MAROC : Un ministre accuse les ONG de répondre à un agenda étranger et d’entraver la lutte contre le terrorisme

29/07/2014
Communiqué

Paris-Genève, le 29 juillet 2014 - La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), dans le cadre de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, expriment leur préoccupation suite au contenu équivoque et infondé des déclarations du ministre de l’Intérieur marocain M. Mohamed Hassad devant le Parlement marocain relatives aux ONG marocaines.

Lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants du 15 juillet 2014, le ministre de l’Intérieur du Maroc a accusé les organisations non-gouvernementales (ONG) de défense des droits de l’Homme de percevoir des dons provenant de l’étranger afin de mener des actions répondant uniquement aux agendas des pays étrangers. Il a ajouté que leurs actions pouvaient nuire à l’image du pays ainsi qu’à sa sécurité.

A l’occasion d’une question sur la sécurité intérieure concernant notamment l’augmentation des actes de terrorisme, le ministre a en effet déclaré que « (l)es services de sécurité […] se trouvent confrontés, dans l’accomplissement de leurs missions, aux comportements de certaines associations […] qui s’activent sous le couvert de la défense des droits de l’Homme, mais qui n’hésitent pas à adresser des accusations à ces services dénuées de tout fondement, comme l’enlèvement, la torture et la détention arbitraire ».

Le ministre de l’Intérieur a ajouté que ces comportements s’inscrivaient dans le cadre d’une campagne délibérée fondée sur l’élaboration et la présentation de rapports erronés ayant pour but d’amener certaines institutions et ONG internationales à prendre des positions contre les intérêts du Maroc, y compris sur la question de l’intégrité territoriale du Royaume. Selon M. Mohamed Hassad, cette campagne serait financée par des entités étrangères.

Cette déclaration, qui fait l’amalgame entre la défense des droits de l’Homme et le terrorisme, s’apparente à une tentative de dé-crédibilisation des organisations engagées dans la défense des droits de l’Homme dans le pays. De tels propos sont d’autant plus préoccupants que le Maroc va accueillir le Forum mondial pour les droits de l’Homme en novembre prochain.

L’Observatoire appelle les autorités marocaines à garantir la liberté d’association en toutes circonstances, à ne pas entraver l’action des ONG de défense des droits de l’Homme ainsi qu’à prendre en considération leurs recommandations, conformément aux instruments internationaux ratifiés par le Maroc (et notamment l’article 22 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques), ainsi qu’à l’article 5.b de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 9 décembre 1998.

Pour plus d’informations, merci de contacter :
• FIDH : Audrey Couprie : +33 1 43 55 25 18
• OMCT : Delphine Reculeau : +41 22 809 49 39

Lire la suite
communique