Les droits de la défense en péril.

30/04/1999
Communiqué

La Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH) est vivement préoccupée par les violents incidents intervenus à l’encontre des avocats d’Abdullah Öcalan ce vendredi 30 avril 1999, alors que devait se tenir la première audience du procès du chef du PKK devant la Cour de Sûreté d’Ankara.

Lorsque les 18 avocats d’Öcalan se sont présentés à la Cour, de nombreux manifestants et des membres des " Familles des Martyrs " les auraient violemment menacés voire agressés.

Les avocats auraient tenté de trouver refuge au poste de police attaché à la Cour. Certains auraient alors été emmenés dans un car de police, dans lequel ils auraient été maltraités par les policiers. Ceux-ci les auraient ensuite " relâchés " dans la ville, où ils auraient une nouvelle fois été sévèrement battus par les forces de l’ordre.

A ce stade, six avocats, dont trois femmes, seraient grièvement blessés et recevraient actuellement des soins au sein de la " Turkish Medical Association ".

La FIDH considère que ces actions, émanant à la fois des manifestants civils et de la police, constituent une atteinte flagrante aux droits de la défense, dont toute personne doit être en mesure de bénéficier.

La FIDH demande aux autorités turques de prendre les mesures nécessaires, afin que soit garantie l’intégrité physique et psychologique des avocats d’Abdullah Öcalan. La FIDH demande également que soient réunies les conditions nécessaires au bon déroulement de son procès, conformément aux instruments internationaux garantissant le droit à un procès juste et équitable, auxquels la Turquie est partie.

Lire la suite
communique