Thaïlande : un organe des Nations unies exige la protection des défenseurs des droits des femmes

Le 24 juillet 2017, le Comité sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEFDF) a rendu publiques ses Observations finales sur la Thaïlande suite à la révision des sixièmes et septièmes rapports périodiques combinés du pays parue le 5 juillet 2017. Le CEFDF a condamné fermement la Thaïlande pour avoir pris pour cible les défenseurs des droits des femmes, appelant le gouvernement à adopter et mettre en œuvre des mesures efficaces pour les protéger. De plus, quiconque s’attaque aux défenseurs des droits des femmes devrait être sous le coup d’une enquête et traduit en justice, et des recours devraient être prévus.

Par le biais de son Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains, la FIDH, en collaboration avec Protection internationale (PI), Asia Pacific Forum on Women et Law and Development (APWLD) a présenté ses recommandations avant la révision dans un rapport commun « In harm’s way : Women human rights defenders in Thailand » (En danger : les défenseurs des droits des femmes en Thaïlande) qui relate les différentes formes de répression dont sont victimes les défenseurs des droits des femmes depuis le coup d’État de mai 2014. Ces faits sont largement repris dans les conclusions du CEFDF qui ont également souligné la surpopulation extrême et les conditions déplorables des prisons qui ne répondent pas aux normes internationales. Ces problèmes ont été notamment soulevés par la FIDH et son organisation membre thaïlandaise Union for Civil Liberty (UCL) dans leur contre-rapport commun présenté avant la révision sur la Thaïlande ainsi que dans « Behind the walls – A look at conditions in Thailand’s prisons after the coup » (Derrière les murs – un aperçu des conditions dans les prisons de Thaïlande après le coup d’État).

Lire la suite
impact