Appel aux chefs d’Etat de l’Union européenne

11/07/2008
Communiqué
ar en fr

Le 13 juillet 2008, de nombreux chefs d’Etat d’Europe et de la rive sud et est de la Méditerranée devraient se retrouver à Paris pour le lancement officiel de l’initiative intitulée désormais Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée (UpM).

La présence au sommet de chefs d’Etat - notamment des pays du sud et de l’est méditerranéen - universellement réputés pour leur triste bilan en matière de violations graves des droits de l’Homme et l’exclusivité donnée à des projets économiques au détriment de toute ambition politique mettent en danger l’indissociabilité tant de fois réaffirmée par les organisations de défense des droits humains et plus largement de tous les démocrates, entre développement économique et démocratisation. L’accent mis sur les seuls projets économiques méconnaît gravement les aspirations des peuples de la région qui aspirent tout autant au développement qu’à la jouissance des libertés fondamentales qui leur sont pratiquement déniées.

La volonté de renforcer une appropriation commune de la coopération euro- méditerranéenne est un autre objectif central de l’UpM. Les modalités de cette appropriation commune sont notamment la co-présidence et l’installation d’un secrétariat dans un pays partenaire de l’Union pour la Méditerranée. La désignation de l’Etat assurant la co-présidence pour une période de deux ans et celle du pays hôte du secrétariat risque de se faire au mépris total de la situation politique qui prévaut dans le pays concerné, cautionnant des pouvoirs dictatoriaux et contribuant à un renforcement de la marginalisation de représentants de la société civile indépendante qui luttent pour les droits fondamentaux de populations bafoués par leurs gouvernants.

Les organisations signataires considèrent que l’inscription de cette nouvelle initiative dans le cadre du Processus de Barcelone et de la Politique de bon voisinage, doit permettre de dépasser les blocages et les ambiguïtés constatés dans le partenariat euro méditerranéen notamment pour aboutir à une paix juste et durable au Proche-Orient permettant la création d’un Etat palestinien, d’encourager le processus de réforme démocratique et de respecter les droits de l’homme.

Elles considèrent que la réaffirmation du projet de déclaration finale des chefs d’Etat réunis lors du sommet de l’UpM des fondements essentiels que sont le respect des valeurs universelles des droits humains et des principes démocratiques, doit se traduire en actes concrets.

Les organisations signataires appellent l’Union européenne à

-  faire du respect des droits de l’homme et de la démocratie une priorité de sa politique intérieure comme de sa politique étrangère.
-  contribuer activement à la recherche de la paix dans la région notamment au Proche orient en mettant en oeuvre les résolutions pertinentes de la communauté internationale pour une paix juste et durable et la reconnaissance des droits nationaux du peuple palestinien.
-  respecter les droits des migrants et des réfugiés victimes d’une politique répressive et sécuritaire sans précédent.
-  A reconnaître les acteurs de la société civile notamment les ONG de défense des droits de l’homme en tant que partenaires à part entière dans le partenariat et la coopération au niveau institutionnel comme au niveau des projets.

Lire la suite
communique