La FIDH condamne l’attaque d’un bus à Jérusalem

Alors que de timides signes de détente se profilaient, l’attaque suicide meurtrière contre un bus à Jérusalem et les représailles israéliennes déclenchées depuis viennent de plonger encore une fois le Proche-orient dans un nouveau cycle de violences.

Dans ces circonstances où les populations civiles sont les premières victimes, la FIDH tient à rappeler que les attaques suicide constituent au regard du droit international des crimes de guerre, dont les auteurs doivent être poursuivis et présentés à la justice. La FIDH demande à cet égard à l’Autorité palestinienne de faire tout son possible, et dans le strict respect du droit international, pour prévenir le renouvellement de tels actes.

L’Etat d’Israël ne saurait s’exempter, au prétexte, de lutter contre de tels actes, de ses obligations de puissance occupante, définies notamment par les conventions de Genève. A cet égard, la FIDH rappelle que les exécutions ciblées, les punitions collectives comme les destructions de maison, les attaques contre les infrastructures médicales, etc. constituent tout autant des crimes de guerre, dont les auteurs engagent individuellement leur responsabilité.

Lire la suite
communique