« Made in Illegality » : STOP aux relations économiques de la Belgique avec les colonies israéliennes !

20/02/2014
Communiqué

La campagne Made in illegality, lancée ce jour par le CNCD-11.11.11, son homologue flamand, la FIDH et une vingtaine d’organisations [1] part d’un constat d’incohérence en ce qui concerne l’attitude de la Belgique et de l’Union Européenne à l’égard de la colonisation israélienne.

Pour Arnaud Zacharie, Secrétaire général du CNCD11.11.11 : « D’un côté, l’UE et la Belgique condamnent les colonies, mais d’un autre côté, ils renforcent économiquement ces colonies en entretenant des relations commerciales et financières avec elles. Aujourd’hui, nous appelons la Belgique et l’Union européenne à cesser toutes relations économiques et commerciales avec les colonies israéliennes, et ce sur base du droit international ».

« La Belgique est très active dans les territoires palestiniens, en particulier dans le domaine du développement » , souligne Bogdan Vandenberghe, Secrétaire général de la coupole flamande. « Or, elle fait peu de choses concrètes pour passer des paroles aux actes en ce qui concerne le maintien de la situation illégale des colonies. Pendant ce temps, les colonies s’étendent et leur économie est plus florissante que jamais. Du côté palestinien en revanche, le sous-développement économique devient de plus en plus criant. Les exportations de produits des colonies vers l’UE et la Belgique sont donc un frein indubitable au développement de la Palestine. »

« La Belgique ne peut apporter son soutien ni à la pérennisation ni à l’expansion des colonies » reconnaît Gaëlle Dusepulchre, représentante permanente de la FIDH auprès de l’UE. « La FIDH a déjà mis en évidence les effets nocifs des colonies par le passé. L’UE a non seulement la capacité, mais aussi l’obligation à l’échelle internationale de prévenir cette politique de colonisation. Dans ce cadre, il est essentiel de relever l’importance de la dynamique électorale à venir. En effet, les nouveaux élus pourraient agir et prendre de mesures afin d’assurer le respect du droit international. »

François Dubuisson, professeur de droit international à l’Université libre de Bruxelles (ULB), dont le rapport juridique constitue la base de la campagne Made in illegality précise : « Toutes les colonies sont illégales et constituent une violation grave du droit international. Or, la Belgique et l’UE ont clairement des obligations internationales en la matière : elles doivent veiller au respect du droit international humanitaire et au respect du droit à l’autodétermination du peuple palestinien. Elles ne peuvent pas prêter aide ou assistance au maintien de la situation illégale de la colonisation ni reconnaître cette situation. »

« En Belgique, ce sont plus d’une vingtaine d’organisations qui portent les revendications de cette campagne », résume Rabab Khairy, chargée du plaidoyer Moyen-Orient/Afrique du Nord au CNCD-11.11.11. « Actuellement, de plus en plus de pays et d’entreprises prennent leurs distances avec les colonies israéliennes. A l’échelle européenne, il s’agit de la première campagne qui vise à interdire l’importation des produits des colonies. Nous voulons que la Belgique prenne des mesures pour exclure les colonies des relations bilatérales avec Israël et dissuader les entreprises d’entretenir des relations avec la colonisation. »

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet de la campagne Made in illegality : www.madeinillegality.org

Lire la suite
communique