La FIDH s’inquiète de la réforme du Greffier de la CPI

Dans une lettre adressée au Greffier de la Cour pénale internationale (CPI), la FIDH fait part de ses préoccupations quant aux conséquences que le projet de réforme du Greffier (le projet ReVision) pourrrait avoir sur la participation et la représentation légale des victimes aux procédures de la CPI.

« La FIDH soutient l’effort de réforme mais reste préoccupée par le fait que certains de ces élements pourraient fondamentalement porter atteinte aux droits des victimes à participation et à représentation légale aux procédures de la CPI », a déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH.

En particulier, la FIDH constate avec inquiétude que le projet ReVision prévoit d’internaliser la représentation légale des victimes, et d’éliminer tout conseil juridique indépendant externe aux victimes. La présence de conseils locaux externes deviendrait facultative, ceux-ci devenant membres du personnel ou consultants de la CPI.

En outre, le projet ne précise pas de quel soutien sur le terrain bénéficierait la représentation légale des victimes, un aspect qui - de l’avis de la FIDH - est essentielle pour assurer une participation significative des victimes.

La lettre est disponible ici.

Lire la suite
communique