Recrutement

La FIDH recrute, rejoignez-nous !

La FIDH (Fédération internationale pour les droits humains) est une organisation non gouvernementale internationale dont la vocation est de favoriser le respect des principes inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Elle fédère 188 associations nationales de défense des droits humains actives sur les cinq continents.

Nos offres

  • AUDIT FINANCIER EXTERNE

    Objet des présents termes de référence

    Dans le cadre du contrat de financement n° CZZ 3588 01 M « Renforcer la protection des défenseurs des droits humains les plus à risque – phase 3 », entre l’Agence Française de Développement (AFD), ci-après « l’Agence » ou l’AFD, et la Fédération internationale pour les droits humains, ci-après « la Bénéficiaire » ou la FIDH, il est prévu de procéder à un audit financier externe intermédiaire et final. Cet audit sera réalisé par un cabinet d’audit indépendant et devra contrôler notamment que les fonds de la subvention ont été utilisés conformément aux stipulations du contrat de financement du Projet et aux procédures de l’AFD. Comme pour la phase 2, et au vu d’une autorisation de « dézonage » accordée par l’AFD par e-mail en date du 26 avril 2023, l’audit devra vérifier notamment que la FIDH est en mesure d’assurer une traçabilité des fonds, et donc de bien distinguer le périmètre financier relevant de l’AFD et le périmètre relevant des cofinancements (essentiellement des fonds UE).

    I. PRÉSENTATION DE L ’ ORGANISATION ET DU PROJET À AUDITER

    Présentation de la FIDH

    1.1.1. Mission et objectifs

    La FIDH est une ONG internationale de défense des droits humains. Elle regroupe 188 organisations nationales de défense des droits humains dans 116 pays. Depuis 1922, la FIDH est engagée dans la défense de tous les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels tels que définis dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Pour la FIDH, la transformation des sociétés est d’abord du ressort des acteurs locaux. Ses activités visent à renforcer leur capacité d’action et leur influence. Elle agit aux niveaux régional, national et international en soutien de ses organisations membres et partenaires pour remédier aux situations de violations des droits humains et consolider les processus de démocratisation. Son action s’adresse aux États et aux autres détenteurs de pouvoir, comme les groupes d’opposition armés et les entreprises multinationales. Les principaux bénéficiaires sont les organisations nationales de défense des droits humains membres de la FIDH et, par leur intermédiaire, les victimes des violations des droits humains. La FIDH a également élargi son champ d’action à des organisations partenaires locales et développe des alliances avec d’autres acteurs de changement.

    1.1.2. Organisation institutionnelle et fonctionnement

    L’organisation et le fonctionnement de la FIDH reflètent ses principes de gouvernance : à la base, les 188 organisations membres. La FIDH repose ainsi sur trois piliers :

    Le Congrès qui regroupe les 188 organisations membres de la FIDH. Il se réunit tous les trois ans et débat des priorités thématiques et géographiques de la FIDH et décide des orientations politiques de l’organisation.

    Le Bureau international : Il compte 22 membres bénévoles issu.es des organisations membres de la FIDH et élu.es par le Congrès, le/la président.e, le/la trésorier.ère, 15 vice- président.es et 5 secrétaires généraux.ales. Il fixe les orientations et objectifs stratégiques principaux, dans le cadre des orientations politiques définies par le Congrès. Il approuve les comptes annuels de la FIDH. Il se réunit trois fois par an et fait rapport au Congrès.

    Le Secrétariat international : Basé à Paris, il est composé d’une équipe professionnelle, dirigée par une directrice générale et une directrice générale adjointe, qui siègent avec voix consultative au Bureau international et au Bureau exécutif. Ses équipes sont organisées par régions, par priorités d’action (thématiques) et en délégations. Le Secrétariat international a ainsi des bureaux de représentation auprès de l’ONU à Genève, auprès de l’Union européenne à Bruxelles, auprès de la Cour Pénale Internationale à La Haye, un bureau régional à Bangkok. Il compte également un département communication et relations publiques, ainsi qu’un département administratif et financier. En relation permanente avec le terrain, il met en œuvre les décisions des organes politiques de la FIDH en lien avec les organisations membres, les chargé.es de mission et les membres des Bureaux international et exécutif.

    1.1.3. Budget de la FIDH

    La FIDH possède un budget annuel d’environ 8 à 9 millions d’euros. La FIDH est financée à la fois par des institutions internationales et nationales ; des fondations, associations et autres institutions ; des entreprises ; des particuliers et particulières.

    Descriptif du projet

    1.2.1. Localisation du Projet

    Le projet est mis en œuvre dans les pays cibles suivants : Algérie, Bangladesh, Bolivie, Birmanie, Brésil, Burundi, Cambodge, Cameroun, Colombie, Égypte, El Salvador, Éthiopie, Guatemala, Guinée, Honduras, Iran, Irak, Kazakhstan, Kenya, Kirghizistan, Maldives, Mexique, Mozambique, Népal, Nicaragua, Ouganda, Ouzbékistan, Pakistan, Pérou, Philippines, Ouganda, Ouzbékistan, Territoires palestiniens occupés, République démocratique du Congo, Soudan, Sri Lanka, Syrie, Tchad, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Thaïlande, Venezuela, Zimbabwe. 10 pays n’ont pas été pré-identifiés dans le contrat, ce qui correspond au « Panel d’urgence », un panel de pays devant être identifiés et intégrés au périmètre géographique du Projet au cours du projet, selon une méthodologie précise fixée par l’AFD et la FIDH. Par ailleurs, un « dézonage » permettant un périmètre différencié par bailleurs, accordé par l’AFD via un e-mail en date du 26 avril 2023, donne à la FIDH la possibilité d’intervenir dans tous les pays, au-delà des pays cibles, exclusivement via les fonds intervenant en cofinancement du contrat.

    1.2.2. Calendrier du Projet

    Durée du projet (mois) : 36 mois

     Durée de la tranche 1 (mois) : 12 mois
     Durée de la tranche 2 (mois) : 24 mois

    Date de démarrage effectif : 1 er octobre 2022. Date de clôture effective prévue : 30 septembre 2025.

    1.2.3. Contenu du projet : Objectif(s) global et spécifique(s) / Résultats attendus / Activités

    RÉSUMÉ DU PROJET : Les défenseur.es des droits humains sont des acteurs incontournables du développement et de la promotion de l’État de droit et de la paix. Dans de nombreux pays, ils/elles sont harcelé.es voire réprimé.es en raison de leur engagement. En outre, des dispositifs législatifs de plus en plus restrictifs sont adoptés partout dans le monde pour entraver leur liberté d’expression, d’association, et de manifestation. En réponse, le projet vise à soutenir directement les défenseur.es les plus à risque, et à renforcer leur capacité d’action et d’influence en œuvrant pour un environnement plus favorable. *** Objectif global : Renforcer la protection des défenseur.es des droits humains les plus à risque.

    Indicateur d’impact/effets : Environ 2400 défenseur.es des droits humains à risque sont protégés dans au moins 41 pays du monde.

    Objectif spécifique 1 : Les défenseur.es des droits humains à risque, c’est-à-dire en situation d’insécurité ou de répression, sont protégé.es.

    Indicateur d’impact/effets – IOS1 : Durant le projet, au moins 2 100 défenseur.es en situation de harcèlement et de répression sont protégé.es (dont au moins 25 % de femmes et 15 % de défenseur.es des droits liés à la terre et à l’environnement) ; durant le projet, au moins 300 défenseur.es sont libéré.e.s. Les données sur les défenseur.es soutenu.es seront désagrégées par genre et par type de défenseur.e (par exemple, défenseur.es des droits à la terre et l’environnement), mais aussi par type de répression, afin de pouvoir analyser et suivre le soutien aux défenseur.es les plus à risque, grâce aux chiffres générés par la base de données de l’Observatoire.

    Résultat 1 (OS1) : Les défenseur.es des droits humains en situations d’insécurité ou de répression, c’est-à-dire de détention arbitraire ou harcelé.es voient leurs situations améliorées

    Indicateur R1.1 : 538 défenseur.es avec une situation améliorée. sont libéré.es1

    Activité 1.1 – Gérer un fonds de subventions d’urgence pour au moins 65 défenseur.es en danger

    Indicateur de suivi – IA1.1 : dans le cadre du projet, 65 assistances d’urgence seront octroyées, dont 20 soutiens psychosociaux.

    Activité 1.2 – Soutenir la production d’une documentation quotidienne au moyen d’un mécanisme d’alertes urgentes

    Indicateur de suivi – IA1.2 : Dans le cadre du projet, au moins 900 alertes urgentes portant sur des cas individuels de harcèlement, ainsi que sur des analyses de projets de législation contraires aux normes internationales seront rédigées, publiées et diffusées.

    Activité 1.3 – Organiser 15 missions d’observation judiciaire, d’information, ou d’urgence

    Indicateur de suivi – IA1.3 : dans le cadre du projet, 15 missions d’observation judiciaire, d’urgence ou d’information seront déployées en soutien aux défenseur.es harcelé.es, en fonction des besoins.

    Résultat 2 (OS1) : Les acteurs de protection des défenseur.es agissent en faveur des défenseur.es en danger :

    Indicateurs R2.1 : durant le projet, au moins 30 déclarations/résolutions et mesures politiques, administratives, ou législatives permettent de lever des menaces et des entraves aux actions des défenseur.es et permettent aux OSC de continuer leur travail.

    Indicateur R2.2 : durant le projet, au moins 2 auteur.rices violant les droits humains des défenseur.es sont sanctionnés.

    Activité 2.1 – Organiser 3 missions internationales d’enquête (y compris à distance)

    Indicateur de suivi – IA2.1 : dans le cadre du projet, au moins 3 missions d’enquête seront déployées au niveau local, en fonction du contexte local affectant les défenseur.es, des besoins et sollicitations des OSC locales, et des possibilités de suivi sous forme de plaidoyer.

    Activité 2.2 – Produire des rapports d’enquête et un document stratégique

    Indicateur de suivi – IA2.2 : dans le cadre du projet, au moins 4 publications diffusées, dont 2 rapports d’enquête et un document stratégique.

    Activité 2.3 – Adresser 3 saisines auprès de mécanismes judiciaires ou quasi-judiciaires, aux niveaux national, régional et/ou international

    Indicateur de suivi – IA2.3 : au cours du projet, au moins 3 saisines sont déposées auprès de mécanismes judiciaires ou quasi-judiciaires, aux niveaux national, régional et/ou international.

    Activité 2.4 – Organiser des réunions de plaidoyer national ou international, et des réunions de coordination stratégique

    Indicateurs de suivi – IA2.4 : dans le cadre du projet, au moins 6 réunions de plaidoyer national ou international seront organisées, ainsi que 10 réunions de coordination stratégique.

    Objectif spécifique 2 : Les défenseur.es des droits humains et leurs organisations bénéficient de mesures de renforcement de leur pouvoir d’action et d’influence, et d’un renforcement de la visibilité de leur action

    Indicateur d’impact/effets – IOS2 : Durant le projet, au moins 120 défenseur.es à risque bénéficient d’ateliers d’échange d’expériences et de capitalisation, et 20 OSC à risque bénéficient de subventions de renforcement des capacités.1

    Résultat 3 (OS2) : Les organisations locales de défense des droits humains sont renforcées dans leur pouvoir d’agir et d’influer

    Indicateur R3.1 : au moins 120 défenseur.es bénéficient d’échanges d’expériences sur des thèmes tels que les stratégies de protection ou d’offensive (dont au moins 25 % de femmes et 15 % de défenseur.es des droits à la terre et à l’environnement),

    Indicateur R3.2 : 20 OSC bénéficient de subventions destinées à renforcer leurs capacités et leur pouvoir d’agir et d’influer sur le plan de la protection des défenseur.es

    Activité 3.1 – Organiser 3 ateliers d’échanges d’expériences

    Indicateur de suivi – IA3.1 : au cours du projet, 3 ateliers d’échanges d’expériences seront organisés avec la participation de 90 défenseur.es.

    Activité 3.2 – Organiser un atelier de capitalisation transrégional

    Indicateur de suivi – IA3.2 : au cours du projet, un atelier de capitalisation transrégional sera organisé avec la participation de 30 défenseur.es.

    Activité 3.3 – Octroyer des subventions de renforcement des capacités

    Indicateur de suivi – IA3.3 : 20 subventions de renforcement des capacités sont octroyées de manière flexible et rapide à des OSC et groupes locaux non enregistrés.

    Résultat 4 (OS2) : Le rôle positif des défenseur.es et la légitimité de leur travail sont promus et reconnus auprès des citoyen.nes des décideurs et des médias

    Indicateur R4.1 : le site internet de l’Observatoire atteint 320 000 visites.

    Indicateur R4.2 : les réseaux sociaux de l’Observatoire atteignent 3 000 000 de vues.

    Activité 4.1 – Déployer une campagne de mobilisation globale sur l’action et la situation des défenseur.es

    Indicateur de suivi – IA4.1 : une campagne de mobilisation globale sur l’action et la situation des défenseur.es est déployée, animée, et relayée au niveau local.

    Activité 4.2 – Publication annuelle de l’index de persécutions des défenseur.es dans le monde, à partir de la base de données de l’Observatoire

    Indicateur de suivi – IA4.2 : 3 index sur la situation des défenseur.es sont développés, publiés et relayés.

    Activité 4.3 – Animation d’une base de données publique liée à un site internet de l’Observatoire sur la situation des défenseur.es

    Indicateur de suivi – IA4.3 : saisie de 900 alertes sur le site de l’Observatoire, et animation de la base de données via la production de statistiques à destination d’expert.es et du grand public, sur la base d’un site internet de l’Observatoire enrichi.

    1.2.4. Organisations membres et partenaires du Projet

    Les OSC de défense des droits humains membres et partenaires de la FIDH dans les pays cibles du projet.

    1.2.5. Groupes cibles

    Les bénéficiaires : Le projet vise les défenseur.e.s les plus à risque, c’est-à-dire ceux en situation d’insécurité physique ou juridique et/ou dont le travail est entravé par les autorités ou des groupes d’intérêts privés, armés ou non. La FIDH réagit aux sollicitations de ses membres ou d’acteurs externes, mais ne cherche pas, activement, à viser un groupe en particulier. En revanche, la FIDH coordonne son action en matière d’assistance matérielle avec les autres ONG du secteur, membres du consortium ProtectDefenders.eu, pour répondre aux cas pour lesquels son action aura le plus de valeur ajoutée ce qui est un gage de pertinence et d’efficacité.

    1.2.6. Budget total et plan de financement

    Le projet sur 36 mois dispose d’un budget de 1 417 000 euros. Le montant financé par l’AFD est de 850 000 euros. Les autres ressources en cofinancement sont : – Les fonds privés – Les autres subventions de la coopération française ou internationale, dont principalement l’UE (via ProtectDefenders)

    1.2.7. Historique du partenariat

    Depuis de nombreuses années, la FIDH bénéficie du soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE).

    Depuis 2008 et le passage de la MAIONG à l’AFD, la FIDH a instauré un dialogue régulier avec l’Agence. Plusieurs programmes de la FIDH ont été financés par l’AFD avant la conception de ce contrat, lequel constitue une troisième phase d’un projet débuté en 2016. Parallèlement, la FIDH est en passe de conclure une CPP avec l’AFD, pour la période 2024-2028. Cela témoigne d’une volonté commune de l’AFD et de la FIDH de poursuivre et renforcer leur partenariat stratégique.

    II- L’AUDIT FINANCIER

    2.1. Justificatif de l’audit financier

    2.1.1. Raison et objet du mandat

    Dans le cadre du contrat de financement n° CZZ 3588 01 M, il est prévu de procéder à un audit financier externe intermédiaire et final. La FIDH est ainsi tenue de fournir à l’Agence un rapport d’audit intermédiaire et un rapport d’audit final, établis par un cabinet d’audit indépendant.

    Cet audit concernera les dépenses relatives aux 36 mois du Projet (1 er octobre 2022 – 30 septembre 2025) et aura pour objet les rapports financiers intermédiaire et final relatifs au contrat de financement du dit Projet produit par la FIDH (cf. 2.4. « calendrier de l’audit »).

    2.1.2. Responsabilités des parties au mandat

    L’« auditeur/rice » désigne le cabinet d’audit recruté pour le présent mandat et, plus spécifiquement, l’associé.e ou la personne du cabinet d’audit qui assume la responsabilité de la mission et de l’établissement du rapport émis au nom dudit cabinet et qui dispose de l’autorité nécessaire conférée par un organe professionnel, juridique ou réglementaire.

    Il incombe à la FIDH de fournir un rapport financier sur l’action financée par l’Agence grâce au contrat de financement qui respecte les termes et conditions du contrat de subvention et de veiller à ce qu’une comparaison puisse être effectuée entre celui-ci et son système de comptabilité et de tenue des comptes, ainsi que ses comptes et relevés. Il appartient à la FIDH de fournir des informations suffisantes et adéquates, à la fois financières et non financières, pour étayer le rapport financier.

    La FIDH reconnaît que la capacité de l’auditeur/rice d’exécuter les procédures imposées par le présent mandat dépend effectivement de l’accès suffisant qu’elle lui garantit à son personnel et à son système de comptabilité et de tenue des comptes, ainsi qu’à ses comptes et relevés, ou que ses partenaires lui assurent, le cas échéant.

    L’auditeur/rice est chargé.e d’exécuter les procédures convenues de la façon définie dans les présents termes de référence et de soumettre un rapport d’audit externe à la FIDH. En souscrivant à ces termes de référence, l’auditeur/rice confirme qu’il/elle remplit au moins l’une des conditions suivantes :

    En souscrivant à ces termes de référence, l’auditeur/rice confirme qu’il/elle remplit au moins l’une des conditions suivantes :

     L’auditeur/rice et/ou le cabinet est membre d’une organisation nationale d’expert.es-comptables, qui est, elle-même, membre de l’International Federation of Accountants (IFAC).
     L’auditeur et/ou le cabinet est membre d’une organisation nationale d’expert.es-comptables. Bien que l’organisation ne soit pas membre de l’IFAC, l’auditeur/rice s’engage à réaliser cette mission conformément aux normes de l’IFAC et à la déontologie exposée dans les présents TdR.
     L’auditeur/rice et/ou le cabinet est inscrit comme contrôleur/euse légal des comptes au registre public d’un organe de supervision public dans un État membre de l’UE, conformément aux principes de supervision publique exposés dans la directive 43/2006/CE du Parlement européen et du Conseil (cette option s’applique aux auditeur/rices et cabinets d’audit basé.es dans un État membre de l’UE).
     L’auditeur/rice et/ou le cabinet est inscrit.e comme contrôleur.euse légal.e des comptes au registre public d’un organe de supervision public dans un pays tiers et ce registre applique les principes de supervision publique exposés dans la législation du pays concerné (cette option s’applique aux auditeur.rices et cabinets d’audit basé.es dans un pays tiers).

    2.1.3. Type de mandat, attentes et objectifs

    La FIDH souhaite placer cet audit dans une démarche de contrôle financier global, ne se limitant pas à un simple rapprochement de pièces comptables et contrôle de l’éligibilité des dépenses. Cet audit doit également viser à contrôler l’emploi des fonds alloués au projet, conformément aux obligations conventionnelles et à son objet propre, et à accompagner la FIDH dans la gestion et le reporting financier du Projet.

    L’étendue de l’audit porte sur la totalité des activités réalisées dans le cadre du Projet (36 mois) et sur l’exécution de procédures convenues, telles que stipulées le Contrat de financement n° CZZ 3588 01 M et conformément aux procédures de l’AFD.

    Cet audit technique et financier aura pour objectifs de :

    VÉRIFIER LE BON RESPECT DES OBLIGATIONS CONTRACTUELLES

     Contrôler le respect des procédures bailleurs et les règles de passation de marché.

    VÉRIFIER LE SYSTÈME COMPTABLE

     Vérifier qu’il existe un système clair de gestion comptable et financier permettant la traçabilité de l’ensemble des dépenses et des recettes relatives au projet ;
     Vérifier que la FIDH est en mesure d’assurer une traçabilité des fonds, et donc de bien distinguer le périmètre financier relevant de l’AFD et le périmètre relevant des cofinancements (essentiellement des fonds UE), afin d’attester de l’utilisation des fonds en « pur AFD » uniquement dans le périmètre identifié en annexe 2 du contrat (soit les 51 pays mentionnés ci-dessus).
     Vérifier la correspondance des enregistrements comptables avec les documents justificatifs détenus par le bénéficiaire et / ou les partenaires menant les opérations ;
     Vérifier la conformité de la nature des dépenses imputées au Projet et de leur date de réalisation avec le contrat de subvention (périmètre temporel et géographique identique, éligibilité des dépenses déclarées) ;
     Vérifier la cohérence entre l’utilisation ou l’objectif d’utilisation des financements et l’utilisation décrite dans le contrat de financement.

    ANALYSER LE PLAN DE FINANCEMENT

     Vérifier les dispositions contractuelles en matière de cofinancement, les modalités de calcul des valorisations et le respect des pourcentages de cofinancement.

    CONTRÔLER LES DÉPENSES

     Vérifier les ressources affectées au projet et la bonne imputation des dépenses par bailleur (AFD et cofinancements) ;
     Vérifier que les dépenses encourues étaient prévues au budget ;
     Vérifier l’éligibilité des dépenses au regard du guide méthodologique de l’AFD ;
     Vérifier l’absence de double financement ;
     Vérifier les dépenses de personnel, les frais de voyage et déplacements, les dépenses d’équipement, d’expertises externes et les taux de change appliqués.

    L’auditeur/rice réalisera l’ensemble des vérifications mentionnées dans la liste de vérification en Annexe 1. Si certains points n’ont pas pu être vérifiés, il conviendra de le préciser et d’en donner la raison dans la Lettre de management.

    2.2. Méthodologie

    2.2.1. Mission, procédures, documentation et preuves

    L’audit demandé portera sur la période allant du 1 er octobre 2022 au 30 septembre 2025, et sera réalisé en deux temps (cf. 2.4. « calendrier de l’audit »).

    L’auditeur/rice planifiera les activités de manière à permettre l’exécution d’une vérification efficace des dépenses. L’auditeur/rice mettra en œuvre et vérifiera les procédures de l’AFD, y compris celles stipulées dans le contrat de financement du Projet. Les preuves à utiliser pour l’exécution des procédures correspondent à toutes les informations financières et non financières permettant d’examiner les dépenses déclarées par la FIDH dans le rapport financier. L’auditeur/rice se fondera sur les preuves ainsi obtenues pour établir son Rapport d’audit externe.

    L’auditeur/rice acquerra une connaissance suffisante des termes et conditions du contrat de subvention en procédant à un examen attentif de celui-ci et de ses annexes, ainsi que d’autres informations utiles, et en interrogeant la FIDH. L’auditeur/rice veillera à obtenir une copie du contrat de subvention original (signé par la Bénéficiaire et l’Agence) et de ses annexes.

    L’auditeur/rice se fait remettre et étudie le rapport (qui comporte une section narrative et une section financière). Afin d’orienter et guider l’audit, l’auditeur/rice devra se référer à la fiche outil créé par l’AFD pour le contrôle des projets DPA/OSC depuis 2016, figurant dans le Guide méthodologique de l’Agence. Bien que n’étant pas un document contractuel auprès de l’AFD, le contrat de financement faisant l’objet du présent l’audit étant rattachée aux précédentes règles de financement et guide AFD, ce guide et notamment la grille d’analyse devront servir de base au travail de l’auditeur/rice.

    La FIDH mettra notamment à disposition de l’équipe d’audit :

     Les conventions de partenariat ;
     Les documents relatifs aux comptes rendus techniques et financiers ;
     Les outils de suivi financiers du projet ;
     Les justificatifs de dépenses et d’appels d’offres lancés ;
     Le Guide méthodologique de l’AFD.

    2.2.2 Livrables attendus

    Les livrables attendus sont :

     Un rapport d’audit intermédiaire et un rapport d’audit final, apportant des commentaires sur chacun des contrôles ainsi que, le cas échéant, le montant des dépenses déclarées inéligibles, et incluant notamment une évaluation sur les appels d’offre et les valorisations réalisées au cours du Projet.
     Une lettre de management reprenant les principales conclusions du rapport de vérification des dépenses et formulant les principales recommandations.
     La liste de points de vérification de l’audit annexée devra également être incluse dans les livrables transmis.

    En parallèle de chaque rapport d’audit, l’auditeur/rice rédigera un rapport soulevant les points suivants :

     Commentaires et suggestions sur le système de comptabilité et de contrôle qui font l’objet de la mission d’audit ;
     Définition des problèmes précis, anomalies et faiblesses du système de contrôle, propositions des mesures de régularisation et/ou de progrès ;
     Évaluation de la conformité aux clauses financières des conventions et suggestions d’amélioration de ces clauses financières ;
     Échange sur les problèmes affectant la réalisation du projet et nécessitant une attention particulière.

    2.3. Moyens

    Le budget total de l’audit financier n’excédera pas 10 000 euros TTC (coûts directs et imprévus inclus).

    Les auditeur/rices peuvent proposer des solutions de sous-traitance, mais ces montants devront rester dans l’enveloppe globale prévue. Ils/elles peuvent également réaliser cet audit en équipe à condition que le rôle et les responsabilités de chacun.e soient précisé.es.

    Une proposition budgétaire détaillée devra être fournie au travers d’une offre. Il est également demandé d’y préciser la répartition des jours de travail entre les différentes phases (en lien avec leur proposition de méthodologie).

    2.4. Calendrier de l’audit

    L’audit financier doit être réalisé en deux temps : en fin de tranche 1, pour un montant maximum de 2 000 € (correspondant à la période 01/10/22-30/09/23), puis en fin de projet, pour un montant maximum de 8 000 €, à la suite de la date de clôture effective du Projet (30/09/25).

    L’auditeur/rice sera choisi.e par la méthode de sélection fondée sur la qualité et le coût :

    -Offre technique : compréhension des TDR, méthodologie, expériences du ou des auditeur/rices.
     Offre financière : tarifs journaliers, nombre de jours proposés, frais annexes, offre globale correspondant au budget disponible.

    Afin de respecter les échéances précisées dans les présents TdR, il sera demandé à l’auditeur/rice d’effectuer son travail en plusieurs temps.

    1) Réunion de cadrage

    Suite à l’attribution du marché d’audit, l’auditeur/rice organisera une réunion de cadrage avec la FIDH visant à expliciter sa méthodologie, permettre une bonne compréhension par la FIDH du périmètre et des modalités de contrôle de l’audit et le cas échéant, la formulation de recommandations par l’auditeur/rice.

    Conformément au Guide méthodologique de l’AFD, les objectifs de cette réunion seront les suivants :

    Pour l’auditeur/rice

     acquérir une connaissance suffisante des modalités organisationnelles, du processus informationnel et comptable du projet,
     avoir identifié les faiblesses et les facteurs de risque en fonction de la nature du projet et du type de partenariat,
     avoir identifié les points de contrôle centraux et spécifiques à effectuer,
     avoir identifié les modalités de traçabilité de l’information financière et comptable de l’OSC.

    Pour la FIDH

     maîtriser ses obligations contractuelles vis-à-vis de l’AFD et leurs implications dans la mise en œuvre concrète du projet ;
     avoir identifié dans son mode de gestion les éventuelles zones de risques pouvant contrevenir aux respects de ses obligations et avoir défini la manière d’y remédier ;
     avoir identifié les bonnes pratiques notamment au niveau de la traçabilité de l’information du projet (exemple : la mise en place d’un suivi analytique pour le projet, feuilles de temps, feuilles de paie, etc.) et des éventuelles passations de marchés ;
     avoir compris comment l’audit financier va être mené, ce qui est attendu et comment elle peut travailler efficacement avec l’auditeur.rice.

    La réunion de cadrage aura lieu au plus tard le 6 Février 2023.

    2) Travail de vérification des procédures et des justificatifs de dépenses :

    pour la tranche 1 : février 2023 – 22 mars 2024.
    pour la tranche 2 : octobre 2025 – 31 janvier 2026.

    3) Remise du rapport :

    pour la tranche 1 : au plus tard le 30 mars 2024.
    pour la tranche 2 : au plus tard le 28 février 2026.

    Cet appel d’offre est destiné à identifier un.e/des consultant.es pour la réalisation de l’audit financier externe de la FIDH, tel que précisé dans les présents TdR. Si vous souhaitez manifester votre intérêt, merci de bien vouloir envoyer votre proposition et un budget détaillé à M. Hugo Gabbero, Coordinateur du Projet, à l’adresse : hgabbero@fidh.org

    Ces documents sont à transmettre par courrier électronique au plus tard pour le 15/01/2024 à 19h00 (heure française).

  • Appel d’Offres recherche mutuelle

    La fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH), avec le financement des différents donateurs, invite tous les fournisseurs à participer à l’appel d’offres pour la fourniture d’un contrat de mutuelle obligatoire à l’intention de ses salarié.es.

    Date d’émission de l’appel d’offres : 09/01/2024

    Date de clôture de l’appel d’offres : 29/01/2024

    Les appels d’offres suivants sont lancés par le biais de la présente notification pendant la période susmentionnée :

    AO_FIDH_MUTUELLE_01 24

    Les documents de l’appel d’offres peuvent être demandés au courriel suivant
    umelun@fidh.org :
    Les documents d’appel d’offres fourniront toutes les informations pertinentes en détail, y compris la date, l’heure et le lieu de soumission de l’offre.

    Le fournisseur sélectionné conclura un contrat de service d’un an (1).

    Veuillez citer l’appel d’offres n° AO_FIDH_MUTUELLE_01 24 dans toute communication.

  • Appel d’Offres recherche SIRH

    La fédération Internationale des Droits Humains (FIDH), avec le financement des différents donateurs, invite tous les fournisseurs à participer à l’appel d’offres pour la fourniture de d’une solution intégrée paie/gestion des absences/feuilles temps pour son siège à Paris.

    Date d’émission de l’appel d’offres : 23/01/2024

    Date de clôture de l’appel d’offres : 07/02/2024

    Les appels d’offres suivants sont lancés par le biais de la présente notification pendant la période susmentionnée :

    FIDH AO/SIRH 01 24

    Les documents de l’appel d’offres peuvent être demandés au courriel suivant : jtalledo@fidh.org

    Les documents d’appel d’offres fourniront toutes les informations pertinentes en détail, y compris la date, l’heure et le lieu de soumission de l’offre.

    Le fournisseur sélectionné conclura un contrat de service d’un an (1).

    Veuillez citer l’appel d’offres n° FIDH AO/SIRH 01 24 dans toute communication.

  • Stage de 6 mois au bureau Afrique/6-month internship at the Africa Office

    La FIDH (Fédération Internationale pour les Droits humains) est une ONG internationale de défense des droits humains. Depuis 1922, nous sommes engagé.e.s dans la défense de tous les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels tels que définis dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Vous pouvez nous retrouver sur nos réseaux sociaux :
    https://www.fidh.org/fr
    https://www.instagram.com/fidh/
    https://www.facebook.com/FIDH.HumanRights
    https://twitter.com/fidh_fr
    https://www.youtube.com/c/FidhOrg/videos

    Nous fédérons 188 associations nationales de défense des droits humains actives dans 116 pays. Pour nous, la transformation des sociétés est d’abord du ressort des acteurs locaux. Nos activités visent à renforcer leur capacité d’action et leur influence.

    Le Secrétariat International de la FIDH est une organisation à taille humaine et composé d’une équipe internationale engagée (49 salarié.e.s en France, 20 salarié.e.s. réparti.e.s dans plusieurs bureaux à l’étranger (Bruxelles, Genève, La Haye, Bangkok). Notre bureau parisien est situé dans un quartier vivant et central de Paris (près de Bastille et Gare de Lyon).

    Nous recrutons un.e : STAGIAIRE AU BUREAU AFRIQUE (H/F)

    Le.la stagiaire participera aux activités du Bureau Afrique et apportera son appui aux nombreuses activités en cours. Il.elle sera particulièrement associé.e aux activités suivantes :

    Vos missions

    A. Participation à la diffusion et à la dissémination des productions du bureau Afrique auprès des organisations membres et partenaires, ainsi que sur le site internet de la FIDH, sur les réseaux sociaux

     Faciliter la diffusion des rapports, notes, communiqués de presse, déclarations et autres documents produits par le Bureau Afrique sur le site internet de la FIDH, en français et en anglais, en coordination avec le département Communication de la FIDH, ainsi que les documents produits dans le cadre des activités de plaidoyer : sessions ordinaires de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP), sessions du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, tout autre mécanisme pertinent)

     Relayer les informations ci-dessus énoncées, ainsi que toute autre information pertinente, sur les réseaux sociaux, y compris sur le compte Twitter Afrique, en coordination avec le département Communication de la FIDH

     Produire et diffuser la revue de presse du bureau Afrique de manière hebdomadaire

    B. Faciliter l’animation du réseau FIDH et l’interaction avec les organisations membres

     Faciliter l’organisation et le suivi des réunions, en anglais et en français, avec les organisations membres et les membres du Bureau international (BI) pour la région Afrique

     Coordonner les réponses et le partage d’informations d’ordre général entre le bureau Afrique, les organisations membres ,les membres du BI Afrique et les autres départements et bureaux de la FIDH

    C. Apporter un soutien à l’équipe Afrique dans la réalisation de ses tâches quotidiennes, y compris dans l’organisation de missions et d’ateliers, notamment  

     La préparation de missions de documentation, de contact, judiciaire et de plaidoyer, notamment en Guinée et sur le Soudan

     La rédaction de documents, communiqués de presse, et articles en français et en anglais,

     La préparation et la participation à des événements, y compris des réunions de plaidoyer, en Europe ou à l’international, notamment lors d’actions de plaidoyer menées auprès des autorités françaises, de l’Union européenne, ou encore lors des sessions de la Commission africaine des droits des peuples et des hommes (CADHP) et du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies

     La veille relative aux développements, tendances et décisions sur les questions de défense des droits humains en Afrique, y compris le suivi des contextes électoraux

     La contribution au développement de propositions de projet / partenariat sur les droits humains en Afrique ainsi que et les efforts de recherche de fonds y associés

     La relecture, l’editing, la traduction (anglais et français) des publications et d’autres documents internes.

    Profil recherché

     Vous êtes en cours de préparation d’un diplôme de 3ème cycle de type Master en droit / droit international / droits humains / relations internationales

     Vous savez communiquer et rédiger couramment en anglais (C1) et en français (C1)

     Vous avez un intérêt prononcé pour le droit international et la défense des droits humains et en particulier pour les enjeux politiques et des droits humains du continent africain

     Vous êtes à l’aise avec les réseaux sociaux et avez d’excellents capacités rédactionnelles

     Un intérêt pour le milieu associatif serait très apprécié

    Conditions et modalités :

     Stage à temps plein (39 heures par semaine)

     Condition obligatoire : avoir une convention de stage délivrée par un établissement scolaire de droit français

     Gratification mensuelle de 659,76 € (soit 4,35€ par heure). Carte dématérialisée de tickets restaurant d’une valeur faciale de 9 €, prise en charge à 60% par la FIDH. Prise en charge à 50% de l’abonnement transport en commun sur justificatif, ou forfait mobilités durables

     12 jours de RTT sur la période et acquisition de 2 jours de congés payés par mois

     Le stage se déroulera au siège de la FIDH à Paris, télétravail partiel possible.

     Vous êtes en total accord avec les valeurs au travail du Secrétariat international de la FIDH (professionnalisme, respect, engagement, égalité, intégrité, participation, audace), ainsi qu’avec les combats portés par la FIDH pour la défense des droits humains de toutes et tous, partout dans le monde, explicités notamment dans ses statuts et au travers de ses publications accessibles depuis son site internet : www.fidh.org

    Stage à pourvoir : Du 02 mai au 31 octobre 2024 inclus (6 mois)
    Durée du stage : 6 mois
    La FIDH recherche la diversité et s’engage en faveur de l’égalité, en ne faisant aucune discrimination dans ses pratiques d’embauches, sans distinction aucune, fondée sur la race, la religion, l’âge, la situation d’handicap, le sexe, l’état matrimonial, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, l’état de santé ou toute autre situation protégée par le droit français et le droit international relatif aux droits humains.

    Pour les personnes en situation de handicap, nous vous demandons d’indiquer dans votre lettre de motivation les éventuelles adaptations qui seraient utiles.

    Pourquoi nous rejoindre ?
    Ce stage sera très formateur et un bon tremplin pour commencer une carrière dans les droits humains et la communication.

    Envoyez votre CV et une lettre de motivation à recrutement@fidh.org en indiquant obligatoirement dans l’objet du mail la référence AFRIQUE, à l’attention de Hassatou Ba-Minté, Responsable du Bureau Afrique de la FIDH

    Les entretiens se feront au fur et à mesure de la réception des candidatures.

    Seul.e.s les candidat.es dont les dossiers auront été retenus seront contacté.e.s

    The FIDH (International Federation for Human Rights) is an international human rights NGO. Since 1922, we have been committed to defending all civil, political, economic, social and cultural rights as defined in the Universal Declaration of Human Rights. You can find us on our social networks :
    https://www.fidh.org/fr
    https://www.instagram.com/fidh/
    https://www.facebook.com/FIDH.HumanRights
    https://twitter.com/fidh_fr
    https://www.youtube.com/c/FidhOrg/videos

    We are a federation of 188 national human rights associations active in 116 countries. For us, transforming societies is first and foremost the responsibility of local players. Our activities aim to strengthen their capacity for action and their influence.

    The FIDH International Secretariat is a human-sized organisation with a committed international team (49 employees in France, 20 employees in several offices abroad (Brussels, Geneva, The Hague, Bangkok). Our Paris office is located in a lively, central district of Paris (near Bastille and Gare de Lyon).

    We are recruiting : AFRICA OFFICE INTERN (M/F)

    The intern will be involved in the activities of the Africa Office and will provide support for the many ongoing activities. He/she will be particularly involved in the following activities :

    Your tasks

    A. Participate in the dissemination of the Africa Office’s productions to member and partner organisations, as well as on the FIDH website and social networks.

     Facilitate the dissemination of reports, notes, press releases, statements and other documents produced by the Africa Office on the FIDH website, in French and English, in coordination with the FIDH Communication Department, as well as documents produced in the framework of advocacy activities : ordinary sessions of the African Commission on Human and Peoples’ Rights (ACHPR), sessions of the United Nations Human Rights Council, any other relevant mechanism)

     Relay the above information, as well as any other relevant information, on social networks, including on the Africa Twitter account, in coordination with the FIDH Communications Department

     Produce and distribute the Africa Office press review on a weekly basis.

    B. Facilitate the animation of the FIDH network and interaction with member organisations

     Facilitate the organisation and follow-up of meetings, in English and French, with member organisations and members of the International Bureau (IB) for the Africa region

     Coordinate responses and general information sharing between the Africa office, member organisations, IB Africa members and other FIDH departments and offices.

    C. Provide support to the Africa team in carrying out its daily tasks, including the organisation of missions and workshops, including

     Preparing documentation, contact, judicial and advocacy missions, in particular in Guinea and Sudan

     Drafting documents, press releases and articles in French and English,

     Preparing and taking part in events, including advocacy meetings, in Europe and internationally, in particular when lobbying the French authorities or the European Union, or when attending sessions of the African Commission on Human and Peoples’ Rights (ACHPR) and the United Nations Human Rights Council.

     Monitoring developments, trends and decisions on human rights issues in Africa, including monitoring electoral contexts

     Contributing to the development of project/partnership proposals on human rights in Africa and associated fundraising efforts

     Proofreading, editing and translating (English and French) publications and other internal documents.

    Profile required

     You are currently working towards a postgraduate degree in law/international law/human rights/international relations.

     You are able to communicate and write fluently in English (C1) and French (C1)

     You have a keen interest in international law and the defence of human rights, and in particular in political and human rights issues on the African continent

     You are comfortable using social networks and have excellent writing skills

     An interest in the voluntary sector would be highly appreciated.

    Terms and conditions :

     Full-time internship (39 hours per week)

     Compulsory condition : an internship agreement issued by a French educational establishment

     Monthly bonus of €659.76 (i.e. €4.35 per hour). Dematerialised luncheon vouchers with a face value of €9, 60% paid by the FIDH. 50% of the cost of public transport season tickets paid for with proof of entitlement, or sustainable mobility package.

     12 days’ RTT over the period and 2 days’ paid holiday per month.

     The internship will take place at FIDH headquarters in Paris, with the possibility of partial teleworking.

     You are in total agreement with the working values of the International Secretariat of the FIDH (professionalism, respect, commitment, equality, integrity, participation, audacity), as well as with the battles waged by the FIDH for the defence of the human rights of everyone, everywhere in the world, as set out in its statutes and through its publications accessible from its website : www.fidh.org

    Internship to be filled : From 02 May to 31 October 2024 inclusive (6 months)
    Duration of internship : 6 months
    FIDH seeks diversity and is committed to equality by not discriminating in its recruitment practices on the basis of race, religion, age, disability, sex, marital status, sexual orientation, gender identity, state of health or any other situation protected by French and international human rights law.

    For people with disabilities, we ask you to indicate in your cover letter any adaptations that might be useful.

    Why join us ?
    This internship will be highly formative and a good springboard for starting a career in human rights and communications.

    Send your CV and covering letter to recrutement@fidh.org , indicating reference AFRICA in the subject line, for the attention of Hassatou Ba-Minté, Head of the FIDH Africa Office.

    Interviews will take place as applications are received.

    Only candidates whose applications are selected will be contacted.

  • Responsable du Bureau Justice Internationale CDD (congé maternité) / Head of the International Justice Desk fixed-term contract (maternity cover)

    La FIDH (Fédération Internationale pour les droits humains) est une ONG internationale fédérant 188 associations nationales de défense des droits humains actives dans 116 pays. La FIDH est une organisation non partisane, non confessionnelle, apolitique et à but non lucratif. Depuis 1922, nous sommes engagé·es dans la défense de tous les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels tels que définis dans la Déclaration Universelle des droits de l’Homme. Le Secrétariat International de la FIDH est composé d’environ 70 employé·es, avec une formation pluridisciplinaire, basé·es soit au siège de la FIDH à Paris-France, soit dans l’un de ses bureaux ou représentations sur les cinq continents.

    L’une des priorités stratégiques de la FIDH est de lutter contre l’impunité des responsables de violations graves des droits humains, en particulier les crimes de droit international, de rétablir les droits des victimes et de soutenir leur accès à la vérité, à la justice et aux réparations. En étroite collaboration avec ses organisations membres et partenaires, la FIDH documente et dénonce ces violations graves des droits humains, plaide pour le changement auprès des décideurs concernés, plaide en faveur des victimes et des survivant·es de ces crimes, aux niveaux national, régional et international, facilite l’échange d’expériences et le renforcement de l’expertise et des capacités de ses membres et partenaires, et milite en faveur de mécanismes de redevabilité forts, efficaces et significatifs.
    Dans le cadre de cette priorité, la FIDH pilote un nouveau programme de consortium, financé par l’Union européenne, d’une durée de 4 ans, appelé “Global Initiative Against Impunity For International Crimes and Serious Human Rights Violations : Making Justice Work”.

    DESCRIPTION DE POSTE

    La FIDH recrute en remplacement de congé maternité, pendant une période minimale de 5 mois, un·e responsable du Bureau justice internationale, basé·e à Paris. Sous la responsabilité hiérarchique directe et la supervision de la Directrice adjointe des opérations et programmes, vous serez responsable des missions suivantes :

    A. Contribuer à la stratégie, au monitoring et au reporting de la FIDH en matière de justice internationale (approx. 25%)

    1. Stratégie : en coordination avec la Représentante de la FIDH auprès de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye et la Coordinatrice du Groupe d’action judiciaire (GAJ) de la FIDH, et en consultation avec la Direction des opérations et des programmes (DOP) et le Bureau international de la FIDH :

    • Suivre, adapter et superviser la mise en œuvre de la stratégie pluriannuelle 2023-2030 de la FIDH, du plan stratégique 2024-2027 sur la justice internationale et de la programmation annuelle 2024 sur la justice internationale.
    • Contribuer à la supervision stratégique par la FIDH du programme ‘Global Initiative Against Impunity’, et en particulier à l’élaboration et à l’adoption de stratégies, de processus et de lignes directrices dans le cadre de la phase de démarrage de six mois (décembre 2023 - mai 2024) ;
    • Élaborer la stratégie de communication du bureau, également en consultation avec le bureau de la communication.

    2. Monitoring et reporting :

    • Assurer la bonne transmission des informations au Département des opérations et des programmes et à la Direction générale sur les activités menées par le BJI et leur suivi ;
    • Superviser et contribuer au suivi régulier et au reporting des activités et des budgets afférents au BJI ;
    • Élaborer la partie du rapport annuel 2023 de la FIDH concernant la priorité sur la justice internationale ;
    • Contribuer au rapport narratif de la phase de démarrage de 6 mois du programme ‘Global Initiative Against Impunity’ (décembre 2023 - mai 2024).

    B. Superviser et mettre en œuvre les activités du BJI (approx. 40%)

    • Superviser la validation des activités du bureau et des documents publics conformément à la procédure de la FIDH ;
    • Superviser et participer aux activités de coordination du programme ‘Global initiative Against Impunity’, notamment :
      ◦ les réunions de coordination des organes de gouvernance de ce programme de consortium ;
      ◦ la réunion de lancement du programme ‘Global Initiative Against Impunity’, prévue après la phase de démarrage du programme, en juin 2024.
    • Superviser, coordonner, mettre en œuvre et participer à :
      ◦ des activités de plaidoyer sur des défis de la justice internationale (y compris le projet de Convention sur les crimes contre l’humanité, la compétence universelle, les politiques et stratégies de la CPI) et/ou des situations particulières de crimes internationaux (y compris la Côte d’Ivoire, la Guinée, l’Ukraine, le Soudan) ;
      ◦ des ateliers stratégiques, des consultations et des sessions de formation à distance/hybrides, en particulier avec des organisations membres et partenaires, des praticiens du droit, des victimes et communautés affectées ;
      ◦ des travaux de recherche et de documentation ;
      ◦ des produits et activités de communication externe ;
      ◦ la révision, l’élaboration, la traduction et la diffusion de rapports juridiques et/ou d’enquête, de notes de position, de soumissions juridiques (y compris sur le Mexique, le Myanmar, l’Ukraine).

    C. Animer et renforcer le lien avec les acteurs internes et externes (approx. 10%)

    • Faciliter les relations avec les organisations membres et partenaires de la FIDH (nationales et internationales) et développer des liens avec elles ;
    • Faciliter les relations (information régulière et validation) avec les membres des instances de gouvernance de la FIDH ;
    • Faciliter la coordination avec les autres équipes du même département ainsi qu’avec les autres départements de la FIDH ;
    • Assurer la représentation de la FIDH lorsque nécessaire.

    D. Encadrer l’équipe du BJI (approx. 20%)

    • Animer une équipe de 6 autres personnes à Paris et La Haye, et superviser, soutenir et évaluer leur travail ;
    • Superviser le travail de consultant.es.

    E. Assurer la gestion logistique et administrative liée aux activités (approx. 5%)

    PROFIL Recherché

    1. Au moins 5 années d’expérience professionnelle à un poste similaire ;
    2. Diplôme d’études supérieures ou formation avancée en droit, avec une spécialisation en droit international des droits humains, droit international humanitaire ou droit pénal international ;
    3. Très bonne connaissance des défis liés à la lutte contre l’impunité pour les violations graves des droits humains et les crimes internationaux, et des processus formels et informels de justice, en particulier la Cour pénale internationale (CPI) et le mécanisme de compétence universelle.
    4. Intérêt réel et excellente connaissance des droits des victimes crimes internationaux et de violations graves des droits humains, ainsi que des approches tenant compte des traumatismes, centrées sur les victimes et sensibles au genre.
    5. Expérience du travail et de la gestion de la mise en œuvre de programmes et de projets complexes impliquant une collaboration et une mise en œuvre directes avec des organisations partenaires de différents contextes à travers le monde, ainsi que du travail au sein d’organisations non gouvernementales et de coalitions d’ONG.
    6. Capacité avérée à interagir avec des ONG, des fonctionnaires et des organisations intergouvernementales du monde entier avec tact, diplomatie et sensibilité culturelle.
    7. Capacité avérée à gérer une équipe, y compris à distance.
    8. Capacité à travailler efficacement sous la pression du temps, à établir des priorités et à mener à bien des tâches multiples avec autonomie et esprit d’équipe.
    9. Énergique, pleine de ressources et dotée d’un esprit stratégique, la personne devra également être prête à jouer un rôle actif.
    10. Très bonnes compétences rédactionnelles et expérience avérée de la rédaction et de la révision de documents écrits destinés à divers publics, y compris à des fins de communication externe.
    11. Très bonnes compétences écrites et orales en anglais et en français (niveau C1/C2). Une bonne connaissance de l’espagnol serait un atout.
    12. Solides compétences interpersonnelles et aptitude à la communication interculturelle.
    13. Une approche proactive et adaptable, ainsi qu’une bonne connaissance des principes de la communication non violente (CNV), avec la capacité de promouvoir des interactions constructives et un travail d’équipe harmonieux au sein d’une équipe diversifiée.

    Valeurs au travail  : Vous êtes en total accord avec les valeurs au travail du Secrétariat international de la FIDH (professionnalisme, respect, engagement, égalité, intégrité, participation, audace), ainsi qu’avec les combats portés par la FIDH pour la défense des droits humains de toutes et tous, partout dans le monde, explicités notamment dans ses statuts et au travers de ses publications accessibles depuis son site internet : www.fidh.org

    La FIDH recherche la diversité et s’engage en faveur de l’égalité, en ne faisant aucune discrimination dans ses pratiques d’embauches, sans distinction aucune, fondée sur la race, la religion, l’âge, la situation d’handicap, le sexe, l’état matrimonial, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, l’état de santé ou toute autre situation protégée par le droit français et le droit international relatif aux droits humains.

    Pour les personnes en situation de handicap, nous vous demandons d’indiquer dans votre lettre de motivation les éventuelles adaptations qui seraient utiles pour vous permettre de participer au processus de recrutement de façon optimale.

    CONDITIONS D’EMPLOI

    Date de début du contrat envisagée : 1er avril 2024

    Lieu de travail et télétravail : Vous travaillerez depuis le bureau de la FIDH à Paris (France). La FIDH reconnaît que des modalités de travail flexibles sont importantes pour l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, et offre la possibilité de travailler à domicile en France, avec un minimum de 4 jours de présentiel par mois. Notez qu’un ordinateur portable et des accessoires de bases sont fournis à tout·es les salarié·es à leur arrivée.

    Contrat : CDD de droit français en remplacement de congé maternité de 5 mois minimum (avril-août). Poste à temps plein (39h travaillées par semaine).

    Salaire brut : Rémunération mensuelle sur la base d’une rémunération annuelle de 47000 euros brut, sur 13 mois, selon expérience.

    • Complémentaire santé possible.

    Titres restaurant d’une valeur faciale de 9 euros, pris en charge à 60 % par la FIDH.
    Forfait mobilité durable ou prise en charge à 50 % du coût des abonnements aux transports en commun.

    Congés payés :
    ◦ 25 jours de congés payés par année complète travaillée.
    ◦ 24 jours de RTT par année complète travaillée (régime des 35 heures)

    Équilibre entre vie professionnelle et vie privée : La FIDH croit en la création d’un environnement de travail sain dans lequel des horaires flexibles sont possibles. Des ajustements ponctuels des heures de travail de l’employé·e sont possibles. Ces arrangements seront convenus au préalable avec les supérieur·es hiérarchiques.

    • Bien que la plupart des tâches soient effectuées depuis Paris / le domicile en France, vous devrez être prêt·e à voyager occasionnellement à l’étranger.

    Vous vous retrouvez dans la description du profil recherché ?

    Envoyez votre CV et une Lettre de motivation, en français ou anglais, et par courriel à recrutementbji@fidh.org d’ici le 10 mars 2024, en indiquant la référence BJICDD0224 dans le titre, et à l’attention de Delphine Carlens.

    Les entretiens se feront au fur et à mesure de la réception des candidatures.

    Seul·es les candidat·es dont le dossier aura été retenu seront contacté·es.

    **********

    ABOUT FIDH

    The International Federation for Human Rights (FIDH) is an international non-governmental organisation (NGO) composed of 188 national human rights organisations from 116 countries. FIDH is a non partisan, non sectarian, apolitical and not for profit organisation. Since 1922, FIDH has been defending all human rights – civil, political, economic, social and cultural – as set out in the Universal Declaration of Human Rights. FIDH’s International Secretariat is composed of around 70 employees, with a multi-disciplinary background, based either in FIDH’s headquarters in Paris, France, or in one of its offices or representations across 5 continents.

    One of FIDH strategic priorities is to fight against the impunity of perpetrators of serious human rights violations, in particular crimes of international law, and restore victims’ rights and support their access to truth, justice and reparations. In close collaboration with its member and partner organisations, FIDH documents and reports these serious human rights violations, advocates for change before relevant decision makers, litigates in support of victims and survivors of these crimes, at national, regional and international levels, facilitates the exchange of experiences and strengthening of expertise and capacity of its members and partners, and pushes for strong, effective and meaningful accountability mechanisms.
    Within the framework of this priority, FIDH is leading a new 4-year consortium programme, funded by the European Union, called the “Global Initiative Against Impunity For International Crimes and Serious Human Rights Violations : Making Justice Work” (‘Global Initiative Against Impunity’).

    JOB DESCRIPTION

    FIDH is recruiting the head of the International Justice Desk (IJD), based in Paris, for a minimum of 5 months maternity cover. Under the direct hierarchical responsibility and supervision of the Deputy Director of Operations and Programmes, you will be responsible for the following tasks :

    A. Contribute to FIDH’s international justice strategy, monitoring and reporting (approx. 25%)

    1. Strategy : In coordination with FIDH’s Representative to the International Criminal Court (ICC) in The Hague and the Coordinator of FIDH’s Litigation Action Group (LAG), and in consultation with the Direction of Operations and Programmes (DOP) and FIDH’s International Board :

    • Monitor, adapt and supervise the implementation of FIDH’s multi-year 2023-2030 strategy ; 2024-2027 strategic plan on international justice ; and 2024 annual programming on international justice.
    • Contribute to FIDH’s strategic oversight of the Global Initiative Against Impunity programme, and in particular to the development and adoption of strategies, processes and guidelines in the framework of the 6-month inception-phase (December 2023 - May 2024) ;
    • Develop the Desk’s communication strategy, also in consultation with the Communication Desk.

    2. Monitoring and Reporting :

    • Ensure the smooth transmission of information to the Department of Operations and Programmes and the Chief Executive Direction on the activities carried out by the IJD and their follow-up ;
    • Supervise and contribute to the regular monitoring and reporting of the activities and related budgets of the IJD ;
    • Elaborate the part of FIDH’s 2023 annual report concerning the priority on international justice ;
    • Contribute to the narrative report of the 6-month inception-phase of the ‘Global Initiative Against Impunity’ (December 2023 – May 2024).

    B. Supervise and implement the activities of the IJD (approx. 40%)

    • Supervise the validation of the Desk’s activities and public documents in accordance with FIDH procedure ;
    • Supervise and participate in coordination activities of the Global Initiative Against Impunity, including :
      ◦ coordination meetings of governance bodies of this consortium programme ;

    ◦ the kick-off meeting and launch of the Global Initiative Against Impunity, planned after the programme’s inception-phase in June 2024.

    • Supervise, coordinate, implement and participate in :
      ◦ advocacy activities on international justice challenges (incl. the draft Convention on the crimes against humanity, universal jurisdiction, ICC policies and strategies) and/or particular international crimes situations (incl. Côte d’Ivoire, Guinea, Ukraine, Sudan) ;

    ◦ remote/hybrid strategy workshops, consultations and training sessions, in particular with member and partner organisations, legal practitioners, victims and affected communities ;

    ◦ research and documentation work ;

    ◦ external communication products and activities ;

    ◦ the review, elaboration, translation, and dissemination of legal and/or fact-finding reports, position papers, legal submissions (incl. on Mexico, Myanmar, Ukraine).

    C. Facilitate and strengthen the link with internal and external actors (approx. 10%)

    • Facilitate relations with FIDH’s member and partner organisations (national and international) and develop links with them ;
    • Facilitate relations (regular information and validation) with the members of the governance bodies of FIDH ;
    • Facilitate the coordination with the other teams of the same department as well as with the other departments of FIDH ;
    • Ensure the representation of FIDH as best fits.

      D. Manage the IJD team (approx. 20%)
    • Manage a team of 6 other people in Paris and The Hague, and supervise, support and evaluate their work ;
    • Supervise the work of consultants.

    E. Ensure the logistical and administrative management related to the activities (approx. 5%)

    IDEAL PROFILE

    • At least 5 years of experience in a similar position ;

    • Postgraduate diploma or advanced training in law, with a specialisation in international human rights, humanitarian or international criminal law.

    • Very good knowledge of the challenges linked to the fight against impunity for serious human rights violations and international crimes, and of formal and informal justice processes, in particular the International Criminal Court (ICC) and the universal jurisdiction mechanism.

    • Genuine interest in and excellent expertise in the rights of victims of international crimes and serious human rights violations, and trauma-informed, victim-centred and gender-responsive approaches.

    • Experience working on and managing the implementation of complex programmes and projects involving direct collaboration and implementation with partner organisations from different contexts around the world, and working in non-governmental organisations and with NGO coalitions.

    • Demonstrable ability to interact with NGOs, government officials and intergovernmental organisations from around the world with tact, diplomacy and cultural sensitivity.

    • Proven ability to manage a team, including remotely.

    • Ability to work efficiently under time pressure, skilled at prioritizing and completing multiple tasks with autonomy and team spirit.

    • Energetic, resourceful and strategic thinker, and also willing and ready to take a hands-on role.

    • Very good drafting skills, and proven experience in writing and editing of written materials for a variety of audiences, including for external communication purposes.

    • Very good written and spoken skills in English and French (level C1/C2). Good knowledge of Spanish would be an asset.

    • Strong interpersonal skills and aptitude for cross-cultural communication.

    • A proactive and adaptable approach, and familiarity with the principles of Nonviolent Communication (NVC), with the ability to promote constructive interactions and harmonious teamwork within a diverse team.

    Values : You agree with the FIDH International Secretariat working values (professionalism, respect, commitment, equality, integrity, participation, boldness), as well as FIDH’s global efforts defending human rights, as outlined in FIDH statutes and publications accessible on its website : www.fidh.org

    FIDH is committed to diversity and equality in its hiring practices. We do not discriminate on the basis of race, religion, age, disability, gender, marital status, sexual orientation, gender identity, health status, or any other protected category under French and international human rights law.

    If you have a disability, please mention in your cover letter any accommodations that would facilitate your full participation in the recruitment process.

    Starting date, compensation and benefits :

    • Envisaged starting date : 1 April 2024

    • Location and remote at-home work : you will work from FIDH’s office in Paris, France. FIDH recognizes that flexible working arrangements are important for work-life balance, and offers the possibility of at-home work in France, with a minimum of 4 face-to-face days per month. Please note that a laptop and basic accessories are provided to all employees at the time of hire.

    • Contract : maternity cover, fixed-term contract of 5 months minimum (April-August), governed by French law. Full time position (39 hours worked per week).

    • Gross salary : monthly gross salary on the basis of an annual gross salary of 47000 EUR over 13 months, depending on the profile.

    • Supplementary health insurance possible

    • Restaurant vouchers with a face value of €9, paid 60% by FIDH.

    • Sustainable mobility package or 50% of the cost of public transport passes.

    • Paid leave benefits :
    ◦ 25 days of paid vacation per full year worked.
    ◦ 24 compensation days per full year worked (given the basis of 39 hours worked per week).

    • Work / Life Balance : FIDH is committed to fostering a healthy work environment that supports flexible scheduling, with occasional adjustments to employees’ hours if agreed upon in advance with supervisors.

    • While most of the work will be undertaken from Paris / at-home work in France, you will have to be ready to occasionally travel internationally.

    HOW TO APPLY ?

    Send your CV and Cover letter, in French or English, by email to
    recrutementbji@fidh.org by 10 March 2024, indicating the reference BJICDD0224 in the title, for the attention of Delphine CARLENS.

    Interviews will take place on a rolling basis, as applications are received.

    Only those candidates whose applications are pre-selected will be contacted.

  • Internship with the FIDH Representation to the International Criminal Court (ICC) in The Hague, the Netherlands

    The FIDH (International Federation for Human Rights) is an international human rights NGO. Since 1922, we have been committed to defending all civil, political, economic, social and cultural rights as defined in the Universal Declaration of Human Rights. You can find us on our social networks :

    https://www.fidh.org/fr
    https://www.instagram.com/fidh/
    https://www.facebook.com/FIDH.HumanRights
    https://twitter.com/fidh_fr
    https://www.youtube.com/c/FidhOrg/videos

    We are a federation of 188 national human rights associations active in 116 countries. For us, transforming societies is first and foremost the responsibility of local players. Our activities aim to strengthen their capacity for action and their influence.

    The FIDH International Secretariat is a human-sized organisation with a committed international team (49 employees in France, 20 employees in several offices abroad (Brussels, Geneva, The Hague, Bangkok). Our Paris office is located in a lively, central district of Paris (near Bastille and Gare de Lyon).

    Since 2004 FIDH established a permanent delegation to the International Criminal Court (ICC) in The Hague, whose main objectives and activities now are :

    • To support local NGOs and victims’ organisations in their understanding of and access to the mechanisms established by the Rome Statute, including by : organising strategy and capacity-building sessions, drafting material on victims’ rights and participation in ICC proceedings or on NGO engagement with the ICC, facilitating dialogue between local organisations and representatives of the different organs of the Court and embassies in The Hague, supporting member and partner NGOs to submit information and convey victims and survivors’ views on international crimes situations and often inadequate justice responses ;
    • To advocate for a fair, independent and meaningful Court for victims and survivors of international crimes under the ICC jurisdiction, through regular and meaningful engagement with representatives from the ICC, States Parties and other external stakeholders ;
    • To closely monitor the situations and cases before the ICC, particularly decisions on victims’ participation and on sexual and gender-based crimes, as well as institutional developments, including on policy and strategy levels ; and
    • To participate in the work and activities of the Coalition for the International Criminal Court and coordinate actions with other civil society organisations engaged with the ICC.

    We are recruiting a :

    INTERN AT THE INTERNATIONAL JUSTICE BUREAU

    Your tasks :

    A- Contribute to the organisation of the International Justice Desk activities in The Hague and abroad, as well as virtual (i.e. background research, design of agenda, drafting of briefing notes, letters of invitation, letters to request meetings, logistics etc.), in particular :

    • capacity building activities for human rights defenders on the International Criminal Court, international law and documentation of international crimes ;
    • advocacy activities in The Hague, Brussels and/or Geneva on pre-identified ICC situation countries or ICC institutional matters ;
    • public events, including webinars on pre-identified ICC situation countries or ICC institutional matters, for example for the launch of FIDH publications.

    B - Monitor ICC developments, conduct research on pre-identified ICC-related issues (e.g. victims’ rights, reparations, the Independent Expert Review, ICC elections, ICC budget) and/or ICC situation countries, including by participating in meetings and conferences with States and ICC representatives, in order to draft and update internal briefing papers and contribute to advocacy and communication strategies and outputs.

    C – Draft, support the review and translations of public documents of FIDH’s international justice desk in relation to the ICC, for advocacy and communication purposes, including position papers, press releases, Q&As, open letters, social media content.

    D- Provide administrative support to the FIDH office in The Hague.

    Through the internship, the candidate will work in a diverse linguistic and cultural setting, gaining strategic advocacy and legal skills. The intern will have the opportunity to engage with a wide range of stakeholders, including diplomats, members of international organisations, the International Criminal Court and human rights activists from around the world.

    Profile required :

    • Studies in international or criminal law, political science, international relations or a similar field
    • Demonstrated interest in human rights and/or international justice
    • Experience of international organisations and/or international tribunals, experience of research and analysis
    • Fluency in English and good knowledge of French ; understanding of Spanish or other languages is an asset.
    • Very good organisational and interpersonal skills.

    Terms and conditions :

     Internship under the responsibility and direct supervision of Danya Chaikel, FIDH Representative to the ICC, and Dorine Llanta, International Justice and Gender-based violence Programme Officer, both based in The Hague.

     A stipend of 250 euros will be provided, as well as 3.55 euros per working day to cover meal expenses.
    Travel expenses will be reimbursed.

     Full-time internship (39 hours per week)

     Compulsory condition : a work placement agreement issued by an educational establishment

     12 days’ RTT over the period and 2 days’ paid holiday per month

     You are in total agreement with the values at work in the FIDH International Secretariat (professionalism, respect, commitment, equality, integrity, participation, boldness), as well as with FIDH’s fight to defend the human rights of everyone, everywhere in the world, as set out in its Articles of Association and in its publications, which can be accessed via its website : www.fidh.org

    Internship to be filled : From 11 March to 31 July 2024

    Location : The Hague, Netherlands

    FIDH is committed to diversity and equality and does not discriminate in its hiring practices on the basis of race, religion, age, disability, sex, marital status, sexual orientation, gender identity, health status or any other grounds protected by Dutch and international human rights law.

    For people with disabilities, we ask you to indicate in your cover letter any adaptations that might be useful.

    Why join us ?

    This internship will be highly formative and a good springboard for starting a career in human rights and communications.

    Send your CV and covering letter to recrutementbji@fidh.org, quoting the reference INTERNSHIPBJI24 in the subject line.

    Applications will be received until 6 March 2024.

    Interviews will take place as applications are received.

    Only candidates whose applications have been shortlisted will be contacted.

Candidature spontanée

benevolat@fidh.org

suivez nous sur linkedin