Maroc : le roi gracie une centaine de manifestants du Hirak

04/06/2019
Impact
en fr

Le 4 juin dernier, le roi Mohammed VI a gracié 60 manifestants détenus pour leur participation au Hirak du Rif en 2016 ainsi que 47 autres ayant participé au Hirak de Jerada en 2017, au motif que ces personnes n’avaient pas commis de violence ou d’actes graves au cours de ces évènements. Les manifestations du Hirak ont fait suite à la mort tragique du poissonnier Mohcine Fikri en 2016 et ont eu pour objectif de dénoncer le manque de moyens accordés aux régions marginalisées du Maroc et de réclamer davantage de droits économiques et sociaux fondamentaux. Ces mouvements sociaux ont été brutalement réprimés par les autorités.

Au cours d’une mission au Maroc en février 2019, la FIDH a appelé sans relâche les autorités marocaines à libérer les personnes ayant participé à ces manifestations et à se pencher sur la question fondamentale des droits économiques et sociaux soulevée par ces mouvements. La libération accordée à ces manifestants est un premier pas dans la bonne direction, mais le Maroc doit continuer dans cette voie en libérant l’ensemble des personnes arrêtées pour avoir pacifiquement demandé le respect de leurs droits fondamentaux. De même, les autorités doivent à présent apporter une réponse politique, sociale et économique aux revendications de ces mouvements de protestations. La FIDH restera vigilante et continuera son travail pour s’assurer que le Maroc respecte ses engagements nationaux, régionaux et internationaux en matière de droits humains, en garantissant les droits économiques, sociaux et culturels de tous, et en respectant la liberté de réunion, de circulation et d’association.

Suivez nos actions sur notre travail et nos organisations au Maroc ici.

Lire la suite
impact