UE : pour une reconnaissance immédiate et inconditionnelle de la Palestine

12/12/2014
Communiqué
en fa fr

La FIDH appelle les membres du Parlement européen à voter en faveur de la reconnaissance de la Palestine et à inciter instamment les Etats membres pour qu’ils s’engagent sans délai ni condition dans cette démarche. Les parlementaires européens doivent en effet se prononcer le 17 décembre sur la reconnaissance de L’Etat palestinien.

En reconnaissant la Palestine, l’Europe et ses Etats membres adresseraint un message fort et clair d’engagement pour faire primer le droit international sur toute autre considération a déclaré le président de la FIDH, Karim Lahidji. La reconnaissance de la Palestine est cruciale pour signifier que l’Union européenne refuse de rester silencieuse face à l’enlisement des négociations de paix fondées sur la solution à deux Etats, solution qu’elle appelle pourtant de ses voeux depuis des décennies a-t-il ajouté.

L’Union européenne n’a eu de cesse de répéter que le conflit entre Israël et la Palestine ne peut être résolu que par une solution à deux États, négociée conformément aux principes du droit international. Une solution durable nécessite de garantir les droits et exigences légitimes des Palestiniens et des Israéliens à l’autodétermination et à la sécurité. Une solution à deux États exige la reconnaissance mutuelle et une volonté de coexister pacifiquement.

Dans le contexte actuel de violations continues des droits humains, il est impératif de s’inscrire dans une approche de légalité internationale. La reconnaissance de l’Etat palestinien contribuera à la lutte contre l’impunité et à l’établissement des responsabilités pour les crimes internationaux perpétrés dans le territoire palestinien occupé.

En 2012, l’Assemblée générale des Nations unies adoptait une résolution reconnaissant la Palestine comme État observateur non membre par 138 voix pour, parmi lesquelles celles de divers Etats européens. Cette décision historique répondait à des décennies de lutte des Palestiniens pour la réalisation de leur droit à l’auto-détermination.

La Suède est devenue il y a peu le 135ème Etat à reconnaître la Palestine. Plusieurs parlements nationaux des Etats membres de l’Union européenne dont le Parlement britannique et récemment l’Assemblée nationale française ont également adopté des résolutions non contraignantes en vue d’encourager leurs exécutifs à avancer promptement dans la voie de la reconnaissance.

Lire la suite
communique