Mauritanie : Dégradation de l’état de santé de M. Ahmed Hamar Vall, trésorier national de l’IRA-Mauritanie

21/10/2016
Appel urgent

Nouvelles informations
MRT 001 / 0716 / OBS 064.3
Détention arbitraire /
Dégradation de l’état de santé /
Torture et mauvais traitements
Mauritanie
21 octobre 2016

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, un partenariat de la FIDH et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), a reçu de nouvelles informations et vous prie d’intervenir de toute urgence sur la situation suivante en Mauritanie.

Nouvelles informations :

L’Observatoire a été informé par des sources fiables de la dégradation de l’état de santé de M. Ahmed Hamar Vall, trésorier national de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA-Mauritanie [1]), détenu arbitrairement aux côtés de 12 autres membres de l’IRA-Mauritanie [2].

Selon les informations reçues, le 15 octobre 2016, M. Ahmed Hamar Vall a été admis en urgence à l’hôpital de Zouérat après une aggravation de son état de santé, alors que celui-ci souffre d’une hépatite et nécessite un traitement dans les plus brefs délais. Le médecin ayant examiné M. Ahmed Hamar Vall a demandé qu’il soit immédiatement évacué vers Nouakchott afin de pouvoir y recevoir les soins médicaux nécessaires.

L’Observatoire rappelle que les 13 membres de l’IRA-Mauritanie sont actuellement détenus à la prison de Zouérat, située à 770 km de Nouakchott, dans l’attente de leur procès en appel (cf. rappel des faits). Or, cette prison ne possède pas les infrastructures nécessaires et adaptés aux besoins médicaux des détenus.

Les 13 membres de l’IRA-Mauritanie ont été arrêtés entre juin et juillet 2016, et ont tous été condamnés le 18 août 2016 à des peines de trois à 15 ans de prison ferme, au terme d’une procédure entachée de nombreuses irrégularités et alors que certains d’entre eux ont été soumis à des actes de torture et de mauvais traitements dans le cadre de leur détention (cf. rappel des faits).

Par ailleurs, M. Yacoub Inalla, membre de l’IRA-Mauritanie, arrêté le 13 septembre 2016, a également été torturé en détention avant d’être libéré sous contrôle judiciaire le 21 septembre 2016 (cf. rappel des faits).

L’Observatoire dénonce avec la plus grande fermeté les tortures et mauvais traitements susmentionnés, et demande aux autorités mauritaniennes de mener une enquête immédiate, indépendante et efficace et transparente sur l’ensemble de ces faits, afin d’identifier tous les coupables et de les sanctionner conformément à la loi.

L’Observatoire demande également aux autorités mauritaniennes de garantir l’accès aux soins de tous les détenus, et particulièrement de MM. Amadou Tidjane Diop, Jemal Samba, Abdoulaye Abou Diop, Abdallahi Matallah Seck, Balla Touré, Khatri Mbareck et Moussa Biram, et d’autoriser immédiatement le transfert de M. Ahmed Hamar Vall vers Nouakchott, conformément aux recommandations de son médecin.

L’Observatoire appelle plus généralement à la libération immédiate et inconditionnelle des 13 défenseurs condamnés ainsi qu’à l’abandon de toutes charges à leur encontre et à l’encontre de M. Yacoub Inalla.

L’Observatoire appelle dans l’intervalle les autorités mauritaniennes à garantir le respect du droit à un procès équitable, y compris en leur assurant l’accès à un avocat, conformément aux instruments internationaux et régionaux ratifiés par la Mauritanie.

Rappel des faits :

Le 30 juin 2016, MM. Amadou Tidjane Diop, Abdallahi Matala Seck et Moussa Biram ont été arrêtés à leurs domiciles respectifs par des policiers en civil, sans aucun motif ni mandat d’arrêt. Le même jour, M. Jemal Samba Beylil a été arrêté à son travail dans la commune du Ksar. Le 1er juillet au matin, M. Balla Touré a été arrêté à son tour à son domicile. Le 3 juillet 2016, alors qu’ils quittaient une conférence de presse organisée pour appeler à la libération de leurs collègues, MM. Hamady Lehbouss, Ahmed Hamar Vall et KhatriRahel Mbareck ont été arrêtés dans la rue par des policiers en civil. Le même jour, M. Mohamed Jarroullah a également été interpellé par des policiers en civil. Le 8 juillet, M. Mohamed Daty a été arrêté à la sortie du tribunal où il travaille en tant que greffier. MM. Ousmane Anne et Ousmane Lo ont quant à eux été arrêtés le même jour dans la rue. Enfin, le 9 juillet, M. Abdallahi Abou Diop a été arrêté sur son lieu de travail, après avoir été frappé par les policiers.

Les 13 membres de l’IRA ont été arrêtés en lien avec une manifestation spontanée organisée le 29 juin 2016 contre l’expulsion forcée d’une vingtaine de familles installées dans un bidonville dans le quartier de Ksarn, en périphérie de la capitale Nouakchott, au cours de laquelle des scènes de violences ont été perpétrées [3]. Selon les informations reçues, aucun des 13 membres ne se trouvait sur les lieux de la manifestation. L’un d’entre eux, M. Mohamed Jarroulah, se trouvait même à 1 200 km de Nouakchott ce jour-là.De plus, l’IRA-Mauritanie n’a ni organisé ni participé à cet événement.

Le 12 juillet, entre 4h30 et 7h45 du matin, les 13 défenseurs ont été interrogés par le Parquet au sujet de la manifestation du 29 juin. Ils ont alors pu, pour la première fois depuis leur arrestation, s’entretenir avec leurs avocats, après avoir été détenus au secret pendant trois à 12 jours.

Au cours de leurs gardes à vue, les 13 défenseurs ont été transférés séparément dans des lieux inconnus, et privés de moyens de communication avec leurs proches ou avocats. Ils ont été interrogés en pleine nuit, privés de sommeil, d’accès aux sanitaires, aux douches ainsi qu’à un médecin. Selon les informations reçues, MM. Abdallahi Matallah Seck, Balla Touré, Khatri Mbareck, Jemal Samba Beylil et Moussa Biram ont été victimes d’actes de torture. Pieds et mains liés dans des positions douloureuses pendant des heures, suspendus par des cordes, les menottes beaucoup trop serrées, ils ont été interrogés au sujet de la planification et de leur participation supposée aux événements du 29 juin. De même, M. Amadou Tidjane Diop a été déshabillé, insulté, menacé de mort au cours de son interrogatoire et s’est vu forcé de manger certains repas agrémentés de sable sans pouvoir s’hydrater.

En outre, M. Amadou Tidjane Diop a été privé d’accès aux soins médicaux nécessaires, et ce malgré une pathologie cardiaque connue pour laquelle il possède une prescription médicale ainsi que des bulletins de consultation de cardiologie. Ce n’est qu’après sa garde à vue qu’il a pu se rendre à l’hôpital, mais les analyses prescrites n’ont toujours pas été réalisées.

Les commissaires principaux El-Hadi et Ahmed Baba Ahmed Youra, l’inspecteur de police Hassane Samba, les officiers de police Alioune Hassane et Lemrabott, le brigadier chef Didi ainsi que les brigadiers Ould Amar et Oumar Ndiaye auraient participé, avec d’autres personnes non identifiées, aux actes de torture et aux mauvais traitements susmentionnés. En outre, M. Boubacar Ould Messaoud, membre du Mécanisme national de prévention (MNP), président de l’association SOS-esclaves et membre de l’Assemblée générale de l’OMCT, s’est vu refuser une visite en prison en dépit d’une demande officielle. Les demandes formulées par les avocats des 13 défenseurs afin de faire expertiser les traces visibles des sévices ont par ailleurs été refusées.

Le 12 juillet, le procureur Cheikh Taleb Bouya Ahmed a ouvert une enquête de flagrance, et a inculpé les 13 défenseurs pour « attroupement armé », « violences à l’égard d’agents de la force publique », « rébellion » et « appartenance à une organisation non enregistrée ».

Le procès s’est ouvert le 3 août 2016 devant la Cour criminelle de Nouakchott ouest. Le 9 août, les prévenus ont refusé de comparaître devant la Cour, après que la police a fait usage d’une force disproportionnée afin d’interdire à leurs familles et collègues d’assister à l’audience. Le lendemain, le président de la Cour les a finalement autorisés à prendre place dans la salle d’audience, mais a décidé de placer les prévenus dans une salle adjacente fermée et de les faire comparaître les uns après les autres devant la Cour. Face aux contestations, le président est ensuite revenu sur sa décision. En outre, les avocats de la défense n’ont pas eu le droit, comme il est d’usage, de prendre la parole depuis l’estrade ou de s’approcher du président de la Cour. Ils ont également été insultés et humiliés publiquement par un officier de police au cours de l’audience du 10 août.

Le 16 août, la Cour a rejeté la plainte pour torture de M. Moussa Biram, ne s’estimant pas compétente pour juger l’affaire, même si la Loi n° 049-15 sur la torture oblige les juridictions nationales à se prononcer immédiatement sur toute plainte pour actes de tortures et ainsi invalider les preuves tirées de l’usage de la torture. De plus, elle a autorisé la diffusion d’une vidéo à charge présentée par le procureur alors que ceci est proscrit par l’article 278 du Code de procédure pénale [4]. Le collectif d’avocats qui assurait la défense des 13 accusés a décidé de se retirer de l’audience afin de protester contre ces violations de procédure. Les détenus ont refusé les nouveaux avocats commis d’office.

Le 18 août 2016, MM. Moussa Biram, Adballahi Abou Diop, Amadou Tidjane Diop, et Adballahi Matallah Seck, président du bureau de Sebkha, ont été condamnés par la Cour criminelle de Nouakchott ouest à une peine de 15 ans d’emprisonnement pour « attroupement armé » (article 101 à 105 du Code pénal), « violences à l’égard d’agents de la force publique » (articles 213 et 214 du Code pénal), « rébellion » (article 191 du Code pénal) et « appartenance à une organisation non enregistrée » (articles 3 et 8 de la Loi de 1964 sur les associations).

Le même jour, MM. Hamady Lehbouss et Balla Touré, ont quant à eux été condamnés à une peine de cinq ans de prison pour « provocation directe à un attroupement armé » (article 104 paragraphe 2 du Code pénal) et « administration d’une organisation non autorisée » (article 8 de la Loi de 1964 sur les associations).

Par ailleurs, MM. Ousmane Anne, Jemal Samba Beylil, Mohamed Daty, Ahmed Mohamed Jarroullah et Ousmane Lo ainsi que Khatri Rahel Mbareck, et Ahmed Hamdy Hamar Vall, ont été condamnés à trois ans de prison pour « gestion d’une organisation non enregistrée » (article 8 de la Loi de 1964 sur les associations).

Le 22 août 2016, le collectif d’avocats des 13 membres de l’IRA-Mauritanie a interjeté appel de ces condamnations.

Le 28 septembre 2016, les 13 membres de l’IRA-Mauritanie, ont été transférés à Zouérat, à une distance de 770 km de Nouakchott, où le procès en appel devrait se tenir dans quelques jours, avant leur transfert définitif à la prison de Bir-Moghrein, à 1 120km de Nouakchott, où ils devraient purger leur peine.

Situé dans l’extrême nord de la Mauritanie, la prison de Bir-Moghrein est très difficilement accessible par voie terrestre en raison du terrain désertique et de la menace sécuritaire pesant dans cette région. Se rendre sur place est très coûteux et dangereux pour les familles des détenus, leurs avocats et les militants, qui auront beaucoup de difficultés à leur rendre visite et à assister au procès. De plus, le bagne de Bir-Moghrein est réputé pour ses conditions de détention extrêmement difficiles [5] et le transfert des 13 membres de l’IRA avait été déconseillé par leurs médecins, qui les considèrent trop affaiblis en raison des actes de tortures subis.

L’Observatoire craint que le dépaysement de l’appel et le transfert des 13 défenseurs au nord du pays ne visent qu’à les éloigner de leurs familles, de leurs avocats et de tout soutien de la société civile et à les punir davantage pour leurs activités en faveur des droits humains et dénonce fermement ce transfert et le harcèlement continue à leur encontre.

De plus, le 13 septembre 2016 M. Yacoub Inalla a été arrêté le jour de la fête de Tabaski, alors qu’il prenait la parole devant un groupe de fidèles rassemblés pour la prière à Aleg. Lors de son discours, M. Yacoub Inalla avait appelé au respect de la justice, aux droits de la personne humaine et de la dignité dans le pays.

Deux policiers en tenue officielle ont procédé à l’arrestation musclée de M. Yacoub Inalla sans préciser le lieu de détention de ce dernier. Le 15 septembre 2016, les proches de M. Yacoub Inalla l’ayant vu à l’hôpital de la ville d’Aleg où il avait été transféré pour des soins d’urgence, ont rapporté qu’ils craignaient que celui-ci ait fait l’objet de torture en détention. Poursuivi pour « incitation à la violence », « violences à l’égard d’agents de la force publique », « rébellion », « appartenance à une organisation non enregistrée » et « troubles à l’ordre public et à la prière »,M. Yacoub Inalla a pu voir son avocat le 19 septembre 2016 lors de sa comparution devant le procureur. Après huit jours de torture et de détention au secret, Yacoub Inalla a été libéré et placé sous contrôle judiciaire sous l’autorité du juge d’instruction de la ville d’Aleg, dans l’attente de son procès.

Actions requises :

L’Observatoire vous prie de bien vouloir écrire aux autorités mauritaniennes en leur demandant de :

i. Garantir en toute circonstance l’intégrité physique et psychologique des 14 membres de l’IRA-Mauritanie susmentionnés ainsi que de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme en Mauritanie, et notamment garantir à MM. Amadou Tidjane Diop, Abdallahi Matallah Seck, Balla Touré, Khatri Mbareck, Jemal Samba Beylil, Hamdy Hamar Vall et Moussa Biram l’accès aux soins médicaux nécessaires ;

ii. Libérer immédiatement et inconditionnellement les 13 membres de l’IRA-Mauritanie susmentionnés, en ce que leur détention ne semble viser qu’à sanctionner leurs activités de défense des droits de l’Homme ;

iii. S’assurer que l’ensemble des procédures engagées à leur encontre sont conduites dans le respect du droit à un procès équitable ;

iv. Mettre un terme à toute forme de harcèlement, y compris judiciaire, à leur encontre et, plus généralement, à l’encontre de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme en Mauritanie ;

v. Mener une enquête immédiate, indépendante et efficace et transparente sur les allégations de torture et de mauvais traitement subis par les défenseurs susmentionnés, afin d’identifier tous les coupables et de les sanctionner conformément à la loi ;

vi. Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et plus particulièrement ses articles 1, 9.1 et 12.3 ;

vii. Plus généralement, se conformer aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par la Mauritanie.

Adresses :

• S.E M. Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie, Fax : 00 222 525 85 52
• M. Ahmedou Ould Abdalla, Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation de la République Islamique de Mauritanie, Fax : + 222 529 09 89 ; Email : mmelhadi@interieur.gov.mr ; leminesidi@yahoo.fr
• M. Brahim Ould Daddah, Ministre de la Justice de la République Islamique de Mauritanie, Fax : 00 222 525 70 02
• Me Irabiha Mint Adbel Weddoud, Présidente de la Commission nationale des droits de l’Homme, Email : presidente@cndhmauritanie.mr
• S.E. Ambassadeur Mme Salka Mint Bilal Yamar, Mission permanente de la Mauritanie auprès de l’Office des Nations unies à Genève, Suisse. Fax : +41 22 906 18 41. Email : mission.mauritania@ties.itu.int
• Ambassade de la Mauritanie à Bruxelles, Belgique, Fax : +32 2 672 20 51, Email : info@amb-mauritania.be

Prière d’écrire également aux représentations diplomatiques de Mauritanie dans vos pays respectifs.

Lire la suite

  • Co-signataires

    ***
    Paris-Genève, le 21 octobre 2016

    Merci de bien vouloir informer l’Observatoire de toutes actions entreprises en indiquant le code de cet appel.

    L’Observatoire,partenariat de la FIDH et de l’OMCT, a vocation à protéger les défenseurs des droits de l’Homme victimes de violations et à leur apporter une aide aussi concrète que possible.La FIDH et l’OMCT sont membres de ProtectDefenders.eu, le mécanisme de l’Union européenne pour les défenseurs des droits de l’Homme mis en œuvre par la société civile internationale.

    Pour contacter l’Observatoire, appeler La Ligne d’Urgence :
    · E-mail :Appeals[at]fidh-omct.org
    · Tel et fax FIDH : +33143 552518/ +33143 551880
    · Tel et fax OMCT :+ 412280949 39/4122 8094929

  • Organisations membres - Mauritanie
    vignette contact
    Mauritanie
    Immeuble ENAJAR
    NOUAKCHOTT
    +222 45 25 81 52
    +222 36 30 53 45
    +222 41 76 80 20
    +33626118228

Agir