HISSENE HABRE INCULPE !

Le 3 février 2000, Monsieur Hissène Habré, ancien président tchadien, a été inculpé et assigné à résidence, par le Doyen des juges d’instruction sénégalais, Monsieur Demba Kandji, pour complicité d’actes de torture.

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) salue la décision du Juge sénégalais et estime que cette inculpation marque l’expression de la volonté du Sénégal de remplir ses obligations internationales. Le Sénégal est désormais le premier pays africain ayant accepté de poursuivre un ancien chef de l’Etat sur la base du principe de compétence universelle et sur plainte de victimes étrangères. A l’heure où les craintes sont grandes que l’épilogue de l’affaire Pinochet soit d’abord le résultat de mobiles politiques, le Sénégal ouvre une nouvelle ère pour l’Afrique et pour l’humanité dans la lutte contre l’impunité.

Le 25 janvier 2000, 7 victimes tchadiennes et l’Association des victimes des crimes et de la répression au Tchad (AVCRT) soutenues par la FIDH, HWR, l’ONDH, la RADDHO, la LTDH, l’ATPDH, Agir Ensemble pour les droits de l’Homme et Interights, avaient déposé une plainte avec constitution de partie civile près du Doyen des juges d’instruction du Tribunal régional hors classe de Dakar, à l’encontre de Monsieur Hissène Habré, ancien chef d’Etat entre le 7 juin 1982 et le 1er décembre 1990, qui vit actuellement à Dakar.

En effet, il ressort des enquêtes menées sur cette période que plus de 40.000 personnes auraient été sommairement exécutées ou seraient mortes en détention et 200.000 autres soumises à la torture, et que de très nombreuses personnes sont toujours portées disparues. Il n’y a aucun doute sur le fait que Monsieur Hissène Habré porte une responsabilité personnelle et directe dans les exactions commises entre 1982 et 1990.

Le 28 janvier 2000, le procureur sénégalais avait donné le feu vert pour l’ouverture d’une information judiciaire contre Monsieur Hissène Habré. Par la suite, les témoins et les plaignants ont été entendu par la justice sénégalaise.

Lire la suite
communique