Nations unies

Chaque année, la FIDH guide plus de 60 défenseurs des droits humains et représentants de ses organisations membres à travers le labyrinthe des organes et mécanismes onusiens dédiés aux droits humains, notamment le Conseil des droits de l’Homme (ainsi que son Examen périodique universel et ses procédures spéciales), le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme (HCDH) et les organes de surveillance des traités. Agissant en son nom propre, la FIDH interagit également de façon quotidienne avec le système onusien de protection des droits humains à travers, notamment, un travail de plaidoyer et de lobbying et la soumission de rapports et d’informations à diverses parties prenantes.

Le programme de plaidoyer auprès de l’ONU mis en œuvre par la FIDH vise à accroître la participation de la société civile mondiale au système onusien de protection des droits humains afin :
- De renforcer la capacité de la société civile d’utiliser et d’interagir avec les organes et mécanismes onusiens dédiés aux droits humains ;
- D’informer les organes décisionnels, les diplomates et représentants d’États, les responsables onusiens, les experts indépendants et les organisations non gouvernementales sur la situation sur le terrain ;
- D’influencer l’agenda et les divers documents et résolutions adoptés par les organes onusiens, tant sur des situations pays que sur des thèmes spécifiques ;
- De consolider la capacité de surveillance et le rôle de protection joué par le système onusien via des réponses opportunes et appropriées aux crises et aux violations des droits humains ; et
- En définitive, de stimuler le changement au niveau local et le progrès en termes de droits humains, se traduisant par des changements législatifs, politiques et sociétaux.

  • Conseil de sécurité
  • Conseil des droits de l’Homme

    La FIDH s’est impliquée dans le travail du Conseil des droits de l’Homme (CDH) depuis 2006, lorsque celui-ci a succédé à la Commission des droits de l’Homme. Le travail de plaidoyer mené par la FIDH auprès du CDH inclut à la fois des situations pays (en particulier, les pays fermés et les situations de crise en termes de droits humains) et des thèmes tels que les défenseurs des droits humains, le droit à la vie privée, la liberté d’expression ou les entreprises et les droits humains. Ce travail est basé sur trois idées :

    - Permettre aux voix de la société civile, des défenseurs des droits humains et des victimes de violations et atteintes aux droits humains du monde entier de s’exprimer au sein du Conseil possède une valeur intrinsèque. Au sein du CDH, le champ d’action de la société civile doit être protégé, revendiqué et étendu ;

    - Le plaidoyer et le lobbying conduits par la FIDH en son nom propre et en conjonction avec ses organisations membres et partenaires contribuent à définir l’agenda du CDH et à influencer le contenu des résolutions qu’il adopte, celles-ci pouvant être des instruments puissants de progrès aux niveaux national, régional et mondial ; et

    - La capacité de la société civile à contribuer à la construction des réponses que le CDH apporte aux violations et aux situations de crise doit être renforcée, notamment sa capacité à sensibiliser et à formuler des propositions quant aux actions qui doivent être entreprises par le Conseil, en particulier pour protéger les victimes de violations, les défenseurs des droits humains et les organisations de la société civile.

    Le travail de la FIDH auprès du CDH se base sur des documents de plaidoyer (lettres aux États et aux institutions onusiennes, notes de plaidoyer, notes de position, rapports…), des interventions orales devant le Conseil et des « événements parallèles » organisés pendant les sessions plénières, en plus des contacts réguliers que la FIDH maintient avec les représentants d’États et de la soumission d’informations pertinentes aux responsables onusiens et experts indépendants.

Actualités

Nos vidéos