Détention arbitraire et harcèlement judiciaire de plusieurs représentants de la société civile tchadienne en amont de marches pacifiques

08/04/2016
Communiqué

L’Observatoire a été informé de sources fiables de la poursuite du harcèlement et de la détention arbitraire de plusieurs représentants de la société civile tchadienne en lien avec la planification de marches pacifiques contre la candidature à un cinquième mandat du Président Idriss Deby.

Nouvelles informations
TCD 001 / 0316 / OBS 025.1
Détention arbitraire /
Harcèlement judiciaire /
Obstacles à la liberté de rassemblement
Tchad
8 avril 2016

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), a reçu de nouvelles informations et vous prie d’intervenir de toute urgence sur la situation suivante au Tchad.

Nouvelles informations :

Selon les informations reçues, le 7 avril 2016, M. Mahamat Nour Ibedou, président de la Convention tchadienne pour les droits de l’Homme et membre de la coalition « Ça suffit »1, M. Kaina Nadjo, leader du mouvement de jeunes « Iyina », affilié à la coalition « Ça suffit », M. Younouss Mahadjir, vice-président de l’Union des syndicats du Tchad (UST) et membre de la coalition « Ça suffit », ainsi que Mme Céline Narmadji, présidente de l’association des femmes pour le développement et la culture de la paix au Tchad, par ailleurs porte-parole de la coalition « Trop c’est trop »2, ont comparu au palais de justice de N’Djaména.

Lors de cette audience, le Procureur de la République a requis six mois de prison ferme à leur encontre. Le délibéré a été agendé pour le 14 avril 2016. M. Mahamat Nour Ibedou, M. Kaina Nadjo, M. Younouss Mahadjir et Mme Céline Narmadji restent détenus à la prison de Am Sinéné, à N’Djamena.

Par ailleurs, le 4 avril 2016, Dr. Allazam Albissaty Saleh, porte-parole intérimaire de la coalition « Ça suffit », a été auditionné puis placé en détention dans les locaux de la police judiciaire, à la veille d’une marche pacifique prévue dans le cadre de la coalition. Le 7 avril après-midi, il a finalement été déféré à la prison de Am Sinéné, où il demeure détenu. Dr. Saleh fait actuellement face à des accusations de « provocation à un attroupement non armé », d’« atteinte à l’ordre public » et d’« opposition à l’exercice de l’autorité légitime ». Avant son arrestation, il agissait comme substitut de M. Mahamat Nour Ibedou, détenu depuis le 21 mars (cf. rappel des faits).

Le 4 avril également, M. Bertrand Sollo, membre du mouvement de jeunes « Iyina », affilié à la coalition « Ça suffit », a été convoqué par téléphone par le Directeur des affaires criminelles, mais a refusé de se rendre à cet interrogatoire arguant qu’une telle convocation aurait dû lui être adressée par écrit.

L’Observatoire s’inquiète enfin des risques d’arrestation pesant actuellement contre Me Midaye Guerimbaye, président de la Ligue tchadienne des droits de l’Homme (LTDH), affiliée à la coalition « Ça suffit ».

L’Observatoire dénonce vivement la poursuite de la détention arbitraire de Mme Céline Narmadji, MM. Mahamat Nour Ibedou, Kaina Nadjo, Younouss Mahadjir et Dr. Allazam Albissaty Saleh, en ce qu’elles ne semblent viser qu’à sanctionner leurs activités de défense des droits de l’Homme, et appelle les autorités à les libérer immédiatement et inconditionnellement.

L’Observatoire appelle par ailleurs les autorités tchadiennes à mettre un terme à tout acte de harcèlement, y compris judiciaire, contre M. Sollo et Me Guerimbaye.

Rappel des faits :

Le 21 mars 2016, M. Mahamat Nour Ibedou a été invité par téléphone à rencontrer le directeur de la police judiciaire à son bureau, puis arrêté une fois sur les lieux. Peu avant cette arrestation, la coalition avait annoncé officiellement l’organisation d’une marche pacifique prévue pour le 29 mars 2016.

Le 22 mars, M. Kaina Nadjo et M. Younouss Mahadjir ont été arrêtés à leur tour, après avoir été convoqués au commissariat sur ordre du Procureur de la République.

Enfin, le 23 mars 2016, Mme Céline Narmadji a été auditionnée par le Procureur général de la République avant d’être écrouée à son tour.

Initialement détenus dans les locaux de la police judiciaire, les quatre défenseurs ont été placés le 24 mars sous mandat de dépôt par le Procureur de la République pour « attroupement » et « provocation », puis transférés vers la maison d’arrêt de Am Sinéné.

Actions requises :

L’Observatoire vous prie de bien vouloir écrire aux autorités tchadiennes en leur demandant de :

i. Libérer immédiatement et inconditionnellement Mme Céline Narmadji ainsi que MM. Mahamat Nour Ibedou, Kaina Nadjo, Younouss Mahadjir et Dr. Allazam Albissaty Saleh ;

ii. Garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique des défenseurs susmentionnés, de M. Sollo et Me Guerimbaye, et de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme au Tchad ;

iii. Mettre un terme à toute forme de harcèlement, y compris judiciaire, à l’encontre de ces derniers, ainsi que de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme au Tchad ;

iv. Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et plus particulièrement :
- son article 1 qui stipule que “chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation de tous les droits de l’Homme et de toutes les libertés fondamentales aux niveaux national et international” ;
- et son article 12.2 qui prévoit que « l’Etat prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la présente Déclaration » ;

v. Plus généralement, se conformer aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par le Tchad.

Adresses :

M. Idriss Deby, Président de la République, Présidence de la République, BP 74, N’Djamena, République du Tchad. Email : http://www.presidencetchad.org/nous_ecrire.php
M. Youssouf Abbasalah, Ministre de la justice et des droits de l’Homme, Ministère des Droits de l’Homme, BP 169, N’Djamena, République du Tchad. Email : droittchad@yahoo.fr
S.E. M. Malloum Bamanga Abbas, Mission permanente de la République du Tchad auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, Rue Tronchin 14, 1202 Genève, Suisse. Email : mission.tchad@bluewin.ch
S.E. M. Ousmane Matar Breme, Mission permanente de la République de Tchad auprès du Royaume de Belgique, des Pays Bas, du Grand Duché de Luxembourg, du Royaume Uni et Représentation Permante auprès de l’Union Européenne et du Groupe Afrique Caraïbes et Pacifique, Boulevard Lambermont 52, 1000 Bruxelles, Belgique. Email : contact@ambassadedutchad.be

Prière d’écrire également aux représentations diplomatiques du Tchad dans vos pays respectifs.

***
Paris-Genève, le 8 avril 2016

Lire la suite