Appel européen pour la dignité : « L’Europe-forteresse va droit dans le mur de la honte."

AEDH

Tous les jours, des migrants venus d’Afrique meurent aux frontières de l’Europe pour avoir eu l’audace de croire qu’ils pourraient y vivre en paix et dans la dignité.

A Ceuta, à Melilla, la situation a atteint un seuil intolérable : un mur de barbelés se dresse entre l’Union européenne et l’Afrique et on n’hésite pas à tirer, quitte à tuer, pour empêcher qu’il soit franchi.

Au Maroc même, une véritable chasse s’est organisée. Des enfants, des femmes, des hommes, assoiffés, affamés, sont traqués et abandonnés en plein désert.

Est-il tolérable que l’Union européenne renie ainsi son obligation morale d’au moins entendre la demande de ceux qui viennent chercher asile ? Comment un tel traitement est-il possible ? Comment, au prétexte de réguler des flux migratoires, la politique de l’Union européenne peut-elle conduire l’Espagne à fermer ses frontières, en érigeant un mur comme si elle était assiégée par un ennemi redoutable ? Comment l’Union européenne ose-t-elle décharger ses responsabilités sur des « Etats tampons », en l’espèce le Maroc qu’elle laisse, sans réagir, envoyer des migrants à la mort ? Pour tenter de pénétrer sur le territoire de l’Union européenne, ils ont parcouru à pied des centaines de kilomètres, au risque de leur unique bien qui est la vie. Est-il acceptable que ceux qui fuient la pauvreté, la guerre et les conflits politiques ne trouvent comme réponse que la répression, voire la mort, quand ils tentent, dans un suprême sursaut collectif, de franchir un mur de barbelés qui se dresse entre eux et la liberté ?

Cette situation, aussi absurde qu’inhumaine, qui donne une telle image de l’Europe et que montrent quotidiennement les télévisions, doit cesser.

Aujourd’hui, nous appelons solennellement :

Le gouvernement espagnol, les gouvernements des Etats de l’Union et la Commission européenne,

- à en finir avec ces atteintes massives et répétées aux droits de l’Homme, conséquence d’une politique migratoire de fermeture et d’externalisation qui ne mène qu’à l’impasse et à la violence ;

Le gouvernement marocain,

- à cesser ses pratiques mortelles à l’égard de ceux qui transitent sur son territoire dans le seul but de trouver en Europe une réponse à leur misère ;

L’Union européenne

- à mettre en œuvre, sans tarder, une politique véritable d’asile et d’immigration, respectueuse des droits, de l’intégrité physique et de la dignité des personnes.

Les migrants, aussi, ont le droit d’être traités dans le respect des conventions internationales : les droits de l’Homme ne se divisent pas, ils s’appliquent à tous.

Lire la suite
communique