14e Journée mondiale contre la peine de mort : terrorisme

07/10/2016
Dossier
en es fa fr

Le 10 octobre 2016, la Coalition mondiale contre la peine de mort, dont est membre la FIDH, souhaite attirer l’attention sur l’application de la peine de mort pour des infractions liées au terrorisme, afin d’en réduire son utilisation.

A contre courant du mouvement abolitionniste, des États, soucieux d’assurer leur sécurité et celle de leurs populations, ont récemment fait usage de la peine de mort comme punition ultime, à la faveur d’attaques terroristes touchant leurs pays. Au cours des dix dernières années, le Nigeria, le Bangladesh, l’Inde, la Tunisie et d’autres ont adopté des lois qui élargissent le champ d’application de la peine de mort, en ajoutant certains actes terroristes à la liste des infractions passibles de la peine de mort. Plus récemment, après des années de moratoire, le Pakistan et le Tchad ont repris les exécutions au nom de la lutte contre le terrorisme.

La peine de mort en pratique

- 104 pays ont aboli la peine de mort pour tous les crimes ;
- 6 pays ont aboli la peine de mort pour les crimes ordinaires ;
- 30 pays sont abolitionnistes en pratique ;
- 58 pays et territoires sont rétentionnistes ;
- 25 pays ont procédé à des exécutions en 2015 ;
- Les 5 pays qui ont le plus exécuté au monde en 2015 sont la Chine, l’Iran, l’Arabie saoudite, le Pakistan et les États-Unis ;
- 65 pays et territoires maintiennent la peine de mort pour terrorisme, dont
− 16 pays sont abolitionnistes en pratique ;
− 1 pays est abolitionniste en droit pour les crimes de droit commun.

Pour en savoir plus sur la peine de mort...

...dans le monde : consulter les faits et chiffres
...et le terrorisme : consulter la brochure et la fiche d’information détaillée

Lire la suite