La protection des civils doit être la priorité mondiale en Syrie

24/09/2014
Communiqué
ar en fr

Le cri d’alerte de 40 organisations humanitaires et de défense des droits de l’Homme

Toute nouvelle intervention au Moyen-Orient devra inclure une stratégie visant à répondre aux souffrances des civils syriens, a déclaré aujourd’hui une coalition mondiale de 40 organisations humanitaires et de défense des droits de l’Homme de premier plan.

Alors que se déroule l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, la coalition #WithSyria [1] appelle les chefs d’Etats, quelle que soit leur position sur le conflit syrien, à exprimer publiquement leur soutien aux populations civiles, en usant de leurs pouvoirs pour veiller au respect du droit international et à l’arrêt des bombardements d’écoles, d’hôpitaux et d’abris. D’après l’ONU, les attaques indiscriminées lancées par les groupes de tous bords sont responsables de la majorité des morts de civils et, dans certaines zones, empêchent les agences humanitaires de parvenir jusqu’aux personnes qui ont désespérément besoin d’aide.

« Il faut que les chefs d’Etat présentent cette semaine les mesures qu’ils comptent prendre pour tenir leur promesse prise en février, et travailler ensemble pour mettre fin aux attaques contre les civils et garantir l’accès à l’aide humanitaire pour les personnes qui en ont besoin, » a déclaré David Miliband, Président et Directeur Exécutif de l’International Rescue Committee, membre de la coalition #WithSyria. « Le monde ne peut se permettre de tourner les dos aux civils de Syrie qui font l’objet d’attaques indiscriminées et délibérées depuis plus de trois ans. »

En février de cette année, le Conseil de sécurité de l’ONU, qui regroupe les nations parmi les plus influentes de la planète, a voté une résolution exigeant la fin des attaques indiscriminées en Syrie et l’acheminement sans encombre de l’aide humanitaire aux millions de personnes qui en dépendent. Six mois plus tard, le chaos règne plus que jamais en Syrie, avec plus de 1500 groupes armés opérant à travers le pays, et la propagation de la violence au nord de l’Irak. Depuis février, la seule ville d’Alep a été la cible de plus de 650 frappes aériennes lourdes.

«  Le monde est à juste titre horrifié par les développements récents en Irak et en Syrie. Mais une stratégie militaire ne répondra pas à la détresse quotidienne des millions de Syriens qui continuent de subir des souffrances inimaginables, d’essuyer des pertes et de vivre dans la peur », a déclaré Dr. Rola Hallam de Hand in Hand for Syria, une organisation apportant de l’aide médicale dans les régions les plus affectées par le conflit en Syrie. « J’ai pu me rendre compte des ravages causés par le bombardement des écoles et des hôpitaux où des familles étaient venues se réfugier. C’est terrifiant, c’est immoral et il faut que cela cesse. »

Selon Navi Pillay, Haut-Commissaire sortante des Nations Unies aux droits de l’Homme, la situation s’est aggravée à ce point notamment parce que « les assassins, les destructeurs et les tortionnaires en Syrie […] ont été encouragés et enhardis par la paralysie internationale ».

La coalition #WithSyria, qui rassemble des ONG dans 27 pays, a lancé une pétition exhortant les chefs d’Etat du monde entier à définir les mesures qu’ils comptent instaurer sur le plan diplomatique pour mettre un terme aux attaques aveugles en Syrie, conformément à l’engagement pris par le Conseil de Sécurité en février. Si le conflit est loin d’être terminé, chaque minute compte pour sauver des vies civiles en Syrie. Une vidéo publiée sur YouTube visant à inclure le grand public dans cette campagne a déjà rassemblé près de 400.000 vues depuis son lancement la semaine dernière.

« Toute une génération est meurtrie par les vagues quotidiennes de bombardements aveugles ou délibérés de civils », a affirmé Karim Lahidji, Président de la Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH). « Si les dirigeants réunis cette semaine à New York ne cherchent pas à mettre fin au bain de sang et à protéger les civils, la porte sera laissée ouverte pour toujours plus de souffrances et des troubles dans les décennies à venir. Nous n’avons d’autre choix que d’agir afin de protéger les civils en Syrie. Mais il nous faut aussi tirer les enseignements de nos erreurs passées et répondre aux causes plus profondes de l’instabilité de la région – et pas uniquement à ses retombées les plus terrifiantes. »

La Résolution 2139 adoptée en février exigeait simplement des parties qu’elles respectent les obligations fondamentales qui leur incombent en vertu du droit international. Bien que saluée, à juste titre, comme une percée diplomatique, cette résolution a été largement ignorée et est loin d’avoir changé le cours des événements pour le peuple syrien, qui fait aujourd’hui les frais de l’inaction mondiale. À l’heure où, à travers le monde, les yeux sont rivés sur la crise plus large qui secoue la région, la coalition #WithSyria appelle les chefs d’Etat à tenir la promesse de protection des civils du Conseil de sécurité.

« Pris dans un conflit sur lequel ils n’ont aucune prise, des hommes, des femmes et des enfants syriens meurent chaque jour, » a conclu David Miliband (IRC). « En tant qu’agences humanitaires, notre mission est de leur venir en aide. Mais nombreux sont ceux que nous ne pouvons atteindre, du fait des attaques qui continuent d’être menées par toutes les parties et mettent la vie de notre personnel en danger. »

La liste complète des signataires de ce communiqué : Action on Armed Violence ; Alianza por la Solidaridad ; Alkarama Foundation ; Amnesty International ; Andalus Institute for Tolerance and anti-Violence Studies ; Arab Coalition for Sudan ; Arab Network for Human Rights Information ; Arab Organisation for Human Rights - Mauritania ; Arab Program for Human Rights Activists ; Cairo Institute for Human Rights Studies (CIHRS) ; Center for Victims of Torture ; Christian Aid ; Church of England ; Center for Civilians in Conflict ; Council for the Advancement of British Arab Understanding ; la FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme) ; Global Center for the Responsibility to Protect ; Hand in Hand for Syria ; Human Rights and Democracy Centre - SHAMS ; Human Rights First Society Saudi Arabia ; Humanistic Institute for Development Cooperation (HIVOS) ; International Rescue Committee ; Islamic Relief ; Jesuit Refugee Service International ; Médecins du Monde ; Mercy Corps ; Montreal Institute For Genocide and Human Rights Studies ; Norwegian Church Aid ; Open Doors International ; Permanent Peace Movement ; Physicians for Human Rights ; Save the Children ; South African Forum for International Solidarity ; Syria Relief & Development ; Syrian American Medical Society (SAMS) ; Tearfund ; The Syria Campaign ; the Syrian Civil Coalition ; United to End Genocide ; Women’s International League for Peace and Freedom .

Lire la suite
communique