national de ce parti à Zinder, la semaine dernière ;
- Détention arbitraire hors de toute procédure judiciaire du coordonnateur
de l’ONG Vie- Kandé Ni-Béra dans les locaux de la coordination ;
- poursuite et placement en détention du coordonnateur de l’association des constitutionalistes nigériens ;
- Acharnement contre certains membres de la sécurité et personnel du Président de l’Assemblée nationale (deuxième chauffeur, vigile assurant sa sécurité).
- Poursuite et placement en détention préventive de certains journalistes ;
- fermeture de sièges de certains journaux etc..

Au regard de ce qui précède, le BEN ANDDH réitère son appel à la sagesse et au sens de la mesure, déjà lancé à l’endroit des premiers responsables de l’Etat, dans son précédent communiqué du 11 juin 2014.

2- Sur la situation internationale

Examinant la situation qui prévaut en Palestine et spécialement à Gaza, le BEN/ANDDH condamne la politique d’extermination des citoyens palestiniens, par un massacre qui n’épargne ni femme ni enfant, ni espaces de refuges placés sous la protection onusienne, perpétré par l’Etat israélien.
L’ANNDH, s’indigne devant le mutisme de la communauté internationale face au génocide palestinien et condamne la politique de deux poids deux mesures dans le traitement des situations de conflits à travers le monde. Prompte réaction et mesures énergiques ici, silence criard là ; tout laisse croire que dans la conception de la communauté internationale, toutes les vies ne sont pas dignes de la même protection ; tout dépend de l’intérêt des grandes puissances.
Au regard de ces constats le BEN ANDDH interpelle la communauté internationale sur la nécessité de réviser sa politique dans le sens d’un traitement plus juste et équitable à l’endroit de ceux qu’elle semble considérer comme des citoyens de seconde zone de la communauté internationale.

Niamey le 9 août 2014
Pour le BEN ANDDH
Le Président
Djibril ABARCHI

Lire la suite
communique