La FIDH participera au 5ème Congrès mondial contre la peine de mort

11/06/2013
Communiqué
en es fr

La FIDH et 14 de ses organisations membres du Bangladesh, d’Indonésie, d’Iran, du Japon, du Pakistan, de Taiwan, de Thaïlande, de Cuba, des Etats-Unis, du Maroc, du Botswana, de République du Congo, du Sénégal et d’Espagne participeront au 5ème congrès mondial contre la peine de mort (CMPM), qui se tiendra à Madrid du 12 au 15 juin 2013.

Le CMPM est organisé par Ensemble Contre la Peine de Mort, en partenariat avec la Coalition mondiale contre la peine de mort, dont la FIDH est membre du comité de pilotage depuis sa création en 2002.

Conformément à son opposition absolue à la peine de mort en toutes circonstances, la FIDH a contribué à l’organisation de cet important événement et appelle à une action forte et coordonnée contre la peine capitale.

Le Congrès mondial constitue une étape majeure vers le renforcement de mouvement abolitionniste mondial, en rassemblant les acteurs politiques, les experts juridiques et les représentants de la société civile du monde entier afin de discuter et d’élaborer des stratégies nationales et internationales pour l’abolition universelle de la peine de mort.

"A l’occasion de ce 5e Congrès mondial, la FIDH et ses organisations membres réitèrent leur appel pour l’abolition universelle de cette pratique inhumaine en conformité avec les normes internationales relatives aux droits humains. Le Congrès mondial devrait envoyer un message clair à travers le monde : l’abolition universelle est indispensable pour un monde où le progrès et la justice doivent prévaloir" , a déclaré Karim Lahidji, Président de la FIDH.

La FIDH est largement engagée pour l’abolition de la peine de mort au travers de l’organisation de missions d’enquêtes, d’activités de sensibilisation et de plaidoyer, de formations et publications de rapports. Au cours des derniers mois, la FIDH a ainsi organisé deux missions d’enquête sur la Corée du Nord et aux Etats-Unis.

A Madrid, la FIDH sera représentée par Florence Bellivier, chargée de mission de la FIDH sur la peine de mort et présidente de la Coalition mondiale contre la peine de mort, Mabassa Fall, représentant de la FIDH auprès de l’Union africaine, Amina Bouayach, Secrétaire générale de la FIDH, et des représentants de 12 de ses organisations membres en provenance du Bangladesh, d’Indonésie, d’Iran, du Japon, du Pakistan, de Taiwan, de Thaïlande, des Etats-Unis, du Maroc, du Botswana, du Sénégal et d’Espagne. Les représentants de la FIDH interviendront en particulier sur le recours à la peine de mort en Afrique du Nord et au Moyen Orient, sur les relations entre la peine de mort et le terrorisme, sur la définition de la peine de mort comme torture et sur le renforcement des mécanismes régionaux contre la peine de mort en Afrique.

140 Etats sont abolitionnistes en droit et en pratique. 58 Etats sont rétentionnistes, et on a pu observer une reprise récente des exécutions dans plusieurs pays, notamment en Gambie, en Inde, au Japon, au Pakistan et à Taïwan. La Chine, l’Iran, l’Irak, l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis sont les cinq pays qui pratiquent le plus la peine de mort.

Voir notamment le dossier spécial consacré au 5ème Congrès mondial contre la peine de mort sur le site de la FIDH.

Lire la suite
communique