Première Edition du Prix Elissa/Didon honore les femmes de la Méditerranée

15/10/2014
Communiqué

La première Edition Prix Elissa/Didon a été remis le dimanche 12 octobre 2014 à quatre lauréates méditerranéennes de Grèce, du Liban, de l’Algérie et de la Tunisie, dans le cadre prestigieux du musée de l’Acropole d’Athènes, musée classé parmi les plus beaux du monde.

Ce prix créé dans le cadre du réseau Med 21, en partenariat avec la Fondation Tyr et le Prix Didon d’Or de Tunisie, fait partie d’un réseau de prix d’excellence décernés à travers les pays de la Méditerranée. Le Prix Elissa/Didon honore les personnalités féminines oeuvrant au renforcement de l’égalité des chances et l’affirmation du rôle des femmes agissant dans la vie culturelle, politique, sociale, économique et scientifique.

En présence de nombreuses personnalités grecques, françaises, libanaises et tunisiennes, le prix a été remis aux lauréates par la Vice-Ministre grecque de la culture et du sport, Mme Angela Gkerekou, M. Hervé de Charrette, ancien Ministre français des Affaires Etrangères, Mme Maha Chalabi, Présidente de la Fondation Tyr, M. Mohamed Aziza Président du réseau Med 21 et M. Mongi Loukil fondateur du Didon d’Or de Tunisie.

Recevant son trophée, la lauréate libanaise Lady Sursock Cochrane a mis l’accent sur l’importance de la protection des sites et anciennes demeures dans son pays et la promotion dans les zones rurales, des activités dans les domaines de l’agriculture, des textiles et de l’artisanat.

Remerciant l’assemblée, la lauréate tunisienne, Mme Souhayr Belhassen, Présidente d’Honneur de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) a dédié son prix à l’organisation des droits de l’homme qui, tous les jours, nous informe sur un pays déchiré, cher à nos coeurs, la Syrie. Elle a aussi partagé son prix avec les palestiniens dont le sacrifice au quotidien finira par forcer le destin et rendre la liberté à leur pays et enfin aux tunisiennes et aux tunisiens pour que le slogan « liberté, dignité, justice » soit porté par les prochaines élections.

La lauréate algérienne, Mme Chérifa Kheddar, Présidente de « JAZAÏROUNA », Association contre les violences à l’égard des Femmes a souligné que cette distinction l’aidera à poursuivre son action en faveur des femmes et des familles victimes de violence et permettra de donner la parole aux femmes sans « voix ».

La lauréate grecque Mme Rodi Kratsa, Présidente de l’Institut Constantinos Karamelis pour la Démocratie et ancienne Vice-Présidente du Parlement européen a mis l’accent sur le courage et la détermination des femmes du sud de la Méditerranée qui vivent généralement dans un environnement répressif par rapport aux femmes de la rive nord de la Méditerranée.

Lire la suite
communique