Violations des droits humains dans le secteur de l’habillement au Cambodge : Appel au Groupe de travail des Nations unies à examiner la situation

07/03/2014
Communiqué
en es fr

Préoccupée par la violence de la récente répression gouvernementale des grévistes et la persistance des violations des droits des travailleurs dans le secteur de l’habillement, la FIDH et ses organisations membres au Cambodge, l’Association pour le développement des droits de Cambodge (ADHOC) et la Ligue cambodgienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme (LICADHO), ont soumis une communication au Groupe de travail des Nations unies sur les entreprises et les droits humains (UNWG). Cette communication appelle le Groupe de travail à fournir des clarifications et des conseils précis pour l’application des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et droits de l’homme (UNGPs) dans cette situation particulière, et à formuler des recommandations claires à chacun des acteurs impliqués au regard de leurs obligations et responsabilités respectives.

Vers la fin décembre 2013, des dizaines de milliers de travailleurs du textile au Cambodge ont entamé des manifestations et des grèves à Phnom Penh et dans plusieurs autres provinces, exigeant une augmentation du salaire minimum mensuel de 80US $ à 160US $ . Le Ministère du Travail cambodgien estime qu’un salaire de subsistance au Cambodge varie de 157 à 177US $ par mois, tandis que l’estimation des syndicats est de 283US $. Les manifestations des travailleurs du secteur de l’habillement ont été violemment réprimées et ont pris une tournure mortelle le 3 janvier 2014, lorsque les policiers ont tiré sur les grévistes à balles réelles, tuant 4 personnes et en blessant grièvement 38. Le 2 janvier 2014, 23 personnes ont été arrêtées et détenues au secret pendant plusieurs jours.

Cette répression brutale est un rappel alarmant de la persistance des violations des droits de l’homme et des droits du travail dans le secteur de l’habillement au Cambodge. Les salaires insuffisants, les atteintes aux droits syndicaux et les conditions de travail dangereuses sont parmi les violations des droits humains qui touchent la plus grande industrie d’exportation du Cambodge.

La FIDH, ADHOC et la LICADHO appellent le Groupe de travail des Nations Unies à entreprendre une visite au Cambodge et à formuler des recommandations concernant le rôle du gouvernement cambodgien, les Etats d’origine des marques mondiales qui sourcent au Cambodge, les industriels cambodgiens et enfin les marques globales qui sourcent au Cambodge.

Communication Groupe de Travail ONU sur le Cambodge

Lire la suite
communique