LE PRESIDENT DE LA PLUS GRANDE ASSOCIATION DES DROITS DE L’HOMME DERRIERE LES BARREAUX

02/06/1999
Communiqué

AKIN BIRDAL, Président de l’Association turque des droits de l’Homme (IHD) et Vice président de la FIDH, se rendra ce jeudi 3 juin à la maison d’arrêt pour y purger la peine de deux ans à laquelle il a été condamné. Michael Ellman, mandaté par l’Observatoire pour la Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme, également Vice-Président de la FIDH, l’accompagnera jusqu’à la porte de la prison d’Ankara.

Comme plusieurs autres intellectuels, journalistes, défenseurs des droits de l’Homme, Akin Birdal s’est vu condamné à deux reprises par la Cour de Sûreté de l’Etat pour avoir parlé en faveur d’une solution pacifique dans le Sud-Est de la Turquie. Toujours en raison de ses positions en faveur de la paix et de la solution de la question kurde, une dizaine d’autres informations judiciaires sont actuellement ouvertes à l’encontre du président de l’Association turque des droits de l’Homme. Une fois incarcéré, Akin Birdal risque de voir, comme d’autres, aujourd’hui célèbres, prisonniers d’opinion en Turquie, s’accumuler les peines et retardée d’autant sa libération.

Dans le contexte actuel, et après notamment la victoire écrasante aux dernières élections des partis nationalistes et ultra-nationalistes en Turquie, les condamnations et le placement sous écrou du président de la plus grande association des droits de l’Homme de Turquie marque un tournant tout à fait préoccupant. Il faut ardemment souhaiter qu’en dépit de ce regain de nationalisme, l’Assemblée du Peuple ne cède en rien aux traditions républicaines de la Turquie et qu’elle fasse figurer, dans la loi d’amnestie qu’elle votera prochainement, le Président de l’Association turque des droits de l’Homme, Akin Birdal.

Par ce geste, elle prouvera à la communauté internationale qu’elle reste attachée aux principes et libertés universels repris par la Convention européenne des droits de l’Homme, que la Turquie a ratifiée.

Lire la suite
communique