Condamnation du défenseur des droits de l’Homme Hicham Mansouri

02/04/2015
Appel urgent

L’Observatoire a été informé par des sources fiables de la condamnation de M. Hicham Mansouri, chargé de projet à l’AMJI.

Nouvelles informations
MAR 001 / 0315 / OBS 022.1
Condamnation / Détention arbitraire
Maroc
2 avril 2015

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la FIDH et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), a reçu de nouvelles informations et vous prie d’intervenir de toute urgence sur la situation suivante au Maroc.

Nouvelles informations :

L’Observatoire a été informé par des sources fiables de la condamnation de M. Hicham Mansouri, chargé de projet à l’Association marocaine pour le journalisme d’investigation (AMJI). L’AMJI, créé en février 2011 durant le "printemps arabe", promeut la liberté d’expression et le droit à l’information, encourage le journalisme d’investigation et œuvre pour la protection des journalistes.

Selon les informations reçues, le 30 mars 2015 au soir, le Tribunal de première instance de Rabat a condamné M. Hicham Mansouri à dix mois de prison ferme et 40 000 dirhams d’amende (env. 3700 Euros) pour complicité d’adultère aux termes des articles 490 et 491 du Code pénal marocain.

Les avocats de M. Mansouri ont indiqué avoir interjeté appel de la décision, estimant que les éléments constitutifs de l’infraction n’étaient pas réunis en l’espèce.

De plus, il a été rapporté que le procès a souffert de nombreuses irrégularités. En outre, les témoins appelés à comparaître par la défense n’auraient pas été entendus par le Tribunal et les éléments de preuve fournis par le ministère public seraient insuffisants pour établir l’infraction.

L’Observatoire dénonce fermement les irrégularités constatées au cours de l’audience du 30 mars et craint que le droit à un procès équitable de M. Hicham Mansouri, ainsi que les droits de la défense, ne soient pas garantis.

L’Observatoire appelle ainsi les autorités à libérer immédiatement et inconditionnellement M. Hicham Mansouri en ce que sa détention ne semble viser qu’à entraver ses activités de défense des droits humains.

Rappel des faits :

Le 17 mars 2015, vers 10 heures 30, au moins dix policiers en tenues civiles ont forcé la porte d’entrée de la résidence de M. Mansouri dans le quartier d’Adgal à Rabat. Aucun mandat d’arrêt n’a été présenté au moment de l’arrestation. M. Mansouri a été passé à tabac, déshabillé puis arrêté avant d’être placé en détention dans un poste de police de la ville.

De plus, il a été rapporté que M. Mansouri n’a pu accéder à son avocat pendant les premières vingt quatre heures de sa détention. Il a été présenté au procureur le 18 mars à la mi-journée.

Le 24 septembre 2014 déjà, M. Mansouri avait été victime d’une agression, qui ne semblait viser qu’à le punir pour ses activités de défense des droits humains.

Actions requises :

L’Observatoire vous prie de bien vouloir écrire aux autorités marocaines en leur demandant de :

i. Libérer immédiatement et inconditionnellement M. Hicham Mansouri ;

ii. Mettre un terme à toute forme de harcèlement à l’encontre de M. Hicham Mansouri ainsi qu’à celle de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme au Maroc, afin qu’ils puissent exercer leurs activités de défense des droits de l’Homme librement et sans entrave ;

iii. Garantir le droit de M. Hicham Mansouri à un procès équitable conformément à l’article 14(3) du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), ratifié par le Maroc ;

iv. Garantir en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de M. Hicham Mansouri, ainsi que de l’ensemble des défenseurs des droits de l’Homme au Maroc ;

v. Se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998, et plus particulièrement :

son article 1 qui stipule que « chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de promouvoir la protection et la réalisation de tous les droits de l’Homme et de toutes les libertés fondamentales aux niveaux national et international » ;
et son article 12.2 qui prévoit que « l’État prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la présente Déclaration » ;

vi. Plus généralement, se conformer aux dispositions de la Déclaration universelle des droits de l’Homme et instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’Homme ratifiés par le Maroc.

Adresses :

Son Excellence Abdel-Ilah Benkiran, Premier Ministre du Maroc - Fax : +212 37 76 99 95/37 76 86 56
Son Excellence Salaheddine MEZOUAR, Ministre des affaires étrangères et de la co-opération - Fax : +212 - 37-76-55-08 / 37-76-46-79, Email : ministere@maec.gov.ma
Son Excellence El Mustafa Ramid, Ministre de la justice - Place El Mamounia, Rabat, Morocco, Fax : +212 37 72 68 56, Email : ccdh@ccdh.org.ma
Son Excellence Monsieur Mohamed Auajjar, Ambassadeur, Représentant Permanent du Royaume du Maroc auprès de l’Office des Nations Unies à Genève et des autres Organisations Internationales en Suisse - 18a Chemin François Lehmann, 1218 Grand Saconnex, Téléphone :+ (41) 022 791 81 81, Fax : + (41) 022 791 81 80, mission.maroc@ties.itu.int

Prière d’écrire également aux représentations diplomatiques du Maroc dans vos pays respectifs.

***
Paris-Genève, le 2 avril 2015

Merci de bien vouloir informer l’Observatoire de toutes actions entreprises en indiquant le code de cet appel.

L’Observatoire, programme de la FIDH et de l’OMCT, a vocation à protéger les défenseurs des droits de l’Homme victimes de violations et à leur apporter une aide aussi concrète que possible.

Lire la suite
appelobs