Égypte - Appel à solidarité avec le défenseur des droits humains Bahey Eddine Hassan

09/09/2020
Déclaration
ar en es fr

Le 25 août 2020, Bahey Eddine Hassan, éminent défenseur des droits de l’Homme égyptien et directeur du Cairo Institute for Human Rights Studies (CIHRS) était condamné par contumace à une peine de quinze ans de prison par une cour spécialisée dans les affaires de terrorisme.

Ce jugement s’ajoute au gel de ses avoirs bancaires, à la fermeture du Centre et à une condamnation par contumace le 19 septembre 2019 à 3 ans et 20 000 livres d’amende pour outrages à la justice. Régulièrement, Bahey Eddine Hassan fait l’objet de campagnes de diffamation et de menaces de mort de la part de journaux et de chaînes de télévision proches des autorités. Depuis maintenant plusieurs années, le Centre a dû cesser ses activités en Egypte et les poursuivre à l’extérieur du pays.

Depuis des années, et pour certains d’entre nous depuis des décennies, nous avons suivi le combat pacifique de Bahey pour les droits humains en Egypte et dans les autres pays de la région et admiré son engagement total pour la justice, le respect des droits fondamentaux, l’égalité hommes-femmes et la fraternité entre les peuples.

A toutes nos rencontres avec lui, scientifiques ou militantes, nous avons pu constater son sens du dialogue, sa capacité d’écoute et sa disponibilité pour l’échange.

Nous lui réitérons par cet appel notre amitié, notre admiration et notre solidarité.
Nous nous joignons à toutes les voix qui demandent la fin de l’oppression, de la torture, des procès iniques et de la répression de toute voix dissidente.

Liberté pour le peuple égyptien.

Lire la suite

  • Co-signataires

    1. Mohamed Ali Ababou, vice-président du Collectif démocratie et libertés, Maroc
    2. Houcine Abbassi, ancien secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Prix Nobel de la paix 2015, Tunisie
    3. Ghassan Abdallah, directeur général de l’Organisation palestinienne pour les droits de l’Homme (PHRO), Liban
    4. Hela Abdeljaoued, ancienne présidente de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), Tunisie
    5. Karim Abdel Salam, président de l’Organisation pour la justice et la réhabilitation, Tunisie
    6. Ziad Abdel Samad, directeur exécutif du Réseau des ONG arabes pour le développement (ANND), Liban
    7. Emmanuel Saffa Abdulai, directeur exécutif de Society for Democratic Initiatives, Sierra Leone
    8. Fadel Abdul Ghany, directeur exécutif du Réseau syrien pour les droits de l’Homme (SNHR), Syrie
    9. Rinsola Abiola, défenseur de la jeunesse et de la démocratie, Nigeria
    10. Dr. Noha Aboueldahab, collaboratrice à Brookings Institution, Égypte-Canada
    11. Kamal Abuznad, Président, Belady Organization for Human Rights, Libye
    12. Nicolas Agostini, représentant auprès des Nations unies de DefendDefenders (Projet sur les défenseurs des droits de l’Homme dans l’Est et la Corne de l’Afrique), France-Suisse-Ouganda
    13. Najwa Ali Ahammadi, avocate, Organisation libyenne d’assistance juridique, Libye
    14. Ayad Ahram, président de l’Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM), France
    15. Abdessamad Ait Aicha, défenseur des droits humains, journaliste, Maroc-France
    16. Dr. Maria Al Abdeh, directrice de Women Now for Development, Syrie-France
    17. Assaad Al Achi, directeur exécutif de Baytna, Syrie
    18. Bassam Alahmad, co-fondateur et directeur exécutif de Syrians for Truth and Justice (STJ), France-Syrie
    19. Wadih Al-Asmar, président d’EuroMed Droits, Liban
    20. Anwar al Bunni, avocat, Centre syrien d’études et de recherches juridiques (SCLSR), Syrie-Allemagne
    21. Dr. Rasmus Alenius Boserup, directeur exécutif d’EuroMed Droits, Danemark
    22. Abdulrasheed Alfaqih, directeur exécutif de Mwatana for Human Rights, Yémen
    23. Mohammed Al-Ghattas, défenseur des droits de l’Homme, Maroc
    24. Abdulrazaq Alkali, directeur exécutif, Organisation pour l’engagement civique communautaire (OCCEN), Nigeria
    25. Dr. Tayseer al Kareem, médecin et chercheur, Centre urnammu pour les droits de l’Homme, Syrie
    26. Dr. Isam al Khafaji, écrivain et chercheur en sciences sociales, Irak-Pays-Bas
    27. Tewfik Allal, président d’Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA), France-Algérie
    28. Radhya Almutawakel, présidente de Mwatana for Human Rights, Yémen
    29. Fadi Al-Qadi, analyste en droits de l’Homme, écrivain, Jordanie
    30. Dah Salama Al-Rahmouni, membre de l’Association sahraouie des victimes des graves violations des droits de l’Homme commises par l’État marocain (ASVDH), Maroc
    31. Mustapha Kamel Al-Sayyid, professeur de sciences politiques, Université du Caire, Égypte
    32. Maimon Al-Sheikh, Programme pour les minorités et les groupes marginalisés, Belady Organization for Human Rights, Libye
    33. Issandr Amrani, directeur régional du programme MENA, Open Society Foundations, Maroc-États-Unis
    34. Andrew Anderson, directeur exécutif de Front Line Defenders, Irlande
    35. Damian Arabia, Argentine
    36. Lu Argueta, coordinatrice des affaires institutionnelles, Réseau latino-américain de la jeunesse pour la démocratie, El Salvador
    37. Mohammad Ashrafuzzaman, représentant principal auprès des Nations unies, Asian Legal Resource Centre (ALRC), Hong Kong
    38. Essia Atrous, rédactrice en chef du quotidien Essabah, Tunisie
    39. Emad Attiya, directeur exécutif de l’organisation Youth for Tawergha, Libye
    40. Fateh Azzam, membre de la Commission palestinienne indépendante pour les droits de l’Homme, Palestine
    41. Jalila Baccar, actrice, Tunisie
    42. Isaías Barrenada, professeur à l’université Complutense de Madrid, Espagne
    43. Sergio Bassoli, coordinateur du département international, CGIL, Italie
    44. Goma Devi Bastola, présidente, Réseau des femmes rurales du Népal (RUWON), Népal
    45. Kristine Beckerle, directrice juridique, responsabilité et réparation, Mwatana for Human Rights, Liban-États-Unis
    46. Bochra Belhadj Hamida, ancienne députée, présidente de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE), Tunisie
    47. Souhayr Belhassen, présidente d’honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), Tunisie
    48. El Habib Belkouch, président du Centre d’études en droits humains et démocratie (CEDHD), Maroc
    49. Driss Belmahi, universitaire, Maroc
    50. Sana Ben Achour, professeure, juriste, présidente de l’association Beity, Tunisie
    51. Said Benarbia, directeur du programme MENA, Commission internationale des juristes (CIJ), Maroc-Suisse
    52. Madjid Benchikh, professeur émérite de l’Université de Cergy-Pontoise (Paris-Val d’Oise), ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger, ancien président de la section algérienne d’Amnesty international, France-Algérie
    53. Nourredine Benissad, président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), Algérie
    54. Dr. Mustapha Benjaafar, ancien président de l’Assemblée nationale constituante (2011-2014), Tunisie
    55. Naima Benwakrim, militante des droits des femmes, Maroc
    56. Antoine Bernard, avocat, expert indépendant sur les droits de l’Homme et la justice internationale, France
    57. Sophie Bessis, écrivaine, journaliste, Tunisie
    58. Joseph Bikanda, coordinateur, AfricanDefenders (Réseau panafricain des défenseurs des droits de l’Homme), Ouganda
    59. Ladan Boroumand, Iran
    60. Taoufik Bouderbala, président du Conseil supérieur des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, Tunisie
    61. Rédouane Boudjema, professeur, Université d’Alger, Algérie
    62. Saskia Brechenmacher, collaboratrice, Carnegie Endowment for International Peace, États-Unis
    63. Julie Broome, directrice, Ariadne, Royaume-Uni
    64. Susanna Camusso, responsable du département international, CGIL, Italie
    65. Scott Carpenter, membre du conseil d’administration, National Endowment for Democracy, États-Unis
    66. Ateki S. Caxton, ancien président du Mouvement africain pour la démocratie, Cameroun
    67. Leila Chafaai, écrivaine, défenseure des droits humains, Maroc
    68. Abdelkader Chaoui, écrivain, Maroc
    69. Khémais Chammari, ancien ambassadeur de Tunisie auprès de l’UNESCO, ancien député, lauréat du prix des droits de l’Homme de Nuremberg, Tunisie
    70. Nejib Chebbi, ancien ministre du développement régional et local, ancien président du Parti démocrate progressiste (PDP), Tunisie
    71. Mouhieddine Cherbib, président du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), France-Tunisie
    72. Khadija Cherif, ancienne présidente de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), ancienne secrétaire générale de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), Tunisie
    73. Alya Cherif Chammari, avocate, militante féministe, Tunisie
    74. Gastón Chillier, directeur de la zone internationale, Centre d’études juridiques et sociales, Argentine
    75. Kaddour Chouicha, président du Syndicat des enseignants universitaires, Algérie
    76. Paola Daher, Centre pour les droits reproductifs, Liban
    77. Mazen Darwish, directeur général, Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM), Syrie-France
    78. Yahia Djafri, secrétaire général de NECFA échanges culturels franco-algériens, France-Algérie
    79. Cholpon Djakupova, directeur de la clinique juridique Adilet, République kirghize
    80. Ali Ait Djoudi, président de Riposte internationale, France
    81. Ivan Djuric, Initiative de la jeunesse pour les droits de l’Homme, Serbie
    82. Micaela Hierro Dori, présidente, Culture démocratique, Argentine
    83. Michelle Dunne, directrice et chargée de recherche, Carnegie Endowment for International Peace, États-Unis
    84. Nassera Dutour, présidente du Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie (CFDA) et de la Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées (FEMED), Algérie-France
    85. Khaled Elbalshy, journaliste, Égypte
    86. Salma El Hosseiny, responsable du Conseil des droits de l’Homme, Service international pour les droits de l’Homme (ISHR), Égypte
    87. Driss El Yazami, journaliste, Maroc
    88. Mohamed Essebar, avocat, Maroc
    89. Houria Esslami, ancienne présidente du Groupe de travail des Nations unies pour les disparitions forcées ou involontaires (GTDFI), Maroc 
    90. Sanna Eriksson, Centre for Applied Human Rights, Université de York, Royaume-Uni
    91. Khalil Ezzaouia, militant des droits de l’Homme, ancien ministre des affaires sociales, Tunisie
    92. Khaled Fahmy, professeur, Université de Cambridge, Royaume-Uni
    93. Intissar Fakir, collaboratrice et rédacteur, Carnegie Endowment for International Peace, États-Unis
    94. Jeffrey Feltman, ancien sous-secrétaire général des Nations unies pour les affaires politiques et ancien sous-secrétaire d’État américain pour les affaires du Proche-Orient, États-Unis
    95. Frej Fenniche, ancien fonctionnaire du Haut-commissariat des droits de l’Homme des Nations unies, Tunisie
    96. Niccolò A. Figà-Talamanca, secrétaire général, No Peace Without Justice, Bosnie-Herzégovine
    97. Jean-Pierre Filiu, professeur, Sciences Po (Paris), France
    98. Ezzedine C. Fishere, écrivain, Égypte
    99. Hannah Forster, directrice exécutive du Centre africain d’études sur la démocratie et les droits de l’Homme (ACDHRS), Gambie
    100. Yosra Frawes, présidente de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), Tunisie
    101. Saida Garrach, militante féministe, ancienne porte-parole de la présidence de la République, Tunisie
    102. Carl Gershman, président du National Endowment for Democracy (NED), États-Unis
    103. Burhan Ghalioun, académicien, écrivain, France-Syrie
    104. Andrew Gilmour, ancien sous-secrétaire général des Nations unies, Royaume-Uni
    105. Eric Goldstein, directeur adjoint sur la région MENA, Human Rights Watch, États-Unis
    106. Terry Greenblatt, conseillère principale, Ploughshares Fund, États-Unis
    107. Alain Gresh, journaliste, France
    108. Abdellatif Hamamouchi, journaliste, membre du bureau de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), Maroc
    109. Sune Haugbølle, professeur (MSO), Université de Roskilde, Danemark
    110. Abderrahmane Hedhili, président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Tunisie
    111. Ahmad Helmi, Taafi, Turquie
    112. Brigitte Herremans, chercheuse, Université de Gand, Belgique
    113. Steven Heydemann, Chaire Ketcham d’études sur le Moyen-Orient, Smith College, États-Unis
    114. Joost R. Hiltermann, Belgique
    115. Dr. Amy Austin Holmes, Woodrow Wilson International Center for Scholars, et ancienne professeure associée à l’Université américaine du Caire, États-Unis
    116. Mahmoud Hussein, écrivain, France-Egypte
    117. Cynthia Ibale, avocate spécialisée dans les droits de l’Homme, Ouganda
    118. Khalid Ibrahim, directeur exécutif du Gulf Centre for Human Rights (GCHR), Irak-Liban
    119. Marion Isvi, directrice exécutive, Réseau Euromed France (REF), France
    120. Samson Itodo, YIAGA Afrique, Nigeria
    121. Shawan Jabarin, directeur général, Alhaq, Palestine
    122. Fadhel Jaibi, directeur du théâtre national, Tunisie
    123. Abderrahim Jamai, ancien bâtonnier, coordinateur de la coalition marocaine contre la peine de mort, Maroc
    124. Bidal James, coordinateur du réseau des défenseurs des droits de l’Homme du Sud Soudan, Sud Soudan
    125. Mohamed Sghir Janjar, directeur de la revue Prologues, Maroc
    126. Adil Jazouli, sociologue, France-Maroc
    127. Kamel Jendoubi, militant des droits de l’Homme, ancien ministre en charge des relations avec les organes constitutionnels, de la société civile et des droits de l’Homme, Tunisie-France
    128. Ryota Jonan, directeur, Mouvement mondial pour la démocratie, États-Unis
    129. Salma Kahale, directrice exécutive, Dawlaty, Syrie
    130. Ahmed Karaoud, ancien président d’Amnesty International, Tunisie
    131. Hisham Kassem, ancien président de l’Organisation égyptienne pour les droits de l’Homme, Égypte
    132. Kristina Kausch, analyste politique senior, Allemagne
    133. Salam Kawakibi, politologue, France-Syrie
    134. Kalthoum Kennou, juge, commissaire de la Commission internationale des juristes (CIJ), Tunisie
    135. Rachid Khechana, journaliste, Tunisie
    136. Abdelmoumene Khelil, secrétaire général de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), Algérie
    137. Rami Khouri, journaliste, analyste, Palestine
    138. Eberhard Kienle, directeur de recherche, Centre national de recherche scientifique (CNRS), France
    139. Michel Kilo, écrivain, Syrie
    140. Morten Kjaerum, ancien directeur de l’Agence des droits fondamentaux de l’UE, Danemark
    141. Bassma Kodmani, chercheuse, universitaire, militante, Syrie-France
    142. Mousa Issa Hassan Kori, Programme d’éducation et de sensibilisation, Organisation Aman contre la discrimination, Libye
    143. Hatem Kotrane, professeur émérite, Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, ancien membre et vice-président du Comité des droits de l’enfant des Nations unies, Tunisie
    144. Aziz Krichen, ancien ministre conseiller du Président de la République, Tunisie
    145. Ricardo Morales Kuhn, président du Réseau latino-américain de la jeunesse pour la démocratie, Mexique
    146. Abdellatif Laâbi, écrivain, Maroc
    147. Youssef Laaraj, chercheur et acteur associatif, Maroc 
    148. Kamel Labidi, président de l’association Vigilance, Tunisie
    149. Kamal Lahbib, président de l’Observatoire marocain des libertés publiques, Maroc
    150. Latifa Lakhdhar, ancienne ministre des affaires culturelles, Tunisie
    151. Tarik Khalil Lamloum, directeur, Belady Organization for Human Rights, Libye
    152. Boubekeur Largou, président de l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH), Maroc
    153. Amina Lemrini, universitaire, Maroc
    154. Philip Luther, directeur de la recherche et de la sensibilisation pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Amnesty International, Royaume-Uni
    155. Philip Lynch, directeur, Service international pour les droits de l’Homme (ISHR), Suisse
    156. Me Fadhel Mahfoudh, ancien ministre des droits de l’Homme, ancien bâtonnier de l’ordre des avocats, Prix Nobel de la paix 2015, Tunisie
    157. Lisa Majumdar, responsable du plaidoyer, CIVICUS, Suisse
    158. Rachid Malaoui, président du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) et de la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA), Algérie 
    159. Ian Martin, ancien secrétaire général d’Amnesty International, Royaume-Uni
    160. Gustave Massiah, Réseau Initiatives pour un autre monde (IPAM), France
    161. Elisa Massimino, Robert F. Drinan, S.J., Chaire des droits de l’Homme, Centre juridique de l’université de Georgetown, États-Unis
    162. Jonathan Maza, secrétaire exécutif, Réseau de la jeunesse latino-américaine pour la démocratie, Mexique
    163. Jaouad Mdidech, écrivain, Maroc
    164. Hanny Megally, collaborateur principal, Centre on International Cooperation, New York University, Égypte-États-Unis
    165. Tuomo Melasua, professeur émérite, Finlande
    166. Juan Mendez, ancien rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Argentine
    167. Christine M. Merkel, responsable du département de la culture et de la communication (mémoire du monde), Commission allemande pour l’UNESCO, Allemagne
    168. Alice Mogwe, présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), Botswana
    169. Shadi Mokhtari, professeur assistant, American University, États-Unis
    170. Maâti Monjib, historien et président de l’association Liberté Maintenant, Maroc
    171. Andrea Villamil Mosquera, président national, Asociación de la Escuela de Liderazgo (ASOBEL), Équateur
    172. Me Abdelsattar Moussa, ancien président de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH), ancien bâtonnier de l’ordre des avocats, Prix Nobel de la paix 2015, Tunisie
    173. Driss Moussaoui, médecin psychiatre, Maroc
    174. Jamel Msallem, président de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH), Tunisie
    175. Rabéa Naciri, professeure, Maroc
    176. Alice Nah, maître de conférences, département des politiques, Université de York, Royaume-Uni
    177. Jamal Eddine Naji, universitaire, Maroc-Canada
    178. Habib Nassar, avocat, directeur des politiques et de la recherche, Impunity Watch, Liban-Pays-Bas
    179. Cilina Nasser, chercheuse MENA, Liban-Royaume-Uni
    180. Mohamed Neshnesh, ancien président de l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH), Maroc
    181. Maximilienne C. Ngo Mbe, directrice exécutive du Réseau de défenseurs des droits humains de l’Afrique centrale (REDHAC), Cameroun
    182. Dr Lutz Oette, directrice, Centre for Human Rights Law, SOAS, Université de Londres, Royaume-Uni
    183. Nicholas Opiyo, fondateur et directeur exécutif, Chapter Four Uganda, Ouganda
    184. Adolfo Cortezao Oquero, Réseau des jeunes d’Amérique latine pour la démocratie, Pérou
    185. Marina Ottaway, Etats-Unis
    186. Fatsah Ouguergouz, juge, commissaire de la Commission internationale des juristes (CIJ), Algérie
    187. Ahmed Ounaies, ambassadeur de Tunisie, ancien ministre des affaires étrangères, Tunisie
    188. Michelle Pace, professeure d’études mondiales, Université de Roskilde, Danemark
    189. Khamis John Peter, membre, Generation Democracy, Sud Soudan
    190. Margaret Picken, Royaume-Uni
    191. Emma Playfair, Royaume-Uni
    192. Vincent Ploton, directeur du développement et de la défense des droits auprès des organes de traités, Service international pour les droits de l’Homme (ISHR), Suisse
    193. John Marcelo Ozuna Polanco, étudiant en droit, République dominicaine
    194. Makoi Popioco, membre du Mouvement mondial pour la démocratie, Philippines
    195. Oscar Cáceres Quispe, fondateur, Todos Organizados Todo lo Podemos (TOTP), Pérou
    196. Hajar Raissouni, journaliste, Maroc 
    197. Jose Ramos-Horta, ancien président du Timor Leste et Prix Nobel de la paix, Timor Leste
    198. Stephen Rapp, ancien ambassadeur itinérant des États-Unis pour les crimes de guerre, États-Unis
    199. Mychelle Rieu, directrice du secrétariat, Sous-commission des droits de l’Homme, Parlement européen, Belgique
    200. Mervat Rishmawi, consultante en droits de l’Homme, Palestine-Royaume-Uni
    201. Gina Romero, directrice exécutive de Redlad, Colombie
    202. Ken Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch, États-Unis
    203. Malik Salemkour, président de la Ligue française des droits de l’Homme, France
    204. Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH), Algérie
    205. Mounir Satouri, député européen, rapporteur permanent du Parlement européen sur l’Égypte, France
    206. Nour-eddine Saoudi, écrivain et activiste associatif, Maroc
    207. Elham Saudi, avocate spécialisée dans les droits de l’Homme, Libye-Royaume-Uni
    208. Wael Sawah, directeur exécutif, Pro-Justice, Syrie-États-Unis
    209. Jamila Sayouri, présidente de l’association Adala, Maroc
    210. Dr. Marc Schade Poulsen, chercheur invité, Université de Roskilde, Danemark
    211. Abdelhak Serhane, écrivain, professeur émérite, Université de Louisiane, Maroc
    212. Mohammed Serifi, militant pour la liberté, Maroc
    213. Elahé Sharifpour Hicks, directrice de Partners For Rights, Iran
    214. Hassan Shire, directeur exécutif, DefendDefenders, Ouganda
    215. Mélanie N.D. Sonhaye-Kombate, directrice des programmes et du plaidoyer, Réseau ouest africain des défenseurs des droits humains (ROADDH/WAHRDN), Togo
    216. Yasmin Sooka, avocate spécialisée dans les droits de l’Homme, Afrique du Sud
    217. Dr. Robert Springborg, professeur d’affaires de sécurité nationale (retraité), Naval Postgraduate School, États-Unis
    218. Joe Stork, directeur adjoint sur la région MENA, Human Rights Watch, États-Unis
    219. Soo Suh, responsable de programmes, Asia Democracy Network, Corée du Sud
    220. Ted Swedenburg, professeur d’anthropologie, Université de l’Arkansas, États-Unis
    221. Mutasem Syoufi, directeur exécutif, The Day After, Turquie
    222. Wilder Tayler, président de l’Institution nationale des droits de l’Homme et du bureau du médiateur, Uruguay
    223. Anthony Tirado Chase, professeur, diplomatie et affaires mondiales, Occidental College, États-Unis
    224. Mandeep Tiwana, responsable des programmes, CIVICUS, Inde-Suisse
    225. Imraja’a Tokka, Programme d’éducation et de sensibilisation, Organisation Aman contre la discrimination, Libye
    226. Mohamed Tozy, professeur des universités, Maroc
    227. Mokhtar Trifi, ancien président de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH), vice-président de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), Tunisie
    228. Bassem Trifi, vice-président de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH), Tunisie 
    229. Arnold Tsunga, conseiller stratégique et technique, Southern Africa Human Rights Defenders Network (SAHRDN), Zimbabwe
    230. Me Michel Tubiana, président d’honneur de la Ligue française des droits de l’Homme, France
    231. Aurora Espina Vergara, présidente, Tlawanáh - Femmes qui transforment, Mexique
    232. Risham Waseem, Hurford Youth Fellow, Mouvement mondial pour la démocratie, Pakistan
    233. Lynn Welchman, professeure de droit, SOAS, Université de Londres, Royaume-Uni
    234. Lukudu William, directeur fondateur, Empowerkids, Sud Soudan
    235. Tamara Cofman Wittes, ancienne sous-secrétaire d’État adjointe au Département d’État des États-Unis, États-Unis
    236. Taoufik Yacoub, professeur universitaire, Tunisie
    237. Hedi Yahmed, journaliste et écrivain, Tunisie
    238. Edmund Yakani, directeur de l’organisation Community Empowerment for Progress, Sud Soudan
    239. Svitlana Zalishchuk, ancienne conseillère en politique étrangère du Premier ministre ukrainien, membre du Parlement ukrainien 2014-2019, Ukraine
    240. Yevgeniy Zhovtis, Bureau international pour les droits de l’Homme et l’État de droit du Kazakhstan, Kazakhstan
    241. Radwan Ziadeh, collaborateur principal, Middle East Arab Center, États-Unis

  • Organisations membres - Egypte
    vignette contact
    Égypte

    vignette contact
    Égypte

    vignette contact
    Égypte


Agir

statement