Recrutement

La fidh recrute, rejoignez-nous !

La FIDH (Fédération internationale pour les droits humains) est une organisation non gouvernementale internationale dont la vocation est de favoriser le respect des principes inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Elle fédère 184 associations nationales de défense des droits humains actives sur les cinq continents.

Nos offres

  • La FIDH recherche pour son plaidoyer auprès de l’Union africaine un.e consultant.e (Référence : consult-UA-05-19)

    Statut : contrat de consultant-e de un an, à partir du 24 juin 2019

    Le-la consultant-e réalisera sa mission en relation avec les responsables du bureau Afrique de la FIDH.

    Délai de présentation des candidatures : 07 juin 2019

    La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) est une organisation non gouvernementale internationale basée en France dont la vocation est de favoriser le respect des principes inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. La FIDH fédère 184 associations nationales de défense des droits humains actives sur les cinq continents.

    Objectifs de la mission :

    Renforcer le plaidoyer de la FIDH et de ses organisations membres auprès de l’Union africaine, principalement auprès du Comité des Représentant.es permanent.es, du Conseil de paix et de sécurité et des départements pertinents de la Commission de l’Union africaine.

    Contenu de la mission

    - Communiquer aux organes de l’Union africaine les préoccupations et recommandations de la FIDH et de ses organisations membres en Afrique ;
    - Renforcer l’interaction entre ces organes, la FIDH et ses organisations membres et partenaires en Afrique ;
    - Apporter un conseil sur la stratégie de plaidoyer de la FIDH et de ses organisations membres sur la situation des droits humains en Afrique, auprès des États membres de l’UA ;
    - Établir avec les ONGs nationales, régionales et internationales de défense des droits humains des stratégies communes de plaidoyer auprès de l’UA ;
    - Représenter la FIDH et ses organisations membres lors de réunions organisées au sein de l’UA ;
    - Préparer, organiser et prendre part à des interfaces de plaidoyer avec des représentant.es de la FIDH et de ses organisations membres et partenaires ;
    - Rédiger des documents de dénonciation, d’alerte et de plaidoyer à l’attention de l’UA ;
    - Apporter un conseil visant à développer la visibilité des prises de positions publiques de la FIDH auprès des médias ;
    - Contribuer à la programmation et assurer le reporting des activités menées auprès de l’UA ;
    - Soutenir la stratégie de recherche de financements de la FIDH.

    Modalités :

    - La mission pourra être réalisée à distance selon le lieu de travail choisi par le/la consultant-e. Une priorité sera toutefois accordée aux candidatures de personnes résidant en Éthiopie et/ou dans la sous-région d’Afrique de l’Est. Des voyages réguliers, si nécessaire de plusieurs semaines, sont à prévoir à Addis Abeba (Éthiopie). Des déplacements pourront également être prévus en Gambie (siège de la Commission africaine des droits de l’Homme et des Peuples), en Tanzanie (siège de la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples), ou dans tout autre état membre de l’UA. Dans ce cas, les frais de déplacement pourront être couverts par la FIDH sur présentation des justificatifs.
    - Le/la consultant-e pourra être amené-e à se rendre au siège de la FIDH à Paris pour des réunions de travail avec les membres des bureaux de la FIDH. Dans ce cas les frais de déplacement pourront être couverts par la FIDH sur présentation des justificatifs.
    - Le-la consultant-e signera un contrat de prestation de services avec la FIDH et s’engagera, à travers une clause de confidentialité, à ne pas communiquer sur le contenu de sa mission avec des tiers extérieurs à la FIDH.

    Profil :

    - Bonne connaissance des problématiques liées à la protection des droits humains en Afrique ;
    - Bonne connaissance du système de l’Union africaine (son fonctionnement, ses organes et mécanismes) ;
    - Expérience dans le plaidoyer et la représentation, sur des questions relatives à la protection des droits humains ;
    - Master en droit, relations internationales, sciences politiques ;
    - Maîtrise du français et de l’anglais (à l’écrit et à l’oral). La connaissance d’une autre langue officielle de l’UA est un atout ;

    Statut de free lance-travailleur indépendant
    Durée : La mission a une durée d’un an, renouvelable
    Honoraires : 36,000 euros TTC pour la période de juillet 2019 à juin 2020.

    Nous vous remercions d’adresser votre dossier (lettre et CV), par e-mail, en précisant dans l’objet de votre e-mail la référence (consult-UA-05-19), à l’adresse :

    recrutement-consult-UA-05-19@fidh.org

  • La FIDH recherche un ou une Délégué(e) de la FIDH auprès de l’Union Européenne Niveau A

    La FIDH est une organisation non gouvernementale internationale dont le siège est basé à Paris et dont la vocation est de favoriser le respect des principes inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. La FIDH fédère 184 associations nationales de défense des droits humains actives sur les cinq continents.
    La FIDH s’emploie, par le truchement de sa délégation basée à Bruxelles et de ses activités de documentation et de plaidoyer, à ce que l’Union européenne : soutiennent les droits humains, réforme ses politiques, mesure davantage les impacts de celles-ci, crée les mécanismes de protection adéquats et à ce qu’elle use de ses leviers pour faire avancer le respect et la protection des droits humains sur la scène internationale et dans ses pays partenaires. La FIDH s’attache dans ce cadre notamment à interpeller l’Union européenne et à faciliter les rencontres entre ses ligues membres et les différentes institutions européennes.
    Sous la responsabilité hiérarchique directe de la Représentante de la FIDH auprès de l’UE et la supervision du Directeur du plaidoyer (DOIG), il ou elle assure les missions et responsabilités suivantes :

    Mettre en œuvre les activités de la délégation
    - Suivre les évolutions et actualités de l’UE ainsi que les développements ayant trait aux relations de l’UE avec les pays tiers.
    - Informer les bureaux géographiques et thématiques de la FIDH des opportunités de plaidoyer et d’avancements.
    - Organiser la participation des ONGs membres ou partenaires de la FIDH au plaidoyer auprès des interlocuteurs pertinents au sein des institutions de l’Union Européenne à Bruxelles (actualiser les listes de contacts, prendre les rendez-vous, préparer les réunions avec les représentants de l’Union européenne, rédiger les notes de position utiles à partir des informations de la FIDH et de ses organisations membres et partenaires, contribuer à l’élaboration de termes de référence, accueil des défenseurs, aide à la préparation de documents de plaidoyer).
    - Accompagner les défenseurs dans les activités de représentation auprès des organisations et des institutions internationales présentes à Bruxelles.
    - Participer à la formulation de recommandations à adresser aux institutions européennes, fournir les informations utiles aux institutions européennes en vue de contribuer à des prises de positions favorables aux droits humains.
    - Participer à la valorisation des activités de la délégation (via les outils de communication et en lien avec le département Communication de la FIDH).
    - Suivre les impacts des activités de la délégation de Bruxelles.
    - Participer au reporting des activités, à la mise à jour les tableaux de suivi, fiches interfaces, compte-rendu d’activités, etc.

    Animer l’interaction avec les acteurs internes et externes
    - Contribuer au partage d’information avec les bureaux géographiques et thématiques et avec les autres délégations, sur les stratégies et activités de la délégation.
    - Soutenir la bonne communication à destination ou en provenance des ligues et partenaires de la FIDH qui sont en relation avec le bureau, dans le but de renforcer le lien avec elles/eux.
    - Contribuer à une communication fluide de l’information auprès des membres des organes de gouvernance de la FIDH.
    - Contribuer au développement de partenariats stratégiques avec les ONGs basées à Bruxelles.

    Contribuer aux tâches administratives et logistiques quotidiennes du bureau

    Participer à la formation et à l’accompagnement des stagiaires

    Profil :
    Master en droit, relations internationales, droits humains, sciences politiques, 3 ans d’expérience professionnelle dans une fonction similaire.
    Excellente expérience et connaissance des institutions et politiques de l’Union Européenne.
    Excellente connaissance du cadre juridique international et européen relatif aux droits humains, et des enjeux de leur renforcement.
    Aptitude à analyser les questions relatives aux droits humains et à l’Union européenne, et à proposer des stratégies de plaidoyer.
    Capacité à produire des exposés clairs, convaincants et concis, documents de recherche, positions et documents.
    Engagement en faveur des droits humains, et attachement à la valorisation du travail des acteurs de terrains.
    Compétences interpersonnelles, de travail en équipe, de participation à la coordination collective du travail, à se motiver et à motiver les autres.
    Maîtrise du français et de l’anglais. L’espagnol est un atout.

    Conditions :

    Contrat : CDI- Temps plein – Entrée en fonction au 1er octobre 2019
    Lieu : Bruxelles
    Délai de présentation des candidatures : 28 Juin 2019
    Conditions Salariales : Rémunération mensuelle entre 3000 et 3200 euros Brut selon expérience.
    Nous vous prions d’envoyer votre CV accompagné d’une lettre de motivation en indiquant la référence du poste (Délégué ou déléguée de la FIDH auprès de l’Union Européenne) dans l’objet de votre email à l’adresse :
    recrutement-due-06-19@fidh.org

  • La FIDH cherche un-une Billettiste pour la tenue de son 40 eme Congrès à Taiwan

    Contrat : CDD – Temps plein du 04/07/2019 au 04/09/2019
    Heures : régime des 35 heures
    Lieu : Siège de la FIDH à Paris (11ème) avec des déplacements possible à Taïwan
    Délai de présentation des candidatures : 14 juin 2019

    Travail sous la responsabilité de la Directrice générale adjointe et sous la supervision de la Coordinatrice de l’organisation du Congrès.

    Missions/responsabilités :

    Au sein de l’équipe et en lien avec le Comité de pilotage du Congrès, le/la Billettiste participe à l’organisation logistique du 40ème Congrès de la FIDH à Taïwan, et est chargé-e :
    De l’organisation des déplacements des participants au Congrès :
     Communications (via mail principalement, et téléphone) avec les participants
     Tenue-mise à jour de la liste des participants
     Identification des outils informatiques nécessaires à la gestion des voyages
     Recueil et regroupement des demandes, attentes, besoins des participants en matière de transport, hébergement et restauration. Information et soutien sur les différentes possibilités
     Gestion des devis, négociations des tarifs des agences de voyage concernant les déplacements des participants au Congrès
     Gestion des achats, confirmations, modification des billets
     Contrôle de la conformité des prestations transport et hébergement à la politique « Voyages » de la FIDH
     Réservations et veille sur la qualité des services offerts par les prestataires (compagnies aériennes, hôtels, restaurants, cohérence des trajets proposés, etc.)
     Gestion des visas des participants : vérification de la validité-obtention des visas et des passeports, participation aux dossiers de demande de visas dont les visas de transit
     Assistance aux participants en cas de problème et de litige lors de leur voyage
    Du suivi de l’hébergement des participants :
    - Support pour l’organisation du rooming
    - Appui à la gestion de la restauration des participants
    Du soutien logistique et administratif à la préparation du Congrès

    Profil :
    Formation de type BTS Tourisme
    Maîtrise de l’anglais et de l’espagnol (écrit et oral).
    Maîtrise des outils Pack office (Word, Excel) et GDS.
    Bonne culture générale, très rigoureux-se, organisé-e, dynamique, autonome, avec le sens de l’initiative et de l’anticipation.
    Expérience en organisation de voyages.
    Sens de l’organisation, rigueur
    Capacités relationnelles, diplomatie
    Sens du travail en équipe
    Réactivité, sens pratique
    Rémunération mensuelle brute : entre 2000 et 2450 euros (selon expérience)
    Nous vous prions d’envoyer votre CV, accompagné d’une lettre de motivation, avec la référence du poste dans l’objet de votre mail (BILL-06-19), par email, à :

    recrutement-billettiste-06-19@fidh.org

  • La FIDH cherche à recruter un/e d’expert/e en sciences sociales/ politiques/ humaines

    La FIDH cherche à recruter un/e d’expert/e en sciences sociales/ politiques/ humaines pour sonder les orientations politiques à propos du projet du code des libertés individuelles en Tunisie

    Introduction :
    Dans la continuité de leur campagne lancée depuis 2016 afin de promouvoir l’égalité et des libertés individuelles en Tunisie, la FIDH, l’ADLI, la LTDH et l’ATFD mettent en place un projet œuvrant pour le renforcement de l’adhésion citoyenne et politique au projet du code des libertés individuelles. Axé sur l’analyse juridique, la consolidation du dialogue entre les acteurs associatifs et politiques, la communication et le plaidoyer, ce projet soutenu par la Fondation Heinrich Böll et étalé sur l’année 2019, débutera par la mise en place d’un pôle d’expert-e-s qui réaliseront une étude juridique permettant d’analyser le projet du code des libertés individuelles (Projet Numero 71/20181) à la lumière de la constitution tunisienne et des standards internationaux pertinents en matière d’égalité et des libertés individuelles et une évaluation préliminaire pour analyser le degré d’engagement des députés en faveur des libertés individuelles : une enquête sera réalisée par un expert en sciences sociales/ politiques/ humaines.
    A cet effet la FIDH cherche à recruter un/e expert/e en sciences sociales/ politiques/ humaines pour réaliser une évaluation préliminaire et analyser le degré d’engagement des partis politiques en faveur des libertés individuelles.
    Cette enquête sera réalisée sur la base d’un questionnaire et d’entretiens individuels avec un échantillon représentatif des acteurs politiques tunisiens, sélectionnés selon des critères de représentativité des différents partis, des régions de la Tunisie, des critères d’âge et de genre. Ce travail d’enquête permettra de donner une idée préliminaire de la tendance du vote au sein de l’ARP et sur les besoins des parlementaires potentiels en matière de sensibilisation. Les résultats de cette évaluation permettront également d’orienter le plaidoyer des acteurs de la société civile, de mieux identifier les politiques à cibler, et par là-même les actions à entreprendre pour plaider en faveur de l’adoption du code une fois soumis à l’Assemblé des Représentants du Peuple.

    Cadre de la mission :
    Le 11 octobre 2018, 14 députés issus de différents blocs parlementaires ont déposé un projet de code des libertés individuelles. Reconnaissant la liberté de conscience, la libre disposition du corps et les droits liés à la personne humaine, proposant l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité, la sanction de toutes les formes de discrimination y compris celles fondées sur l’orientation sexuelle, et apportant des précisions concernant un nombre de dispositions pénales largement utilisées pour réprimer les libertés individuelles, cette initiative législative vient donner suite à l’une des grandes recommandations formulées dans le rapport de la Commission de l’égalité et des libertés individuelles (COLIBE) publié le 12 juin 2018.

    Il s’agit d’un impact réel de la mobilisation acharnée menée par la société civile tunisienne notamment pour accompagner la Commission des Libertés Individuelles et de l’Egalité (COLIBE) dans ses travaux de mapping presque exhaustif des lois et dispositions juridiques restrictives des libertés individuelles, ainsi que pour soutenir le rapport et ses propositions de réformes à travers de multiples actions2 dont la tenue du Congrès de Tunis pour l’égalité et les libertés individuelles organisé le 24 juillet 2018 par un large consorsium d’organisations (31 partenaires), l’élaboration d’un Pacte pour l’égalité et les libertés individuelles signé par plus de 100 organisations et soutenu par des centaines d’artistes, intellectuels, juristes, activistes et journalistes, et une campagne de communication dans les médias et sur les réseaux sociaux pour faire connaitre le contenu du rapport au grand public3.

    Aujourd’hui, le projet du code des libertés individuelles devrait etre examiné par la Commission des droits et libertés et des relations extérieures au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple.

    C’est dans ce cadre que la FIDH, l’ADLI, la LTDH et l’ATFD continuent leur mobilisation coordonnée dans l’objectif de renforcer une adhésion politique et citoyenne à l’initiative législative visant à doter la Tunisie d’un code des libertés individuelles et promouvoir ainsi un cadre législatif national protecteur des droits humains universels. Pour y arriver, une lecture analytique du projet de code faciliterait son assimilation par les différents acteurs. Des échanges entre les députés, les partis politiques et les activistes de la société civile seront facilités par les partenaires du projet, et des expériences comparées en la matière seront mises en exergue afin d’encourager une plus grande adhésion des députés tunisiens à cette initiative.

    Résumé de la mission :

    Projet
    Renforcer le plaidoyer pour l’adoption d’un code des libertés individuelles en Tunisie
    Partenaires impliqués
    FIDH-ADLI-LTDH-ATFD
    Lieu de la mission
    Tunis
    Type de la mission
    Réaliser une évaluation préliminaire et analyser le degré d’engagement des partis politiques en faveur du projet n°71/2018 relatif au code des libertés
    Responsable du projet
    Yosra Frawes-Déléguée de la FIDH en Tunisie
    Durée de la mission
    30 jours
    Financement de la mission
    Fondation Heinrich Böll

    Principales responsabilités de l’expert/e :
    L’expert/e est responsable de la constitution de l’échantillon représentatif des personnes à sonder parmi les acteurs politiques
    Il/ elle est responsable de l’élaboration du questionnaire à utiliser lors de l’enquête
    Il/ elle est responsable d’organiser les entretiens individuels avec les personnes indiquées et retenues après concertation et échange avec les acteurs du projet
    Il/ elle est responsable de soumettre le rapport d’évaluation des orientations politiques en matière des libertés individuelles
    Méthodologie :
    L’expert/e mènera son travail en concertation avec les représentant-e-s des organisations partenaires du projet (FIDH ADLI LTDH et ATFD) qui se réuniront dans le cadre d’un comité de pilotage.
    L’expert/e sera appelé-e- à travailler en concertation avec le comité du pilotage et la Déléguée de la FIDH en Tunisie.
    L’expert/e sera convié-e- à des réunions de présentation et de validation de son travail.

    Calendrier :
    La durée de la mission s’étale sur 30 jours à partir de la signature du contrat :
    Réunion de cadrage
    1 j
    Pv de la réunion
    Elaboration du plan de travail / du questionnaire et de l’échantillon représentatif
    5 j
    Plan, questionnaire et échantillon validés
    Enquête
    17 j
    les premiers résultats de l’enquête
    Présentation des premiers résultats d’enquête
    1j
    Commentaires et retours sur les premiers résultats
    Elaboration du rapport de l’enquête
    5 j
    Le rapport de l’enquête
    Réunion de validation finale
    1 j
    Analyse finalisée et validée

    Conditions
    Contrat de consultance à durée déterminée de 30 jours
    Rémunération selon budget, l’enveloppe globale à cette étude est de 14 850 Dinars. Ce montant est mentionné à titre indicatif en brut. Il couvre les honoraires de l’expert/e tout inclus.
    Payement sur deux tranches,

     Critères d’éligibilité :
     Au moins bac + 5 - Licences universitaires / Master/doctorat en sciences sociales/ politiques/ humaines ;
     Expérience confirmée dans la réalisation d’évaluation, de sondage et d’enquête, la rédaction de rapports d’analyse et des documents de plaidoyer ;
     Bonne connaissance du contexte des droits humains en Tunisie et sensibilité à la cause ;
    Excellentes capacités d’analyse, de synthèse et de rédaction ;
    Flexibilité quant aux horaires, aux visites, et une disponibilité importante ;
     La fonction appelle une grande autonomie, où la prise de décision et d’initiative est importante, mais qui demande une validation ;
     Excellente maîtrise du français ;
     Disponibilité pour la mission ;
     Esprit d’équipe ;
     Rigueur et persévérance

    NB : La FIDH encourage les femmes à postuler.

    Pour postuler, les candidat-e-s intéressé-e-s doivent envoyer :
    1. Les curriculums vitae des deux expert-e-s constituant l’équipe ;
    2. Une lettre de motivation commune expliquant la répartition des missions ;
    3. Une note méthodologique (maximum 4 pages) contenant un calendrier de la mission ;
    Les dossiers de candidature devraient être envoyés par mail à l’adresse tunis@fidh.org au plus tard le 25 juin 2019.
    Mettre en objet du mail : FIDH/candidature expert/e en sciences sociales/ politiques/ humaines.
    Les candidatures seront traitées après la date limite de réception des dossiers.

  • La FIDH cherche à recruter de deux expert/e/s juristes pour effectuer une lecture analytique du projet de code des libertés individuelles en Tunisie

    La FIDH cherche à recruter de deux expert/e/s juristes pour effectuer une lecture analytique du projet de code des libertés individuelles en Tunisie

    Introduction :
    Dans la continuité de leur campagne lancée depuis 2016 afin de promouvoir l’égalité et les libertés individuelles en Tunisie, la FIDH, l’ADLI, la LTDH et l’ATFD mettent en place un projet œuvrant pour le renforcement de l’adhésion citoyenne et politique au projet de code des libertés individuelles. Axé sur l’analyse juridique, la consolidation du dialogue entre les acteurs associatifs et politiques, la communication et le plaidoyer, ce projet soutenu par la Fondation Heinrich Böll et étalé sur l’année 2019 débutera par la mise en place d’un pôle d’expert-e-s qui réaliseront une étude juridique permettant d’analyser le projet de code des libertés individuelles (Projet Numero 71/20181) à la lumière de la constitution tunisienne et des standards internationaux pertinents en matière d’égalité et des libertés individuelles.
    A cet effet, la FIDH cherche à engager deux experts/expertes juristes qui travailleront en binome pour assurer une lecture analytique du projet de code des libertés individuelles. Cette lecture permettra de formuler des recommandations pertinentes que la société civile proposera dans un plaidoyer coordonné pour améliorer le projet de code. L’analyse sera publiée sur les sites internet des partenaires du projet et diffusée auprès des parlementaires et des journalistes.

    Cadre de la mission :
    Le 11 octobre 2018, 14 députés issus de différents blocs parlementaires ont déposé un projet de code des libertés individuelles. Reconnaissant la liberté de conscience, la libre disposition du corps et les droits liés à la personne humaine, proposant l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l’homosexualité, la sanction de toutes les formes de discrimination y compris celles fondées sur l’orientation sexuelle, et apportant des précisions concernant un nombre de dispositions pénales largement utilisées pour réprimer les libertés individuelles, cette initiative législative vient donner suite à l’une des grandes recommandations formulées dans le rapport de la Commission de l’égalité et des libertés individuelles (COLIBE) publié le 12 juin 2018.

    Il s’agit d’un impact réel de la mobilisation acharnée menée par la société civile tunisienne notamment pour accompagner la Commission des Libertés Individuelles et de l’Egalité (COLIBE) dans ses travaux de mapping presque exhaustif des lois et dispositions juridiques restrictives des libertés individuelles, ainsi que pour soutenir le rapport et ses propositions de réformes à travers de multiples actions2 dont la tenue du Congrès de Tunis pour l’égalité et les libertés individuelles organisé le 24 juillet 2018 par un large consortium d’organisations (31 partenaires), l’élaboration d’un Pacte pour l’égalité et les libertés individuelles signé par plus de 100 organisations et soutenu par des centaines d’artistes, intellectuels, juristes, activistes et journalistes, et une campagne de communication dans les médias et sur les réseaux sociaux pour faire connaître le contenu du rapport au grand public3.

    Aujourd’hui, le projet de code des libertés individuelles devrait etre examiné par la Commission des droits et libertés et des relations extérieures au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple.

    C’est dans ce cadre que la FIDH, l’ADLI, la LTDH et l’ATFD continuent leur mobilisation coordonnée dans l’objectif de renforcer une adhésion politique et citoyenne à l’initiative législative visant à doter la Tunisie d’un code des libertés individuelles et promouvoir ainsi un cadre législatif national protecteur des droits humains universels. Pour y arriver, une lecture analytique du projet de code faciliterait son assimilation par les différents acteurs. Des échanges entre les députés, les partis politiques et les activistes de la société civile seront facilités par les partenaires du projet, et des expériences comparées en la matière seront mises en exergue afin d’encourager une plus grande adhésion des députés tunisiens à cette initiative.

    Résumé de la mission :

    Projet
    Renforcer le plaidoyer pour l’adoption d’un code des libertés individuelles en Tunisie
    Partenaires impliqués
    FIDH-ADLI-LTDH-ATFD
    Lieu de la mission
    Tunis
    Nature de la mission
    Procéder à l’analyse juridique du projet n°71/2018 relatif au code des libertés individuelles en se référant à la constitution et aux standards internationaux pertinents en la matière.
    Responsable du projet
    Yosra Frawes-Déléguée de la FIDH en Tunisie
    Durée de la mission
    20 jours
    Financement de la mission
    Fondation Heinrich Böll

    Principales responsabilités des expert-E-s :
    Les deux expert-E-s juristes travailleront en binôme et seront responsables de la réalisation d’une étude analytique des dispositions du projet n° 71/2018 relatif au code des libertés individuelles pour :
    Fournir une analyse juridique du projet de code des libertés individuelles en s’appuyant sur la constitution et les conventions internationales des droits humains afin de mettre en exergue non seulement son utilité pour promouvoir les libertés individuelles, mais aussi ses limites par rapport aux textes internationaux et le droit comparé ;
    Examiner, une par une, les dispositions du projet n°71/2018 relatif au code des libertés individuelles et analyser leur conformité avec la constitution du 27 janvier 2014 et les conventions internationales ratifiées par la Tunisie ;
    Fournir une lecture critique du code sur les dispositions non conformes à la Constitution et aux engagements internationaux de la Tunisie en matière de libertés individuelles ;
    Formuler des propositions de dispositions juridiques ou de modifications pour améliorer le projet de code des libertés individuelles.
    Méthodologie :
    L’équipe d’experts mènera son travail en concertation avec les représentant-e-s des organisations partenaires du projet (FIDH, ADLI, LTDH et ATFD) qui se réuniront dans le cadre d’un comité de pilotage.
    Les expert-e-s seront appelé-e-s à travailler en binôme et à se distribuer les tâches en concertation avec le comité du pilotage et la Déléguée de la FIDH en Tunisie.
    Les expert-e-s seront convié-e-s à des réunions de présentation et de validation de leur travail.

    Calendrier :
    La durée de la mission s’étale sur 20 jours à partir de la signature du contrat :
    Réunion de cadrage
    1 j
    Pv de la réunion
    Elaboration du plan de l’étude
    2 j
    Plan validé
    Analyse
    8 j
    les premiers résultats de l’analyse
    Présentation des premiers résultats d’analyse
    1j
    Commentaires et retours sur les premiers résultats de l’analyse
    Elaboration de l’étude
    7 j
    Le draft du rapport de l’étude
    Réunion de validation finale
    1 j
    Etude finalisée et validée

    Conditions :
    Contrat de consultance à durée déterminée de 20 jours,
    Rémunération selon budget, l’enveloppe globale à cette étude est de 15 888 Dinars. Ce montant est mentionné à titre indicatif en brut. Il couvre les honoraires du binôme d’experts tout inclus.
    Paiement sur deux tranches,

     Critères d’éligibilité :
     Au moins bac + 5 - Licences universitaires / Master/doctorat en droit ou en sciences juridiques ;
     Expérience confirmée dans la recherche, la rédaction de rapports d’analyse de textes juridiques et les documents de plaidoyer ;
    Bonne connaissance du contexte des droits humains en Tunisie et sensibilité à la cause ;
     Excellentes capacités d’analyse, de synthèse et de rédaction ;
     Flexibilité quant aux horaires, aux visites, et une disponibilité importante ;
     La fonction appelle une grande autonomie, où la prise de décision et d’initiative est importante, mais qui demande une validation ;
    Excellente maîtrise du français ;
     Esprit d’équipe ;
    Disponibilité pour la mission ;
     Rigueur et persévérance.

    La FIDH encourage les femmes à postuler.

    Pour postuler, les candidat-e-s intéressé-e-s doivent envoyer :
    1. Un curriculum vitae ;
    2. Une lettre de motivation ;
    3. Une note méthodologique (maximum 2 pages) contenant un calendrier de la mission ;

    Les dossiers de candidature doivent être envoyés par mail à l’adresse : tunis@fidh.org au plus tard le 25 juin 2019

    Mettre en objet du mail : FIDH/candidature expert/e juriste

    Les candidatures seront traitées après la date limite de réception des dossiers.

suivez nous sur linkedin