L’ex dictateur Augusto Pinochet, rattrapé par la justice chilienne pour les tortures infligées durant la dictature

Aujourd’hui, le juge Alejandro Solis a interrogé Augusto Pinochet à son domicile de Santiago pour sa responsabilité dans les actes de torture infligée à 23 survivants du centre de torture Villa Grimaldi, l’un des centres les plus tristement célèbres au Chili, et la disparition de 36 autres victimes.

Cet interrogatoire a été rendu possible par la décision historique de la Cour suprême chilienne de lever, le 3 octobre dernier, l’immunité de l’ancien dictateur. Faisant application du droit international, la Cour suprême a confirmé les décisions des juridictions inférieures. Elle a ainsi qualifié de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre les crimes de disparitions et, pour la première fois, les crimes de torture, commis au Chili sous la dictature d’Augusto Pinochet (du 11 septembre 1973 au 10 mars 1990), rejetant ainsi l’application de l’amnistie et de la prescription.

Le juge Solis devrait prochainement annoncer s’il poursuit Augusto Pinochet.

La Fédération internationale des droits de l’homme et sa ligue affiliée au Chili, la corporation pour la promotion et la défense des droits des droits du peuple (CODEPU), qui représente de nombreuses victimes, se félicitent du travail des tribunaux chiliens dans cette procédure, et en particulier du Juge Alejandro Solis. Leur application du droit international, qui permet de rendre justice aux victimes des crimes les plus graves, est un exemple à suivre par tous les tribunaux nationaux.

Lire la suite
communique