LA TURQUIE FACE A L’UNION EUROPEENNE : L’HEURE DE VERITE

17/03/2000
Appel urgent

Le mardi 21 mars 2000 s’ouvrira devant la Cour de Sûreté d’Adana un nouveau procès à l’encontre de Akin Birdal, Vice Président de la FIDH et président d’honneur de l’Association turque des droits de l’Homme (IHD).

Une fois encore, c’est en raison d’un discours en faveur de la paix dans le Sud Est pour lequel il encourt une peine maximale de 5 ans d’emprisonnement, qu’Akin Birdal est déféré devant la justice d’exception qui règne toujours en Turquie. Deux jours plus tard, le 23 mars, il est supposé regagner la prison pour y purger le solde de la peine d’un an de prison, à laquelle il avait été condamné précédemment, toujours pour avoir plaidé en faveur d’une solution pacifique.

La liberté d’expression et d’opinion continuent d’être violées en Turquie dès que sont abordés ces sujets sensibles que sont la question kurde, l’islamisme ou le rôle de l’Armée. Les défenseurs des droits de l’Homme sont devenus, en raison de leur dénonciation de ces violations systématiques, une cible privilégiée.

En faisant acte de candidature, en vue de son intégration au sein de l’UE, et cette candidature ayant été retenue à la Conférence d’Helsinki en décembre 1999, la Turquie est désormais tenue à des devoirs et obligations. Il importe de les lui rappeler avec autant d’opiniâtreté que de fermeté : tant que la Turquie continuera d’embrigader ses défenseurs des droits de l’Homme, ses intellectuels, ses journalistes et ses artistes, elle n’aura pas de place au sein de l’Union Européenne. En laissant Akin Birdal libre le 23 mars la Turquie donnerait une preuve éclatante de sa volonté d’entreprendre les réformes nécessaires à son intégration au sein de l’UE.

INTERVENANTS :
Patrick Baudouin, Président de la FIDH
Kendal Nezan, Président de l’Institut kurde de Paris
Témoignage du chanteur Ahmet Kaya, qui vient d’être condamné à 3 ans et 9 mois
de prison par contumace

Lire la suite
appelobs