24 heures plus tard, toujours aucune information sur les défenseurs des droits de l’Homme arrêtés au caire

04/02/2011
Communiqué
en es fr

Paris-Genève, 4 février 2011. Vingt quatre heures après l’arrestation d’au moins 30 défenseurs des droits humains par la police militaire dans l’immeuble où se trouvent le Centre de droit Hisham Mubarak Law Center et le Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux, il n’existe toujours aucune information sur les lieux de leur détention et le respect de leur intégrité physique. L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, un programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), dénonce les actes d’intimidations et demeure inquiet quant à la sécurité des défenseurs des droits de l’Homme.

Selon les dernières informations reçues, au moins 30 défenseurs des droits humains qui ont été arrêtés le 3 février en début d’après midi au Centre de droit Hisham Mubarak Law Center et au Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux seraient toujours détenus par la police militaire. Selon plusieurs sources, personne n’a pu communiquer avec eux ni leur rendre visite. Parmi les personnes détenues, se trouvent des membres du Centre de droit Hisham Mubarak Law Center et du Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux, de Human Rights Watch et d’Amnesty International, notamment les avocats Ahmed Seif El Islam, Mohsen Besheer et Mostafa El Hassan, et Mlle Mona El Masry, chercheuse au Centre de droit Hisham Mubarak ; M. Daniel Williams, chercheur à Human Rights Watch, Mlle Fatma Abada, M. Saeed Hadadi et M. Khaled Ali, chercheurs à Amnesty International, et M. Mohamed El Taher et Mlles Shahenda Abushadi, Nadine Abushadi, et Nada Sadek. Se trouvent également parmi eux des volontaires du Defend Egypt Protestors, un comité créé pour fournir un soutien juridique, humanitaire et moral aux manifestants. Le nombre exact de défenseurs des droits humains arrêtés demeure inconnu à cette date.

Dans la soirée du 3 février 2011, M. Amr Sallah, chercheur au Cairo Institute for Human Rights a également été arrêté par des agents non identifiés. Son lieu de détention est inconnu.
Selon des sources locales, aujourd’hui, d’autres défenseurs des droits de l’Homme qui fournissaient un soutien aux manifestants ont été arrêtés par la police militaire.

L’Observatoire est extrêmement préoccupé par la sécurité des membres de la société civile, notamment des membres des organisations de défense des droits humains, des avocats et journalistes et appellent les autorités à relâcher immédiatement ceux qui se trouvent en détention ainsi qu’à s’abstenir de toute autre attaque, arrestation ou acte d’intimidation à leur égard.

En outre, l’Observatoire appelle l’Union européenne, en particulier le Haut représentant aux Affaires étrangères et à la politique de sécurité de l’union européenne à condamner publiquement et fermement cette répression et appelle les Etats et les institutions intergouvernementales à réitérer leur condamnation et à maintenir leur pression sur les autorités pour que celles-ci relâchent tous les défenseurs arrêtés et garantissent la protection de tous les défenseurs des droits humains.

Lire la suite
communique