L’OMC et les droits de l’Homme

Pour la primauté des droits de l’Homme
Pour la création d’un statut consultatif des ONG

Les nombreuses accusations portées contre l’OMC
témoignent de la nécessité de rappeler qu’une
organisation intergouvernementale ne peut avoir de but
autre que la promotion de l’intérêt général, même si elle
traite de commerce et que les principaux acteurs
économiques visés sont privés.

Or le seul moyen de
garantir l’intérêt général est pour une telle organisation de
reconnaître la primauté des droits de l’Homme : en
conséquence, seul le droit international des droits de
l’Homme offre un cadre cohérent et complet à l’intérieur
duquel l’OMC doit mener ses travaux.

A cet égard, la société civile joue un rôle essentiel en vue de s’assurer
que les Etats remplissent bien cette mission.
Dans ce document, la FIDH entend d’une part rappeler le
principe de primauté du droit international des droits de
l’Homme sur les accords de commerce de l’OMC, et
proposer une contribution au débat actuel sur le rôle de la
société civile au sein de l’OMC.

" Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et international, un
ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration
puissent y trouver plein effet ".

Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, art. 28.

Lire la suite
rapport